Ecoutez Radio Sputnik
    globe

    Quand la diplomatie occidentale se plaint de l’isolement

    © Photo. Pixabay
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    101366333

    Le monde multipolaire est ouvert à tous. Cela a été rappelé maintes fois par ses partisans. Néanmoins, plus les supporters de l’ordre unipolaire dépassé refuseront la réalité, plus ils finiront par se plaindre de se retrouver isolés des principales décisions internationales.

    Voici un tout récent communiqué de la diplomatie allemande  : «  Le fait que la Russie, l'Iran et la Turquie coordonnent leurs activités, notamment dans le cadre des pourparlers d'Astana, sans inviter l'Europe, la coalition internationale anti-Daech et les États-Unis, ne peut que provoquer notre inquiétude. Selon nous, c'est seulement en joignant nos efforts que l'on peut arriver à une solution dans la crise syrienne.  »

    Vraiment  ? Le leadership occidental, en l'occurrence ici ouest-européen, commence-t-il à se plaindre d'isolement  ? Les mêmes qui aiment tellement menacer les nations non-obéissantes de se retrouver «  isolées  »  ? Une chose est néanmoins certaine  : ce communiqué confirme la justesse de l'approche d'Astana. En effet, les trois pays cités plus haut, ainsi que la Syrie (puisque c'est d'elle qu'il s'agit en premier lieu), sans oublier le Kazakhstan, qui a fourni ladite plateforme de travail, ont prouvé en quelques mois qu'il était possible d'obtenir des résultats tout à fait encourageants, sans pour autant inviter les élites occidentales, si ce n'est en tant qu'observateurs.

    La preuve saute aux yeux  : en quelques mois de pourparlers à Astana, certes difficiles, les résultats obtenus sont bien meilleurs que ceux de Genève et d'autres plateformes montées par l'Occident et les pays du Golfe depuis plusieurs années, plateformes où se croisent inlassablement des représentants étasuniens, britanniques, français, saoudiens, qataris, ainsi que leurs «  protégés  syriens  », qui n'ont aucune valeur réelle dans leur propre pays.

    La raison  ? Elle est simple. Les élites occidentales et du Golfe n'ont pas autre objectif que de tenter par tous les moyens de faire tomber les autorités légitimes de Syrie, ou à défaut de réussir la première option, de maintenir et de faire perdurer le chaos. C'est tout.

    C'est pourquoi la plateforme d'Astana doit certainement poursuivre son travail dans le format choisi initialement  : délégation gouvernementale syrienne, représentants des groupes armés soutenus par la Turquie, les pays-garants (Russie, Iran, Turquie), et bien évidemment le Kazakhstan en tant que pays hôte. Le fait d'avoir permis aux représentants étasuniens et jordaniens d'assister aux pourparlers en tant qu'observateurs est sans aucun doute un beau geste. L'Égypte est également mentionnée en tant que grande puissance du monde arabe. Mais afin d'éviter justement de plonger Astana dans le même chaos que les plateformes des pseudo — «  amis de la Syrie  », il faut certainement s'en tenir à ce qu'on a déjà.

    Pour autant, la Russie tout comme l'Iran, a bien indiqué que la porte restait ouverte, à condition évidemment de contribuer à des approches cohérentes en vue de stabiliser la situation et pouvoir contribuer à un retour progressif de la paix en territoire syrien. Les élites occidentales et certains de leurs amis du Golfe ont en-ils été capables jusqu'à maintenant  ? Réponse  : non. Aucune raison donc d'élargir le format. Certains diront que la Turquie, l'un des pays garants des accords d'Astana, joue également un jeu trouble. C'est en partie vrai. Mais la Turquie se rapproche de la Russie et elle comprend enfin que tant que la crise perdurera en Syrie, cela touchera directement sa sécurité. En conséquence, Ankara finit par jouer un rôle réellement plus positif que dans le passé, tout en gardant, malheureusement, encore une approche anti-Assad.

    Quoi qu'il en soit, la toute récente rencontre des experts russes, iraniens et turcs à Téhéran en vue de préparer la prochaine rencontre d'Astana au mois de mai a été selon les diplomates des trois pays fortement positive. Le travail doit donc se poursuivre dans ce cadre, tout en continuant évidemment la lutte anti-terroriste. Quant aux élites occidentales qui se sentent «  rejetées  », la seule solution aurait été de se ressaisir, en reconnaissant la multipolarité comme faisant désormais partie intégrante des relations internationales. Mais les connaissant, ils auront encore besoin de temps. Peut-être même de beaucoup de temps. Au risque de finir réellement isolés et d'accepter réalité du moment lorsqu'il sera déjà un peu tard.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    L’Afrique tourne le dos à la CPI
    Désinformation russe en Allemagne: zéro preuves, zéro arguments
    «Un rapprochement entre la Russie et la Chine serait une tragédie pour les USA»
    Lavrov: l'hégémonie mondiale de l'Occident a vécu
    Tags:
    monde unipolaire, monde multipolaire, crise, diplomatie, Astana, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik