Ecoutez Radio Sputnik
    Le Sommet des chefs d'États de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS)

    Organisation de coopération de Shanghai: élargissement confirmé

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    4261

    La multipolarité est un processus complexe. Complexe, ne serait-ce que pour la raison d’une vive opposition à la nouvelle réalité de la part des nostalgiques du système unipolaire des relations internationales, ayant suivi la chute de l’URSS. Néanmoins, rien ne semble pouvoir arrêter ce train multipolaire.

    Astana, qui reçoit déjà les négociations sur la Syrie, accueille en ce moment le Sommet des chefs d'États de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Fait majeur de ce sommet de deux jours: l'entrée officielle de deux nouveaux membres, à savoir l'Inde et le Pakistan en tant que membres désormais à part entière de l'organisation. Pour rappel, l'OCS a été lancée en 2001 par six pays: la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan (cinq pays d'ex-URSS et l'Empire du Milieu).

    En outre, l'organisation compte quatre membres-observateurs: l'Iran, la Biélorussie, l'Afghanistan et la Mongolie. Et six États partenaires de discussion: l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Turquie, le Cambodge, le Népal et le Sri Lanka.

    Et depuis que deux nouveaux poids lourds que sont l'Inde et le Pakistan se sont joints aux six pays-fondateurs, l'OCS représentera désormais une union de plus de trois milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale. Par ailleurs, les États-membres de l'OCS s'étendent sur près de 23% des terres immergées et produisent environ un quart du PIB mondial.

    Un accent important est mis sur la sécurité collective et la lutte antiterroriste dans l'agenda de travail des pays-membres. En ce sens, un autre fait majeur devrait avoir lieu dans un avenir proche: l'Iran devrait passer du statut d'observateur à membre de plein droit. Une initiative largement soutenue par la Russie. En effet et depuis les récents attentats terroristes ayant visé la capitale iranienne Téhéran, il va de soi qu'une interaction encore plus importante dans le domaine sécuritaire doit avoir lieu. D'autant plus que certains pays ne cachent pas leur haine ouverte envers l'État iranien, notamment les États-Unis, l'Arabie saoudite et bien sûr Israël.

    Un sommet de l'OCS
    © Photo. Ministry of Defence of the Russian Federation
    Autre fait intéressant et dont il faut tenir compte: l'OCS, à l'instar de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC, formée par la Russie, l'Arménie, le Kazakhstan, la Biélorussie, le Kirghizistan et le Tadjikistan) est clairement vu comme un adversaire de l'Otan du point de vue des capacités militaires et des visions stratégiques. En effet et au-delà de l'aspect militaire, il y a aussi autre chose qui les sépare. L'OCS est partisan d'un système multipolaire du monde, tandis que l'Otan continue de défendre corps et âme l'unipolarité bâtie à la chute de l'URSS, aujourd'hui révolue.

    Et si dans l'Otan les États-Unis jouent clairement le rôle du premier violon (et du chef d'orchestre par la même occasion), au niveau de l'OCS on observe une structure beaucoup plus égalitaire, même si la Russie et la Chine se démarquent par leurs puissances par rapport aux autres membres. Last but not least, si dans l'Otan les divergences des pays membres s'accentuent clairement à l'heure actuelle, notamment entre la Turquie et les pays occidentaux, l'OCS peut au contraire être vue comme une plateforme à succès des consensus. Les divergences existantes entre l'Inde et le Pakistan ne les ont pas empêchés de rejoindre simultanément l'organisation et avant cela dans une moindre mesure les quelques désaccords sino-indiens n'ont aucunement stoppé l'intégration de l'Inde. C'est d'ailleurs aussi ce qui caractérise cette idée même du concept multipolaire: chercher et trouver des consensus. À condition évidemment de le souhaiter vraiment. Dans le cas de l'Otan, lorsque le schéma était dès le départ bâti sur d'autres « valeurs », c'est logiquement beaucoup plus compliqué. Et donc, à un moment ou à un autre, il faut s'attendre à ce qu'un pays désireux de prendre en main sa souveraineté et ses intérêts nationaux finisse par claquer la porte.

    Une chose est sûre. L'OCS a de beaux jours devant elle. Et maintenant que l'Inde et le Pakistan font eux aussi partie intégrante de l'organisation, le travail peut commencer pour une intégration de plein droit de l'Iran. L'OCS n'en sortira que renforcée et avec elle tous les partisans de la multipolarité.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Poutine appelle à plus d'unité face au terrorisme
    L’OCS-Turquie, un bluff ou une alternative réelle à l’UE?
    La nouvelle Route de la soie, la multipolarité économique en marche
    De Shanghai à Hambourg, la route maritime septentrionale relie les marchés
    Tags:
    multipolaire, Organisation de coopération de Shanghai (OCS)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik