Ecoutez Radio Sputnik
    le politologue Marc Crapez

    Marc Crapez : « je ne vois pas de régénération complète du paysage politique »

    © Sputnik.
    Points de vue
    URL courte
    Edouard Chanot
    5783215

    Pour le politologue Marc Crapez, l’immobilisme est la caractéristique majeure du système français. Même la situation actuelle et la victoire potentielle d'Emmanuel Macron ne pourraient selon lui inverser la tendance. Entretien.

    Comment en sommes-nous arrivés là ? Du terrorisme islamique à l'élimination des deux partis de gouvernement, en passant par la faillite de 60 000 entreprises françaises par an, les crises et les signes annonciateurs de bouleversements se multiplient.

    Mais vivons-nous véritablement une fin de cycle ? Comment inscrire ces faits non divers, qui semblent quelquefois distincts les uns des autres, dans le temps long ?

    Le sens du commun s'effrite, les antagonismes se multiplient aujourd'hui en France mais, à vrai dire, ceux-ci ne sont pas totalement nouveaux. Alors pour mieux les saisir, saisir l'ordre des choses, pour d'une certaine manière se rassurer, nous recevons le politologue Marc Crapez, qui vient de publier aux éditions du Cerf un nouvel essai, Antagonismes Français.

    Un essai à contre-courant car, écrit-il : « l'immobilisme est la caractéristique majeure du système politique français ». Malgré des luttes brutales et des désirs révolutionnaires, nous restons immobiles…

    Reminiscences du XXè siècle

    « Le fait d'être ni de droite de gauche est une idée très ancienne dans la vie politique : Bayrou a fait 18 % mais on pense aussi à Lecanuet, à Pierre Mendès France qui était très proche de Macron — il était censé être plus intelligent, plus droit que les autres. C'est une très vieille idée dans la vie politique française. Nous avons une vue biaisée par la Vème République. Tout le XXè siècle est dominée par la IIIè et IVè Républiques qui sont en fait des coalitions, autour du centre. Par des mouvements charnières entre la droite et la gauche. Si on regarde l'ensemble de la tradition politique française : il y a 1789, puis des rebondissements de cette révolution au XIXè et, depuis l'affaire Dreyfus, c'est l'immobilisme qui domine, d'abord à cause de la peur bleue des républicains du coup d'Etat de Napoléon III (…) qui empêche de fonder un pays gouvernable: on a peur de l'exécutif. »

    Le FN, une impasse ?

    « Le Lepénisme actuel peut être pour certains une solution mais de facto, jusqu'à présent, a joué inhibiteur, de blocage: les voies sont en quelque sorte gelées faute d'alliance, ce qui peut changer avec NDA. Depuis 40 ans, cela reste un phénomène qui contribue à bloquer le système plutôt qu'à le changer. »

    Une caste d'intellectuels

    « L'esprit de système est le propre de gens qui se piquent d'intellectualisme, qui se piquent d'être plus malins que les autres ou de détenir un savoir salvateur. (…) tous les libéraux ont une prévention contre cette forme d'intellectualisme qui prétend s'affranchir des opinions communes, du sens commun. Le sens commun, c'est à la fois le bon sens intuitif et la société commune. On parle aujourd'hui de 'vivre ensemble', on devrait surtout parler d'esprit public, de civisme. »

    Désillusion Macron ?

    « Je ne vois pas de régénération complète du paysage. Ça a été maintes fois annoncé, ça fait partie des thèmes récurrents de l'histoire. (…) c'est encore une règle de Tocqueville : la démocratie est une sorte de régime qui ne permet plus d'issue révolutionnaire, qui chloroforme les velléités révolutionnaires. Le fait de pouvoir librement s'affronter dans une arène politique est quelque chose qui met fin au cycle révolutionnaire. Cela n'empêche pas l'inédit en histoire mais je ne pense pas que cela change quelque chose si le candidat le plus plausible est élu — je crains qu'il n'y ait des désillusions sur sa capacité à modifier le paysage politique. »

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Macron, l’Europe, et l’épée de Damoclès frontiste
    La popularité d’Emmanuel Macron en chute de 5 points, selon les sondages
    Brigitte Bardot: «Si Macron passe, les animaux trépassent»
    Kaczynski=Poutine? Varsovie s’insurge face aux propos de Macron

    Lire aussi:

    Les Français, des anti-système frileux !
    Alain de Benoist : « la présidence Macron est le produit de ceux qui ne pensent pas »
    Charles Robin : «On assiste à un moment de véritable révélation»
    Eric Delbecque : « nous avons perdu l’habitude de ne pas être le jouet des autres »
    Requiem pour le Parti Socialiste Français
    Tags:
    système, politique, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik