Ecoutez Radio Sputnik
    le Général Pierre de Villiers

    Ce qu’a dit le 12 juillet dernier le Général Pierre de Villiers

    © REUTERS/ Stephane Mahe
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    102299261

    Le mercredi 12 juillet, le Général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armés, était auditionné par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée Nationale.

    On se souvient que les fuites relatives à cette audition provoquèrent la violente réaction du Président de la République, qui attaqua alors le Général de Villiers, l'accusant d'avoir « porté sur la place publique » un débat qui n'avait pas lieu d'être. La réaction du Général conduisit à une crise, crise qui se solda par sa démission du poste de chef d'état-major des armées. La publication par l'Assemblée Nationale de cette audition permet aujourd'hui de se faire une idée plus nette des propos qui y furent tenus. Les lecteurs pourront se reporter au texte intégral. Ils constateront que jamais le Général de Villiers n'est sorti de son rôle, qui était d'éclairer la représentation nationale sur l'ensemble des problèmes affectant les forces armées. Il se fait que la publication de cette audition a eu lieu quelques jours seulement avant la nouvelle tentative d'attentat terroriste de Levallois-Perret, ciblant spécifiquement les militaires participant à l'opération Sentinelle.

    I. La réduction des forces armées n'est plus possible.

    L'un des thèmes importants de l'audition du Général de Villiers a été de mettre en lumière le processus de contractions des forces armées, un processus entamé en 2008, soit sous le mandat de Nicolas Sarkozy, mais qui s'est prolongé sous le mandat de François Hollande. Il s'agit bien ici d'un processus qui a, petit à petit, vidé une bonne partie de la défense française de sa substance. Ce processus rend de fait impossible de nouvelles coupes budgétaires, sous peine de déséquilibrer en profondeur l'ensemble de la défense française. C'est un point important qu'il convient de noter. On le constatera dans l'extrait suivant de l'audition du Générale de Villiers:

    « Le système a en outre été fragilisé par le processus qui, entre 2008 et 2014, a affecté la totalité des composantes de nos armées, directions et services: le nombre de militaires est passé de 241 000 à 203 000 (…). Depuis 2008, cinquante formations de l'armée de terre, dix-sept bases aériennes, deux bases aéronavales et vingt bâtiments ont été supprimés.

    L'impact de ces réformes, menées dans un laps de temps très court, se fait sentir (…). À ceux qui en douteraient, je le dis et je le répète: on a déjà donné, on a déjà tout donné. Il faut maintenant revivifier notre modèle, ce qui, d'ailleurs, n'exclut pas de poursuivre notre transformation permanente et nos réformes de structure pour être toujours plus efficients. »

    La position du chef d'état-major est ici très claire. Il n'est plus possible de procéder à de nouvelles coupes. La cohérence d'ensemble des forces armées est aujourd'hui atteinte par ces coupes qui les fragilisent. Il faut donc au contraire commencer à préparer la régénération de l'appareil militaire.

    II. Les coupes budgétaires ont des conséquences opérationnelles

    Le deuxième point sur lequel le Général de Villiers est explicite porte sur les conséquences opérationnelles de ces coupes et des restrictions budgétaires. Les restrictions budgétaires mettent directement en cause la sécurité des militaires, que ce soit directement (absence ou déficience des blindages et des gilets pare-balles) ou que ce soit indirectement du fait d'un manque de moyen qui contraint les unités à entrer en action sans disposer du soutien, que ce soit le soutien aérien, le soutien de reconnaissance ou autre, adéquat. Des opérations doivent ainsi être reportées, ce qui peut avoir des conséquences opérationnelles extrêmement graves.

    « Concrètement, sur le terrain, le manque d'hélicoptères, de drones ou d'avions ravitailleurs a des conséquences lourdes sur la manœuvre générale: report d'opérations, rupture de permanence, opportunités non saisies, prévisibilité accrue. Il ne s'agit là que d'un exemple parmi d'autres. Pour gagner, il nous faut aussi des gilets pare-balles rénovés, des stocks de munitions reconstitués et davantage de véhicules blindés pour protéger nos soldats. Je rappelle que 60 % de nos véhicules utilisés en opération ne sont pas protégés. Le blindage est le moins que l'on puisse demander et obtenir pour les hommes et les femmes de nos armées qui, eux, ne comptent pas leurs efforts ».

    On constate aussi que l'entraînement a été sacrifié, que ce soit l'entraînement des forces aériennes ou des forces navales. Or, la qualité de l'entraînement, et cela est su par les militaires depuis des temps immémoriaux, est une des conditions pour minimiser les pertes en opérations. Que l'on se souvienne de l'adage, maintes fois vérifiés, que « la sueur à l'entraînement évite le sang ». Il est donc clair que l'efficacité et la sécurité des femmes et des hommes de nos forces armées ont été mises en péril par les coupes répétées dans le budget de la défense depuis 2008.

    III. La question du budget

    Ceci conduit, bien entendu, à la question du budget. Le Général de Villiers salue l'objectif fixé par le Président de la République mais précise par ailleurs qu'il n'est pas « un lapin de six semaines ». Il en appelle donc à la transparence de la décision politique, et précise que les engagements pris doivent être impérativement tenus. Il indique aussi que la somme prévue par le budget 2018, et que le Président de la République devait, dans la polémique déclenchée par sa réaction (ou peut-être faut-il parler de sur-réaction) à l'audition du Général de Villiers, mettre en avant comme la « preuve » de son engagement sur les questions de défense, représente en réalité le strict minimum de ce qu'il faut alors dépenser.

    En réponse à des questions des membres de la commission, le général est revenu sur la question de l'annulation des 850 millions d'euros de crédits, annulation que venait d'annoncer M. Darmanin. Il montre bien qu'il s'agit d'une réduction nette, qui vient s'ajouter à d'autres. Il précise que le mécanisme des reports de crédits ne permet pas à la représentation nationale de se faire une idée précise de l'impact des réductions de fait que ces reports entraînent. Ceci renvoie à la question des munitions, une question qui est à l'évidence devenue critique. Pour disposer des munitions suffisantes, il faut les produire. Pour produire ces munitions, encore faut-il que l'appareil industriel puisse le faire dans les temps impartis. De fait, dans le domaine militaire, ce qui importe ce n'est pas le « juste à temps » de l'industrie civile mais bel et bien la constitution de capacités excédentaires, capacités qui pourront être mobilisées en temps de crise et d'urgence. On est donc dans une logique parfaitement différente de celle de l'industrie civile, et encore plus à fortiori de celle de la banque et des banquiers.

    Au total, l'audition du Général de Villiers apparaît comme extrêmement digne et responsable, et non pas comme une « mise sur la place publique » du linge sale que le Président aurait souhaité laver en famille. Le fait que le Général de Villiers ait été applaudi sur tous les bancs à la suite de son audition montre bien que, au-delà des désaccords qui peuvent légitimement exister, les membres de la Commission avaient été sensibles à l'exercice démocratique que représente l'information honnête des représentants du peuple!

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Quand Macron se transforme en adjudant face au chef des armées
    850 M EUR de coupes dans le budget militaire: «proposition déconnectée de la réalité»
    Un plan Sentinelle renouvelé permettra-t-il à l'armée de tirer en pleine rue ?
    Défilé du 14 juillet: Hollande hué une fois de plus
    La "coordination" des opérations militaires des armées française et russe en Syrie
    Tags:
    Assemblée nationale française, Pierre de Villiers
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik