Ecoutez Radio Sputnik
    Macron

    Emmanuel Macron : Président mal élu ?

    © REUTERS/ Gonzalo Fuentes
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    10875439614

    L’élection présidentielle a donc un vainqueur, et c’est M. Emmanuel Macron qui est élu avec plus de 65% des votes, comme le laissaient présager les sondages. Mais, il est élu avec un nombre important d’abstentions, environ 26% et un nombre record de votes blancs estimés à 8,2% Dire qu’il est mal élu est donc un euphémisme.

    Il n'aura recueilli sur son nom qu'environ 20 millions de suffrages sur les 46 millions de français en âge de voter. A cela, il convient d'ajouter que de nombreux électeurs d'Emmanuel Macron n'ont voté pour lui que pour faire barrage à Marine le Pen, ce qu'Emmanuel Macron a d'ailleurs reconnu. On voit que cette élection a des apparences d'imposture.

    La campagne électorale est donc terminée. Elle fut révélatrice, dans le comportement d'une certaine presse, de ce que la société française a de plus hideux. Cette campagne va donc laisser des traces profondes. Le pays est profondément divisé et n'arrivera pas à s'unir sous ce nouveau Président. Des pans entiers de la population sont entrés, ou sont sur le point d'entrer, en sécession. Le géographe Christophe Guilluy a d'ailleurs bien analysé le désastre de cette bien-pensance soi-disant antifasciste qui ne sert que de couverture aux intérêts des puissants.

    L'imposture Macron

    Les deux candidats qui se sont affrontés durant cette campagne portent une responsabilité évidente dans cet état de fait.

    M. Emmanuel Macron, tout d'abord, qui par son arrogance combinée à son insignifiance, s'avère être un produit de ce que l'on appelle le « système ». Il a été vendu aux électeurs comme l'on vend un paquet de lessive (selon Michel Onfray) ou une pâtisserie trop grasse et trop sucrée, aux consommateurs dans un supermarché. Il a porté très haut la barre de l'indécence en matière de récupération mémorielle. Son erreur sur le chômage de masse lors du débat du 3 mai à la télévision est en réalité exemplaire. En prétendant que la France est la seule touchée par le « chômage de masse », en oubliant la situation de la Grèce, de l'Espagne, de l'Italie, du Portugal, il dévoile en réalité sa pensée. Ces pays ne sont plus considérés comme frappés par le chômage, parce qu'ils ont mis en place, que ce soit volontairement ou contraints et forcés, des politiques de « réforme du marché du travail ». Que ces politiques aggravent en réalité la situation à laquelle elles étaient censées remédier constitue l'erreur de fond que recouvre cette erreur de forme.

    Sur le fond donc, tout a été dit de ce que représente le projet d'Emmanuel Macron, sa soumission profonde au néo-libéralisme et au culte de l'Union européenne, ses aspects rétrogrades sous des masques faussement modernes. Cet homme est bien le produit, comme l'a rappelé Aude Lancelin, d'un putsch silencieux du CAC-40. Autour de lui se rassemblent tous les politiciens qui ont échoué depuis ces vingt ou ces trente dernières années. Il a été incapable d'entendre ce que lui disaient les français qu'il a rencontrés. Muré dans ses certitudes, droit dans ses bottes comme le veut l'expression, ce Président par défaut qui s'annonce sera un profond facteur de division et une cause de sécessions parmi les français. Comme le dit et l'écrit François Ruffin il sera haï à peine que d'être élu et ne bénéficiera d'aucun état de grâce.

    L('ir)responsabilité de Marine le Pen

    Mais, Mme Marine le Pen porte aussi une grande part de responsabilité dans cette situation. Elle s'est révélée incapable de porter son programme, et ce quelles que soient les critiques que l'on pouvait y faire par ailleurs. Ce programme avait une cohérence et, par ses revirements de dernière minute, elle a contribué à le brouiller. Elle dit avoir écouté les économistes sur de nombreuses questions, de l'Euro à la mondialisation, mais à l'évidence elle ne les a pas entendus ni compris. Ses différents changements de pieds en fin de campagne, de l'Euro justement à l'âge de la retraite ont été désastreux. Cela montre, au mieux, un très grand amateurisme dans le traitement de ces sujets qui sont pourtant des questions essentielles pour la France et les français. Au pire, cela révèle une attitude instrumentaliste quant ces sujets et, plus globalement, quant à la question économique et sociale. Son style pugnace s'est transformé en une agressivité sans borne. Tout cela ne fait pas d'elle, contrairement à ce que prétend une bien-pensance imbécile, une « fasciste », et ne justifie nullement l'appel à faire « barrage » contre elle. J'ai dit, il y a quelques jours, ce qu'il fallait penser de tout cela. Néanmoins, elle s'est avérée être le meilleur ennemi des idées qu'elle prétendait porter et défendre. Si elle ne réfléchit pas à cela, et si elle n'en tire pas les leçons, elle est perdue. Or, la désespérance que cela peut induire est susceptible de faire le jeu de politiques elles ouvertement condamnables et autrement plus radicales et dangereuses.

    Sécessions politiques

    Tout cela met en place une segmentation politique et culturelle profonde des français. On voit bien que les partisans d'Emmanuel Macron et ceux de Marine le Pen n'habitent plus le même pays. Ils habitent des pays différents géographiquement tout d'abord, avec la distinction entre France « périphérique » et France de la métropolisation. Mais ils habitent aussi des pays différents en matière de références culturelles et sociales. Cette sécession est d'une extraordinaire gravité. Quant on n'a plus de mots en commun, la porte est ouverte à la guerre civile.

    Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, du moins une large fraction d'entre eux qui se prononce contre le vote Macron, s'orientent vers une autre forme de sécession. La manière dont cet électorat a été méprisé, diffamé, menacé pour qu'il rejoigne la coalition « macroniste » restera l'un des grands scandales et l'une des grandes hontes aussi, de cette élection. Surtout, cette campagne hystérique et haineuse, cette campagne que j'avais dénoncée il y a peu, va pousser ceux qui se définissent eux mêmes comme des « Insoumis » vers la sécession vis-à-vis du système politique. Ce ne sont pas les risibles manœuvres de la 11ème heure d'un PCF agonisant, manœuvres dénoncées par Mélenchon lui même, qui pourront l'empêcher. Ces manœuvres vont se multiplier durant la campagne pour les élections législatives de juin. On en comprend l'objectif: priver les « Insoumis » du nombre de députés auquel leur nombre numérique leur donnerait droit. Si ce scénario se mettait en place, alors la sécession des « Insoumis » deviendrait une réalité. Les phrases finales de François Ruffin dans sa tribune pour le journal Le Monde sont très claires sur ce point.
    Mais, il y a une quatrième sécession, elle silencieuse, qui se produit dans le même temps. De plus en plus de jeunes français issus de l'immigration et de confession musulmane rejettent les principes d'égalité qui fondent la République. Nous sommes ici aussi en face d'un processus de sécession, d'autant plus grave qu'il est toléré, par clientélisme électoral ou par volonté de faire régner le calme, par des politiques de tous bords. Cette sécession se manifeste dans l'exclusion de plus en plus grande des femmes de la sphère publique, dans la déscolarisation des enfants et la constitution de réseaux alternatifs et non contrôlés d'enseignement.

    Le lent et silencieux grignotage de la laïcité par les organisations « faux nez » ou proches des Frères Musulmans pose un problème redoutable pour la sphère politique française. Il faudra bien, un jour, se décider à le traiter.

    Cette élection est jouée. Mais, elle a surtout été volée aux électeurs, par la combinaison de la volonté consciente et organisée des uns, par l'irresponsabilité des autres. Mais, elle ne réglera rien, ne tranchera rien. Au contraire, son résultat probable, précipitant des fractures antérieures, risque — et l'on espère ici de tout cœur se tromper — de faire basculer la France dans un avenir fort sombre.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    90% des votes dépouillés: Macron creuse l’écart avec Le Pen
    Macron élu, mais les Français ne voudraient pas lui donner de majorité à l'Assemblée
    Les Français ont plutôt voté contre un Frexit que pour Macron
    Victoire de Macron: Poutine prêt à un travail constructif avec Paris
    Tags:
    élection présidentielle, Emmanuel Macron, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik