Points de vue
URL courte
Par
211045
S'abonner

Les journalistes sont-ils fatigués d’Alep ? On s’interroge sur la couverture assez sobre par la presse internationale des découvertes macabres de dimanche dernier à Alep Est : celles de victimes exécutées par balles et portant des marques de torture.

Alors que de très nombreuses informations en provenance d'Alep occupée parvenaient via le web aux médias occidentaux, il semble que la situation d'Alep libérée n'intéresse plus les journalistes. La découverte de charniers de l'opposition dite « modérée », de la réalité des bloggeurs qui étaient les principales sources d'information des médias mainstream et les nombreux témoignages de ceux qui ont vécu l'horreur de l'occupation par les rebelles dits « modérés » ne semblent intéresser personne.

Dimanche 25 décembre, c'est un charnier contenant 21 corps, dont ceux de cinq enfants et cinq femmes, qui a été découvert dans les quartiers Est d'Alep, ceux-là mêmes qui ont été récemment repris aux combattants rebelles. Des corps, dont ceux de 5 enfants et de 5 femmes, pour beaucoup torturés et mutilés, qui présentaient tous une similitude: un orifice de balle dans la nuque.

Une découverte macabre, froidement accueillie par la presse française. Si l'élément trouve bien un écho dans une dépêche AFP reprise par le Figaro, RFI ou le Point, l'information demeure sobre et concise et est mise en parallèle avec les « crimes contre l'humanité » dont sont accusées les autorités syriennes. On est bien loin des articles alarmistes ou scandalisés de ces dernières semaines sur Alep, ou sur la Syrie de manière générale, dès lors que la responsabilité des autorités syriennes est mise en jeu.

Cette fois-ci l'impartialité semble de mise, c'est « l'agence officielle Sana » qui « impute » la responsabilité de ces exactions aux rebelles… Le doute plane sur ces informations officielles d'avantages que sur les tweets d'une fillette de 7 ans. Peut-être que notre presse nationale applique à ces informations l'adage qui veut que la vérité sorte de la bouche des enfants.

Un charnier qui s'ajoute à d'autres. Lundi, le ministère de la Défense russe avait souligné que « des charniers contenant des dizaines de Syriens ayant été exécutés sommairement et ayant subi des actes sauvages de torture ont été découverts », témoignant ainsi des exactions commises dans la partie d'Alep administrée par les rebelles.

Précisant que « la plupart ont été tués d'une balle dans la tête, beaucoup de corps ne sont pas entiers » le général Igor Konachenkov, Porte-parole du ministère russe de la Défense, a pour sa part déclaré que ces exactions — vraisemblablement réalisées quelques heures avant la reprise de la ville par l'armée régulière — seront documentées « pour que les protecteurs européens à Londres et à Paris des soi-disant opposants prennent conscience de qui sont leurs protégés et qu'ils reconnaissent leur responsabilité dans la cruauté » des rebelles.

Avec ces révélations, n'est-ce pas une image idéalisée du rebelle qui s'en trouve écornée? Notamment lorsqu'on écoute ce témoignage d'une habitante d'Alep-Est, recueilli par nos confrères de Sputnik Arabic:

« Quand ils voyaient quelqu'un en train de fumer, ils l'arrêtaient, parfois ils lui coupaient la main, ou même la tête parfois. Ils tuaient des gens qui avait volé à manger pour survivre, alors qu'eux ils pillaient des maisons. […] Si une femme voulait se marier avec un homme qui ne faisait pas partie des groupes terroristes, ils la passaient à tabac, la jetaient dans un fossé ou l'enfermaient en prison. J'ai même assisté à des lapidations et à des décapitations de femmes. Pour ces gens-là, nous les femmes, nous ne sommes pas des êtres humains. […] Si une femme plaisait à un terroriste, elle était mariée de force. Une prière et c'est fait, il a tous les droits. Mais il peut très bien l'abandonner deux heures plus tard. J'ai deux amies à qui c'est arrivé. […]Ils cherchaient en permanence à nous faire peur, à nous intimider. Ils faisaient le tour de la ville en voiture avec des têtes coupées attachées sur le toit. »

Pour rendre compte de ce soudain désintérêt pour la situation à Alep, nous avons tenté de joindre plusieurs rédactions, qu'il s'agisse de France 2 ou de France Info, aucune n'a donné suite à nos demandes. Seuls quelques journalistes, à l'image d'Yves Calvi, se demandent s'ils ne se sont pas fait « enfumer ».

Mercredi 21 Décembre, sur le plateau de LCI, il réagissait aux propos de son invité, Eric Denecé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) « C'est extrêmement grave ce que vous nous dites, parce que cela veut dire que nous participons d'une façon ou d'une autre à la naissance des djihadistes et des assassins de demain. »
Un invité, qui déplorait les effets pervers de la « falsification complète de la réalité » en Syrie et plus particulièrement à Alep « Il y a quelque chose d'extrêmement dangereux: pour un jeune islamiste, la façon dont les occidentaux présentent la crise d'Alep est une motivation pour passer à l'action. »

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Alep: des charniers de civils découverts dans des quartiers libérés des combattants
Plus de 30 civils morts dans une attaque de Daech à al-Bab, en Syrie
Qui porte le fardeau le plus lourd dans la lutte contre Daech à al-Bab?
Horreurs de la guerre à Alep: réponse d'un jeune Syrien à la «blogueuse» Bana
La Syrie sous le joug des terroristes: une centenaire témoigne
Les vidéos sur les prétendues «atrocités à Alep» filmées par les terroristes
Tags:
journalisme, Alep, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook