Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Hassan Rohani

    Rohani à Moscou scelle l’alliance russo-iranienne

    © Sputnik. Alexei Nikolsky
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    19866

    L’Iran et la Russie partagent de nombreuses positions communes. Lutte antiterroriste, défense des souverainetés nationales, soutien du monde multipolaire, la liste n’est pas exhaustive et la coopération entre les deux pays s’est encore renforcée depuis le voyage de Rohani à Moscou.

    Hassan Rohani, le président iranien, s'est rendu à Moscou pour une visite qui s'est révélée capitale à plusieurs niveaux. Il a tout d'abord rencontré le Premier ministre Medvedev, avec lequel il a échangé sur des questions d'ordre économico-commercial. Puis il s'est entretenu avec Vladimit Poutine, vraisemblablement à propos du renforcement de la coordination géopolitique entre les deux pays.

    En effet, faut-il rappeler que l'Iran et la Russie appuient les autorités légitimes syriennes et accordent un soutien important dans la lutte antiterroriste sur le sol syrien. Un soutien qui a permis de bouleverser la situation, à un moment où les élites occidentales et les groupes terroristes pensaient que les jours du président Assad étaient comptés. Plus que cela et au-delà des succès militaires, les deux pays jouent un rôle-clé dans le processus de résolution de la crise syrienne, qui dure maintenant depuis six ans. Ce processus s'appelle Astana. Un processus auquel s'est également jointe la Turquie, sans oublier le Kazakhstan, pays-hôte de ladite plateforme, l'un des principaux alliés de la Russie et un important centre du monde eurasiatique.

    Ce rapprochement russo-iranien sans précédent, puisqu'on parle bel et bien « d'alliance stratégique », aussi bien côté de Téhéran que de Moscou, inquiète sérieusement les capitales occidentales, mais aussi certains pays du Golfe, en premier lieu l'Arabie saoudite et le Qatar, sans oublier Tel-Aviv. En effet, les responsables israéliens ont plusieurs fois affiché leur vive « inquiétude » face à l'axe Russie-Iran.

    Qu'est-ce qui accentue cette peur? Au-delà du fait que l'Iran (avec le Hezbollah libanais) est considéré comme « l'ennemi N° 1 » de l'État sioniste, il y a une nette fracture dans cette région qui devient de plus en plus évidente. Et cette division n'est pas, comme certains voudraient le croire, d'ordre religieux, entre chiites et sunnites, ou idéologique. C'est le concept et la vision même de l'avenir du monde qui sont diamétralement différents. Si des pays comme l'Arabie Saoudite, le Qatar, Israël, sont bel et bien des alliés (ou des satellites) des E.U. et donc des partisans déclarés de l'unipolarité, l'Iran ne cache pas son soutien au monde multipolaire voulu par la Russie et la Chine.
    Un monde multipolaire devenu réalité malgré les défis auxquels il est aujourd'hui obligé de faire face et le refus des élites citées plus haut de reconnaître l'avènement de cette réalité récente (chaque chose en son temps).

    En parlant des relations économico-commerciales, le volume des échanges entre les deux pays monte de façon impressionnante, bien que de l'aveu des dirigeants russes et iraniens, le potentiel est beaucoup plus grand pour ces relations. C'est aussi l'une des raisons de la visite du Président iranien en Russie, qui cherche à renforcer les échanges bilatéraux et à discuter de la possibilité du lancement d'une zone de libre-échange entre l'Iran et l'Union économique eurasiatique. Si ce projet venait à se réaliser, il s'agirait en effet d'opportunités réellement grandioses, aussi bien dans le cadre russo-iranien, qu'eurasiatique en général.

    Gardons également à l'esprit que l'Iran devrait dans un avenir proche passer d'observateur à membre de plein droit de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Son entrée dans le club des BRICS est également pertinente. La République islamique d'Iran y a toute sa place, tant des points de vue démographique, économique, politique que sur le plan essentiel des valeurs que l'Iran partage avec les pays de cette union, dont bien sûr la Chine et la Russie.
    Une chose est sûre: les relations russo-iraniennes ont un bel avenir. Et très peu probable que ceux qui s'y opposent pourront faire quoi que ce soit pour mettre à mal cette alliance stratégique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Poutine: le cessez-le-feu établi en Syrie grâce à la Russie et à l'Iran
    Trump «montre la réalité des Etats-Unis», selon le guide suprême iranien
    L’Iran fustige les USA: l'heure n'est pas à la construction de murs
    L'Iran refusera de «renégocier» l'accord nucléaire si Trump le demande
    Tags:
    Vladimir Poutine, Hassan Rohani, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik