Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme dans un casque

    Le côté obscur des Casques blancs 3/3 : une machine à communiquer

    © Flickr/ Morning Calm Weekly Newspaper
    Points de vue
    URL courte
    Par
    0 51
    S'abonner

    Si les Casques blancs jouissent d’une telle aura, c’est qu’ils sont passés maîtres dans la communication, voire dans la propagande. Mais derrière l’image positive de sauveteurs extrayant les enfants des décombres se profile aussi celle de leurs sympathies affichées pour certains groupes « rebelles ».

    Les Casques blancs ont si bien soigné leur communication que l'ONG a été pressentie pour le prix Nobel de la Paix. Des stars hollywoodiennes, telles que Georges Clooney, Alicia Keys et Ben Affleck ont d'ailleurs lancé une pétition dans ce sens, qui a recueilli plus de 300 000 signatures. Ils ont même eu droit aux honneurs de documentaires, comme celui produit par le service de streaming Netflix ou celui de France 24, RFI et Courrier international.

    Mais ce qui attire l'attention en visionnant les vidéos, les posts sur Twitter ou le site de l'organisation, c'est la place qu'y tiennent les enfants. Avec parfois des ratés, comme cette fillette dont la photo a servi à illustrer trois sauvetages dans trois villes différentes, en aout, septembre et octobre de cette année.

    Une étude critique des photos de sauvetage abondamment diffusées sur les réseaux sociaux fait apparaître d'autres incohérences, comme ces photos de sauveteurs extrayant des décombres des enfants bien coiffés, sans un brin de poussière ni une blessure apparente. Là encore, s'il convient de prendre ces critiques avec précaution, il est tout de même frappant de constater à quel point l'appareil photo semble faire partie de la trousse de secours de base des Casques blancs.

    « L'OPA » sur la Défense civile

    Un autre atout maître dans leur communication est d'avoir trusté l'appellation de « défense civile syrienne ». Les Casques blancs occultent du même coup la Protection civile syrienne, l'officielle, qui elle intervient vraiment aux côtés de tous les belligérants et qui est reconnue aussi bien par l'ONU, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), que par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) :

    « Les Casques blancs ne sont pas reconnus par l'OIPC [Organisation International de Protection Civile], c'est un point très important. Cela renforce la suspicion que c'est une construction de l'OTAN qui a été implantée en Syrie pour agir comme un groupe de soutien aux terroristes, mais aussi pour produire des contenus de propagande utilisables par les médias mainstream. »

    Analyse Vanessa Beeley, ajoutant aussi que :

    « Il existe une défense civile syrienne, qui travaille des deux côtés, qui sauve des vies syriennes et qui a été ciblée, leur équipement volé, leurs équipes massacrées. »

    Il est donc pour le moins étonnant que la Défense civile syrienne ne récolte pas elle aussi une partie des lauriers médiatiques et politiques dont se parent les Casques blancs. Car ces derniers sont loin d'être les seuls à sauver des vies en Syrie : La Défense civile, donc, mais aussi la Croix-Rouge et de nombreuses autres ONG bien moins médiatisées.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Les Casques blancs syriens reçus à l'Élysée créent le malaise
    Des Casques blancs pas si blancs? Quand les USA financent ces «héros» syriens
    De Snowden aux Casques blancs de Syrie, qui remportera le Nobel de la paix?
    Les casques blancs en Syrie sont-ils si bons? (VIDEO)
    Frappes russes en Syrie: les Casques blancs inondent le Web d’intox
    Tags:
    Courrier International, France 24, Casques blancs syriens, Netflix, Organisation internationale de police criminelle (OIPC), RFI, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Comité Nobel de la paix, ONU, OTAN, Vanessa Beeley, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik