Ecoutez Radio Sputnik
    Chassés de Paris, les migrants s'installent à Saint-Denis

    Les Parisiens prêts à héberger des réfugiés

    © Sputnik .
    Points de vue
    URL courte
    Maxime Perrotin
    Crise migratoire (785)
    56774

    Selon le journal Le Parisien, il n’y aurait jamais eu autant de Français prêts à accueillir des exilés chez eux. Le quotidien dresse un bilan de l’accueil des réfugiés par le biais de plusieurs associations, témoignages à l’appui. Si on savait les français généreux par nature, qu’en est-il concrètement ?

    L'accueil de demandeurs d'asile chez les particuliers est-il un phénomène en plein essor en France? Le Parisien publie ainsi le témoignage d'un foyer parisien ayant choisi d'offrir le gîte et le couvert à un exilé afghan et remarque l'augmentation significative des inscriptions de particuliers proposant un hébergement auprès d'associations, telles que le Service jésuite des réfugiés, la Fédération d'entraide protestante ou encore Singa France et de son projet « Comme A La Maison », une plateforme de mise en relation entre particuliers et réfugiés.

    Des vagues d'inscriptions successives qui semblent aller de pair avec les moments forts de la couverture médiatique de la crise des migrants et de la guerre en Syrie, tels que l'épisode du petit Aylan, ce jeune enfant Kurde retrouvé mort sur une plage de Turquie le 2 Septembre 2015, le démantèlement des camps sauvages formés sous le métro parisien cet été ou encore la reprise d'Alep-Est, qui fut présentée dans les médias occidentaux d'une manière particulièrement émotionnelle.

    En août, Emmanuelle Cosse, avait lancé un appel aux Français, afin de développer « l'hébergement citoyen » pour les réfugiés afin de remédier à la pénurie de places dans les centres d'accueil. La Ministre du Logement et de l'Habitat durable comptait trouver plus d'un millier de places supplémentaires, en complément du dispositif existant, tels les centres d'accueil et d'orientation (CAO).

    Près de 11 associations, sélectionnées par le gouvernement, servent ainsi d'intermédiaires entre des personnes prêtes à mettre à disposition pour un trimester, voire un an, une chambre libre à des réfugiés dont la demande d'asile a été acceptée. Car des impératifs demeurent: pour ceux souhaitant se porter volontaires pour accueillir un réfugié, il faut disposer d'une chambre privative et s'engager pour une période minimale de trois mois. En contrepartie, la Ministre annonçait une aide financière, jusqu'à 1 500 euros par personne et par an. Une aide toutefois réservée aux associations, tenues d'assurer le suivi social des personnes hébergées.

    Pour nous faire notre propre idée concernant la volonté des parisiens d'accueillir chez eux un demandeur d'asile, nous sommes allés à leur rencontre, il s'agit bien entendu d'un échantillon non exhaustif.

    Exercice délicat, tant le poids de la caméra – et à travers elle, le regard de la société – a semblé peser sur les personnes interviewées, dont plusieurs, après nous avoir répondu qu’elles ne souhaitaient pas accueillir de réfugiés chez elles, nous ont finalement exprimé leur souhait de ne pas voir leur visage apparaître au montage final. Elles avaient indiqué ne pas se sentir « à la hauteur », invoquaient des raisons familiales ou mettant en avant d’autres solutions qui leur semblaient plus adaptées à l’accompagnement de personnes en rupture avec leur pays et culture d’origine.


    Les autres personnes qui ont accepté de nous répondre étaient majoritairement favorables à l’accueil d’un réfugié ou de toute autre personne en situation de difficulté, mais la plupart nous ont fait part de réserves qui les empêchaient de le faire actuellement.

    Des réserves sous forme d'interrogations, concernant la durée, certains mettant en avant qu'ils ne se sentent pas à l'abri d'un revers de fortune, d'autres qu'ils ne savent pas vers qui se tourner pour avoir plus d'informations, notamment concernant le cadre légal d'un tel accueil.

    Concernant ce cadre juridique, soulignons qu'il s'agit là de demandeurs d'asile. Il demeure en effet illégal d'accueillir sous son toit une personne présente de manière clandestine sur le territoire national.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Plus de la moitié des Français opposés à l’accueil de migrants
    Sauver les réfugiés de la faim, c’est très simple!
    Un site français aide les réfugiés à décrocher un boulot
    Des étudiants français aident les réfugiés à passer leurs diplômes
    Tags:
    témoignage, hébergement, crise migratoire, réfugiés, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik