Ecoutez Radio Sputnik
    Quand les relations russo-turques déjouent les pronostics

    Quand les relations russo-turques déjouent les pronostics

    © REUTERS/ Sergei Karpukhin
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    153485405

    Certains avaient annoncé que les relations russo-turques auraient du mal à se remettre de la crise de novembre-décembre 2015, prédisant même, un gel des relations entre les deux pays de plusieurs années. Pourtant, six mois plus tard, leurs relations économiques et diplomatiques sont à nouveau excellentes.

    Déception pour certains, joie pour d'autres, les relations turco-russes reviennent au beau fixe après une crise de près de six mois. La normalisation annoncée par les présidents Poutine et Erdogan lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg en août dernier, après que la Turquie a présenté officiellement ses excuses pour avoir abattu un chasseur russe Su-24, semble désormais repasser au stade supérieur, celui du partenariat stratégique.

    La Russie n'a pas encore levé toutes les mesures d'embargo vis-à-vis de la Turquie, mais la plupart des responsables et experts, russes comme turcs, s'accordent à dire que ce n'est qu'une question de temps. Pour rappel, la Russie a déjà levé depuis plusieurs mois les restrictions sur les vols charters touristiques à destination de la Turquie, ce qui a immédiatement redonné le sourire aux hôteliers turcs, qui faisaient face à une grave crise depuis la détérioration des relations entre les deux pays. Désormais, la Turquie refait partie des destinations favorites des touristes russes et les Turcs viennent d'annoncer qu'ils étaient prêts à recevoir près de 5 millions de touristes en provenance de Russie en 2017, tout en leur proposant des conditions très attractives.

    Pour rappel, ils étaient plus de quatre millions de Russes à avoir visité la Turquie, aussi bien en 2014 qu'en 2015, plaçant les russes à la deuxième place en termes de nombre de touristes juste derrière les Allemands, mais à la première place pour les dépenses: les Russes sont en effet trois fois plus prodigues que les touristes allemands. Aux dernières nouvelles, le taux de réservation actuel de voyages à destination de la Turquie par les touristes russes est 4 à 5 fois supérieur qu'à la même période de l'année dernière (au pic de la crise des relations bilatérales). La Turquie, sixième destination touristique mondiale, redeviendra donc vraisemblablement la destination étrangère principale pour les vacanciers russes, avec en prime le meilleur rapport qualité/prix.

    L'autre secteur fort important pour les turcs est celui du BTP. Les entreprises turques, dont plusieurs font partie des meilleures au niveau mondial, attendent la levée totale des restrictions pour relancer de nouveaux projets sur le sol russe. Il faut se souvenir que la Russie était de loin le principal débouché des entreprises turques, qui en étaient de plus les leaders absolus avec près de 20 % de parts de marché. Les principaux acteurs du secteur avaient conservé leurs contrats signés avant la crise, mais ne pouvaient prétendre à obtenir de nouveaux marchés à cause des sanctions prises par le gouvernement russe. Des restrictions qui vraisemblablement ne devraient plus durer très longtemps.

    L'agroalimentaire, autre source importante de revenus pour la balance commerciale turque, attend lui aussi une envolée. Depuis quelques mois, la Russie a levé l'embargo sur un certain nombre de fruits et légumes turcs, mais plusieurs autres, dont les tomates, restent toujours interdits d'entrée. Là aussi, on s'attend à une amélioration, tout en sachant que le gouvernement russe a annoncé devoir tenir compte des intérêts des producteurs nationaux, qui ont profité de la crise pour accroître leur présence sur ce marché. Néanmoins, tout porte à croire que l'embellie entre les deux pays permettra à la Turquie de reprendre des parts de marché dans des secteurs où elle était précédemment bien placée. Une situation qui contraste avec celle des exportateurs de l'UE qui, vraisemblablement, ont perdu leurs positions pour longtemps.

    D'un autre côté, la Russie prévoit également de renforcer ses positions sur le marché turc, qui est majeur pour elle dans plusieurs domaines. En effet, la Turquie est le second marché étranger pour le gaz russe. Lukoil, le géant pétrolier russe, y possède aussi d'importants intérêts, notamment plusieurs centaines de stations essence. En outre, Sberbank, la principale banque russe, détient DenizBank, qui fait partie du Top 5 des principales institutions bancaires turques.

    Enfin, les deux pays ont relancé deux autres projets stratégiques: il s'agit bien évidemment du projet de gazoduc TurkStream, qui va acheminer le gaz russe en Turquie à travers la mer Noire, ainsi que de la centrale nucléaire d'Akkuyu, sur les bords de la mer Méditerranée, dans la province de Mersin. Dans le cas du gazoduc TurkStream, les travaux devraient débuter cette année, avec entre autres pour objectif de cesser le transit gazier via l'Ukraine d'ici 2019. Quant à la centrale nucléaire d'Akkuyu, le premier bloc devrait être opérationnel d'ici 2020, pour une centrale pleinement opérationnelle en 2023. Le projet sera réalisé par l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique (Rosatom).

    Il convient aussi de souligner qu'en plus de la réactivation du partenariat stratégique dans la sphère économico-commerciale, avec pour objectif annoncé des deux côtés d'arriver à 100 milliards de dollars d'échanges annuels à l'horizon 2020-2023, on assiste en ce moment même à un dialogue politique sans précédent. En effet, jamais la Russie et la Turquie n'ont autant coordonné leurs positions pour tenter de résoudre les problèmes régionaux, comme c'est actuellement le cas dans le dossier syrien. Peu de gens auraient cru que la Russie et la Turquie, qui ont depuis plusieurs années adopté des approches très différentes vis-à-vis du conflit syrien, auraient pu mettre ensemble en place une trêve, qui est globalement respectée dans le pays. Une trêve qui ne concerne pas les groupes terroristes de Daech, d'Al-Qaida et tous ceux qui ont refusé de se joindre audit cessez-le-feu.

    Mieux encore, un mécanisme tripartite de contrôle du cessez-le-feu doit désormais être mis en place sous la houlette des trois pays garants de cet accord: la Russie, la Turquie et l'Iran. Enfin, qui aurait aussi pu imaginer que la Russie et la Turquie (qui est encore membre de l'Otan) iraient jusqu'à mener des opérations militaires conjointes? C'est pourtant le cas des aviations russes et turques qui mènent actuellement des raids contre les positions de Daech dans le nord de la Syrie. Le meilleur est probablement à venir, et ce malgré l'opposition d'acteurs extérieurs hostiles au rapprochement russo-turc.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La Turquie abat un Su-24 russe
    Relation au beau fixe entre Moscou et Ankara, selon le premier ministre turc
    Meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie
    Poutine: Moscou et Ankara œuvreront pour le départ des terroristes d’Alep
    Tags:
    relations, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Syrie, Iran, Saint-Pétersbourg, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • normandieniemen
      désormais ,kiev ne peut plus compter sur une alliance avec la turquie contre la russie . et cela met la crimée a l'abri d'une destabilisation ethnico religieuse .
    • avatar
      Athsadi
      Poutine a doté Erdogan d'une boussole quand ce dernier naviguait a vue.
    • avatar
      josepha
      Erdogan, tout filou qu'il est a eu l'intelligence de choisir le partenaire avec lequel il avait de l'avenir et il a bien compris que les USA sous le couvert de l'amitié, se servaient de lui et l'empêchaient de se rapprocher avec la russie ! le crash de l'avion russe a sûrement été fait conjointement avec les américains. il a présenté ensuite ses plus humbles excuses au grand mécontentement américain ! il serait même prêt aujourd'hui à refuser la base militaire de.... twirlit ? aux américains ! quelle évolution en effet !
    • factal
      Pour ma part : scepticisme et étonnement. Mais tant mieux... si ça repart dans le bon sens... sur la durée.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)