Points de vue
URL courte
Par
Réchauffement climatique (77)
7212
S'abonner

L’Arc de Triomphe et la Tour Eiffel seront illuminés en vert ce soir pour marquer l'entrée en vigueur de l’accord sur le climat. L’Élysée se félicite, mais l’application concrète de l’accord est encore loin. Les 195 pays qui l’ont adopté il y a moins d’un an ne sont pas parvenus à s’entendre sur les règles de transparence.

Alors que la COP 22 est sur le point de démarrer le 7 novembre, plusieurs ONG s'inquiètent, car le texte de l'accord a laissé de côté plusieurs aspects importants, ce qui remet en question la crédibilité de l'objectif ambitieux consistant à limiter le réchauffement à moins de 2 degrés, voire 1,5 degré, prononcé tant de fois. Bertrand Noiret, chargé du plaidoyer sur le changement climatique pour Action contre la Faim, explique qu'il y a toutes les raisons de se réjouir car ce nouvel accord était très attendu. Toutefois, il émet des doutes quant au caractère réaliste de ces objectifs.

« On peut s'inquiéter du fait que beaucoup de moyens pour arriver à aller à ces deux degrés ne sont pas rassemblés aujourd'hui. En fait, pour l'instant, l'accord parle de deux degrés mais les différentes contributions que les Etats ont soumis à la COP21, elles, tracent une trajectoire plutôt vers trois degrés à l'horizon de 2100. Trois degrés, c'est des températures que l'homme n'a pas connues en fait le temps qu'il a passé sur Terre et donc on ne sait pas, on ne peut qu'imaginer les impacts que ça aura sur le climat, sur l'habitabilité de la planète, sur l'agriculture, sur la sécurité alimentaire, sur le risque de déplacements forcés à cause du climat.»

COP21
© AP Photo / Christophe Ena

Un autre point faible de l'accord lié au financement de la dotation pour les pays les  plus vulnérables.

« Même s'il y a une grosse avancée dans l'accord de Paris qui dit que 50% des fonds pour la finance climat devront être dédiés à l'adaptation,on ne sait pas encore exactement comment ça va se faire, dans quel laps de temps et il n'y aucune dotation claire des actions pour ce qu'on appelle les pertes, les dommages — c'est pour ces populations qui sont déjà fortement impactées, qui perdent de manière récurrente leurs moyens d'existence à cause de cyclones ou de toute catastrophe naturelle qui sont plus fréquentes ou plus intenses que la normale par le passé on va dire; et aussi, pour ces populations qui vont devoir fuir ces zones-là parce qu'elles ne seront plus habitables. »

Participants are seen at a digital working space during the World Climate Change Conference 2015 (COP21) at Le Bourget, near Paris, France, December 1, 2015
© REUTERS / Christian Hartmann

A Marrakech, la COP 22, comme l'annoncent les organisateurs, sera une COP de l'action, concentrée sur l'entrée en vigueur de l'accord de Paris et qui visera les questions relatives à l'agriculture. Bertrand Noiret souligne que c'est bien la sécurité alimentaire qui est menacée:

« Ça a été inclus dans l'accord de Paris, c'était une vrai réjouissance pour nos organisations l'année dernière et maintenant il faut que du coup tous les Etats prennent la mesure de ce que cela veut dire. Si on estime qu'en 2080 il y a des risques de ce que 600 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim, comment fait-on, quels changements politiques, publics, transformatifs veut-on mettre en place pour que vraiment notre agriculture impacte moins le changement climatique et que d'un autre côté les personnes qui sont déjà affectées, qui sont déjà très vulnérables, aient des moyens de s'adapter et en promouvant des pratiques agricoles qui permettent vraiment l'adaptation des petits producteurs, une production qui n'impacte pas l'environnement. Et pour ça, la plupart des organisations avec lesquelles nous travaillons et Action contre la faim estimons que seule l'agro-écologie est capable de répondre à ces défis de changement climatique et de sécurité alimentaire pour le futur. »

Les avancées sur les questions climatiques sont indéniables. Toutefois, il convient d'éviter de contempler cet accord historique avec des lunettes roses ou vertes : le réalisme des objectifs doit primer sur leur caractère ambitieux.


Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Réchauffement climatique (77)

Lire aussi:

L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
réchauffement climatique, climat, COP 21, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook