Ecoutez Radio Sputnik
    Palais Elysée

    Ingérence : contre qui Le Drian a-t-il tenu à mettre les Français en garde ?

    © Flickr/ Galeria del Ministerio de Defensa del Perú
    Points de vue
    URL courte
    Maxime Perrotin
    105101841281

    Dans la foulée de la parution du rapport du renseignement américain supposé mettre en lumière l’ingérence russe dans les élections américaines, le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, a mis en garde les Français contre toute opération de déstabilisation électorale. Qui craint-il vraiment ?

    « J'appelle chacun à la plus grande vigilance ». Jean-Yves le Drian a mis en garde les Français contre le risque d'ingérence dans le processus électoral en France: « Il ne peut être exclu que des opérations de même nature que celles observées aux États-Unis cherchent à perturber le processus électoral français » a-t-il déclaré au Journal du Dimanche, le 8 janvier. Le ministre de la Défense n'exclut pas que la France puisse faire l'objet d'opérations de déstabilisation de son système politique via les réseaux informatiques:

    « Depuis que je suis à mon poste et notamment depuis trois ans, la menace cybernétique est devenue majeure y compris sur nos propres outils militaires ». Le ministre évoque une « ingérence insupportable » au cas où « une action pour influencer ou manipuler l'élection présidentielle américaine » aurait bien eu lieu, mais malgré les incitations des journalistes, jamais il ne cite la Russie et refuse d'évoquer la « nouvelle guerre froide » que l'Occident et la Russie se livreraient.

    « Je dis plutôt que nous assistons à un retour en force des puissances qui se réaffirment. C'est le cas de la Russie bien sûr, mais aussi de la Chine ou de l'Iran » précise-t-il. Un contexte dans lequel il estime que la France se doit de « préserver sa souveraineté de décision et son autonomie d'action » et de s'en donner les moyens.

    Des déclarations qui surviennent sur fond de parution, du rapport du Bureau du Directeur du renseignement national américain (ODNI), le 6 janvier dernier. S'il n'apportait rien de concret concernant les hackings supposés, le rapport accusait néanmoins la Russie d'avoir, via ses médias publics, « cherché à aider les chances du président Trump à être élu, lorsque cela était possible, en discréditant la secrétaire Clinton et en l'opposant défavorablement à son adversaire. »

    Alors, la Russie est-elle responsable de tous les « cyber-maux » des États-Unis? « ridicule » pour le député socialiste Jérôme Lambert:

    « Que des informations aient pu fuiter aux États-Unis, en provenance du staff du Parti Démocrate ou de l'entourage d'Hillary Clinton c'est un fait, puisque ces informations ont été publiées. »

    Faisant allusion aux emails, diffusés sur la Toile, relatifs au sabordage par le parti Démocrate de la campagne de Bernard Sanders, au profit d'Hillary Clinton, le député français développe:

    « Penser qu'en France de telles opérations pourraient conduire à influencer ou détourner l'attention des électeurs par rapport à l'élection présidentielle, on est dans le pur fantasme […] c'est ridicule, les électeurs vont se déterminer par rapport au choix qui vont leur être proposés, aux candidats, à leurs programmes et le reste c'est vraiment pour amuser les médias! »

    Pour Charles Préaux, fondateur et directeur de l'école d'ingénieurs en cyberdéfense au sein de l'École Nationale Supérieure d'Ingénieurs de Bretagne-Sud (ENSIBS), il faut distinguer les opérations de hacking pur, qui dans le cas américain demeurent « une hypothèse », soulignant que « La démonstration, la preuve en tout cas, de cyberattaques aux États-Unis n'a pas été révélée » et les opérations dites « d'influence »:

    « En réalité, ce qui s'est passé sur les élections américaines est une opération de cyberinfluence. On utilise les moyens cyber, c'est-à-dire les capacités à mobiliser les différents médias dans le domaine cyber, pour influencer le vote. »

    Selon Charles Préaux, s'il n'est pas possible qu'un scrutin français puisse faire l'objet de cyberattaques, « des opérations d'influence, elles, restent possibles. » En effet, le vote en France étant matérialisé, sur papier, dans des urnes transparentes, cela rend improbable que nous puissions être victime de cyberattaques sur les scrutins, explique Charles Préaux. Les machines à voter sont l'exception en France: après avoir été introduites auprès de 64 communes de plus de 3 500 habitants représentant 1,5 million d'électeurs, un moratoire sur leur déploiement a été décidé en 2007.

    « Les opérations de cyberinfluence peuvent très bien aussi se produire lors d'élections, par exemple présidentielles, dans d'autres pays et pourquoi pas en France. Rien n'interdit à d'autres pays de pouvoir manifester leurs préférences pour tel ou tel candidat. »

    Et il semble bien qu'en parlant « d'ingérence », le ministre désigne plutôt la « cyberinfluence » des médias étrangers en France. Des médias qui présentent sous un angle alternatif des infos qui pourraient par conséquent influencer l'électorat. Charles Préaux semble aller dans ce sens:

    « Vous le savez mieux que moi, c'est vieux comme le monde, les médias étrangers qu'ils soient gouvernementaux ou non gouvernementaux font valoir leurs préférences, compte tenu de tel ou tel contexte politique […] en réalité, c'est la continuité de ce qui se faisait auparavant avec d'autres solutions ».

    Il faut dire que le développement des moyens techniques est allé de pair avec celui de la portée de ces médias, « Le cyber est capable de toucher une cible énorme en quelques clics » souligne Charles Préaux.

    Quant aux principaux intéressés, les partis politiques français, dont les candidats sont aujourd'hui en lice pour la présidentielle, ils semblent surpris par les déclarations du ministre, à commencer dans son propre camp.

    « Je ne vois pas en quoi le Parti socialiste ou d'autres partis pourraient être menacés. Certainement qu'il y a des opérations de hackers, mais pour prouver ou influencer quoi? » se demande le député socialiste Jérôme Lambert.

    Quant au Front national, on a pu croire un instant que son site Web avait été victime de ces fameux hackers russes. Une partie du site a été mis hors ligne suite à une attaque informatique dans la soirée du 9 janvier, qui a déclenché des mesures de sécurité automatiques. Rien ne dit qu'il s'agissait de hackers russes, selon une de nos sources au sein du FN, lequel serait d'ailleurs très étonné de subir le courroux des supposés pirates du Kremlin.

    Il faut souligner que les partis politiques français ont fait l'objet d'une attention toute particulière de l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information (ANSSI), comme le rappelle Charles Préaux:

    « Cette agence a fait un travail remarquable en matière d'information des partis politiques sur les risques de cyberinfluence. »

    Un lot de conseils et de mesures à appliquer, relatif à une « hygiène informatique », sur laquelle revient d'ailleurs le ministre devant les journalistes, soulignant au passage que l'ANSSI, n'avait pas constaté de tentative d'ingérence extérieure dans les affaires politiques du pays.

    Pour autant, la défense s'organise, en témoigne l'inauguration récente du pôle d'excellence cyber à Rennes. Le ministre de la Défense soulignait d'ailleurs dans son interview au JDD que la loi de programmation militaire portera d'ici à 2019 à 2 600 les effectifs français de ses « combattants numériques » et que 2 milliards d'euros sur six ans seraient alloués à la cybersécurité.

    Il faut dire que si la France est la cible de nombreuses attaques informatiques, celles-ci sont très majoritairement le fait de hackers isolés. « Quelques centaines élaborées », avec « de véritables intentions de nuire » demeurent, souligne le ministre, qui avance le chiffre de 24 000 « attaques externes » que Ballard aurait subies l'année passée, ajoutant que « les tentatives d'agression informatique sur mon ministère doublent chaque année ». S'il précise qu'« aucune attaque sur le ministère de la Défense n'est parvenue à ses fins », on ne peut pas en dire autant de l'Élysée.

    En 2012, le palais présidentiel avait été en effet victime d'une attaque informatique, une attaque menée — à en croire l'ancien directeur technique de la DGSE, Bernard Barbier — par les États-Unis.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Valls «le mieux placé» pour la présidentielle si Hollande renonce, selon Le Drian
    Mistral revendus à Moscou? La France indignée par le ragot polonais!
    Hollande: Paris va mettre son artillerie à disposition de l'armée irakienne
    Le ministre français de la Défense en Irak pour discuter de l'EI
    Tags:
    élections, Jean-Yves Le Drian, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    • mic.dior
      Et que fait Le Drian pour déparasiter des islamistes qui ont noyauté toutes les institutions françaises. Sa Bretagne même est gangrénée et les gens ne se sentent plus en sécurité. Anti français notoire ce franc-maçon du GO avec sa bande de socialo est pour la destruction de la Nation.
    • avatar
      snowleaks123
      Que c'est ridicule!!! Que ces autorités françaises sont complexées devant les États Unis. Il faut que les autorités américaines éternuent pour que les français se mouchent. Au lieu que Le Drian cherche ailleurs, les preuves ont été données que les américains avaient mis sur écoute les telephones portables des présidents français en exercice. Cela veut tout simplement dire que ces américains (leurs maîtres) ont à leur possession (audio et pourquoi pas vidéo?) des relations privées des célibataires qu'étaient et que sont SARKOZY et HOLLANDE.
    • BRY
      Pitoyable.
    • avatar
      evelyne.lefuren réponse àCocoChannel(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      CocoChannel,
      Bonjour
      J'ignorais ce fait mais n'en suis nullement surprise.
      Ce faisant ils poursuivent un double but:
      -Détruire les ors de la république
      -Réaliser des "économies" de façon à pouvoir dépenser celles réalisées,à leur guise et à leurs profits.
      Ils n'ont jamais eu aucun honneur,ni même un soupçon d'idée de ce que cela pouvait être ce n'est pas aujourd'hui que cela va débuter.
    • avatar
      Tony cam's
      c'est un bon projet mais amis disent qu'ils n'arrivent à poster ou à envoyer leur dossier à votre agence.
    • avatar
      b.tartar
      Vas faire soigner ta cervelle LE DRIAN !
      Ce qui est certain c'est que tu vas perdre tous tes avantages.
    • avatar
      Delahaut
      En l'état actuel des choses, je pense que les élections françaises ne sont une priorite pour personne hormis ceux et celles qui se présentent, nos élites soumises. Il n'y a malheureusement pas grand chose à en attendre....alors qui peut vouloir les influencer....
    • avatar
      mounir.assi
      Et un imbecile de plus, ce singe fantasme la nuit, et quand son gorille de maitre est un ane, qu'esperez vous de son singe? Etre un anon. Voila la finalite de l'histoire. Tous le gouvernement Francais a la guillotine.
    • avatar
      sergei Belyevich
      « J'appelle chacun à la plus grande vigilance ». Jean-Yves le Drian a mis en garde les Français contre le risque d'ingérence dans le processus électoral en France: « Il ne peut être exclu que des opérations de même nature que celles observées aux États-Unis cherchent à perturber le processus électoral français »
      Il faut être vraiment un TORDU pour porter des jugements de valeurs sur des SUPPOSITIONS NON FONDÉES.
    • avatar
      imouts
      Ce charlot qui ose parler d'indépendance et de souveraineté de la France !!! Mais de qui se moque-t-on ? Eux qui ont arrimé servilement notre malheureux pays aux USA via l'OTAN et l'UE !!! Que le Diable les emporte et que la révolte des peuples balaie enfin cette clique honnie !
    • avatar
      mare.supio
      heureusement qu'un ingénieur d'une prestigieuse école de Bretagne intervient correctement, car la véritable question est de savor qui est LeDrian ?
      Est ce un pêcheur de moules, où un ramasseur de palourdes ?
      En effet, un breton qui n'est pas capable d'assumer son rôle de soi-disant ministre, serait il un breton ? Car les vrais bretons assument - ils ne racontent pas des conneries...l'histoire le prouve !
      Quant au sieur LeDrian, se permettre d'intervenir en cumulant ses mandats montre qu'il est tout sauf d'un honnête homme au regard de ce que moi-je avait déclaré en son temps.
      La véritable cyber attaque est proche de nous, dans nos foyers, dans nos familles : elle s'appelle FB - en effet n'importe quel clampin, n'importe quel cloporte peut intervenir et influencer dans la direction qu'il souhaite.
      En conclusion, banissez FB, cela ne vous empêchera pas d'avoir un excellent relationnel, et vous ne participerez pas à ce que l'on appelait autrefois "le téléphone arabe...ou le commérage , ni de colporter au profit de FB et donc de la CIA des infos personnelles.
    • avatar
      as1568082
      C'est vrai que l'abus de chouchen,a la longue,ça provoque des degats irreversibles,et pas que sur le foie !! :-D
    • avatar
      mare.supio
      !ingérence, certes : mais de qui du ramasseur de palourdes où du pêcheur de moules ?
    • avatar
      mare.supioen réponse àmic.dior(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      mic.dior, absolument, fréquentez la rue Cadet, la lumière jaillira....
    • maurice
      Mais qui peut bien s'intéresser à la primaire du PS dans le monde...les autres pays rigolent et il y a de quoi !
    • avatar
      dom767
      le meilleur homme politique que la France a UUUU je di bravo
    • avatar
      lionel.sorcud
      ÇA VOLE BAS!
    • Jn-Claude
      Bafff...... notre seul ennemi, celui de tout le monde, c'est bien entendu la CIA, sous l'égide de possesseurs de très gros sous comme Soros, Rockefeller ou Rothschild.
    • avatar
      vives.josianeen réponse àJn-Claude(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Jn-Claude, Oui, et c'est pas prêt de changer ! Tous Francs-maçons aussi.
    • avatar
      michel.louis.loncin
      VIVE les cyberattaques ... si elles permettent que Marine Le Pen soit élue !!! Mais de cela, il n'y a, HELAS, aucune chance ...
    Afficher les nouveaux commentaires (0)