Ecoutez Radio Sputnik
    Venezuela

    Pourquoi une intervention directe US au Venezuela est peu probable ?

    © REUTERS/ Ueslei Marcelino
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    172599392

    Au moment où l’armée de la République arabe syrienne poursuit ses succès, toujours plus à l’Est, contre les terroristes de Daech, annonçant une victoire imminente dans cette guerre imposée à la Syrie non seulement par le terrorisme international mais aussi par la politique néocoloniale d’un certain nombre d’Etats.

    Les Etats-Unis passent aux menaces vis-à-vis d'autres pays du monde.

    En effet, Donald Trump a menacé le Venezuela d'une possible intervention militaire US en vue de « défendre la démocratie » dans ce pays. Au-delà du fait que cette « belle excuse » ne passe plus car de moins en moins de personnes ne se font d'illusions sur une « démocratie » à l'occidentale imposée par les bombes dans la pure violation du droit international et de la souveraineté des Etats, les Etats-Unis, se sentant clairement menacés par l'avènement de l'ère multipolaire, commencent à menacer un peu beaucoup de pays simultanément. D'abord l'Iran, grande puissance du Moyen-Orient et alliée (surtout depuis les événements syriens) avec la Russie, puis la Corée du Nord dont le leadership ne cache pas sa détermination à utiliser des moyens fortement radicaux en cas d'attaque le visant (bien qu'il n'attaquera pas en premier), et maintenant le Venezuela. L'élite US aurait certainement aimé ajouter à cette liste la Russie et la Chine, les deux grands avant-postes de la multipolarité, mais un minimum de raison les en empêche évidemment, les Etats-Unis comprenant parfaitement ne pas être en mesure d'affronter directement ni la Russie, ni la Chine, même séparément. Si ce n'est par des sanctions, qui dans le cas russe boostent plus la Russie vers une indépendance de plus en plus grandissante vis-à-vis de l'Occident qu'autre chose.

    Maintenant parlons un peu des perspectives. Le principal partenaire de la Corée du Nord est bel et bien la Chine. C'est donc principalement à elle que revient la gestion de ce dossier à l'heure des tensions grandissantes entre Washington et Pyongyang. La Russie suit évidemment de près la situation, sachant que les dites tensions ont lieu tout près des frontières est du territoire russe mais laisse assez clairement l'allié chinois traiter prioritairement ce dossier. Ce qui est d'ailleurs assez logique. Dans le cas du Venezuela, cela est différent. La République bolivarienne est un allié officiel de la Fédération de Russie, tout comme l'est la République arabe syrienne. Cela se traduit notamment par une vision similaire sur les principaux dossiers internationaux, y compris au niveau de l'ONU. Mais ce n'est pas tout. Au-delà de l'aspect politico-idéologique et de soutien commun à la multipolarité, Moscou possède avec Caracas plusieurs intérêts: coopération dans le domaine militaro-technique, pétrolier (Rosneft notamment), dans le domaine des infrastructures et du transport, ainsi qu'agricole (la Russie fournit d'ailleurs actuellement d'importantes quantités de blé à ce pays). Plus généralement, il est admis que le Venezuela fait partie des principaux partenaires de la Russie en Amérique latine.

    Par ailleurs, récemment le président russe a transmis son soutien au leader vénézuélien faisant face à une large pression occidentale couplée à une opposition largement libérale et pro-occidentale. Tout cela pour dire que la Russie surveille de près la situation dans cet Etat, dans le viseur de Washington depuis de longues années. Dans le viseur pour plusieurs raisons: premières réserves mondiales de pétrole, fer de lance d'une intégration latino-américaine ouvertement hostile à la politique US dans la région et dans le monde depuis Hugo Chavez, alliance avec la Russie — rival reconnu des USA. Parallèlement, la CIA tout comme le Département d'Etat US n'ont pas cessé de considérer toute l'Amérique latine comme l'arrière-cour étasunienne. C'est une raison supplémentaire de l'hystérie américaine en vue de se débarrasser de tous les leaders latino-américains, aussi progressistes soient-ils, pour avoir des représentants radicaux mais dociles aux intérêts de Washington, à la sauce Batista ou Pinochet.

    Maintenant pourquoi une intervention directe des Etats-Unis au Venezuela est peu probable. Un compatriote et collègue russe d'Algérie, ancien militaire, m'avait dit il y a quelques jours la chose suivante: une agression ouverte américaine contre le Venezuela serait le meilleur cadeau que Washington pourrait faire à toute la résistance latino-américaine. Et je dois avouer que je rejoins cette position. Pourquoi? Pour plusieurs raisons. Connaissant les sentiments profondément anti-américains d'une large coalition de leaders de cette région du monde, sans oublier des populations concernées, une telle intervention risque d'exacerber ces sentiments à un tel niveau que les conséquences se feront sentir jusque dans les territoires étasuniens. C'est la première chose. D'autre part, si l'Amérique latine s'est déjà habituée aux déstabilisations étasuniennes via la CIA en coordination avec la cinquième colonne locale, cela n'a rien à avoir avec une intervention armée d'agression directe qui créera immédiatement une très large solidarité régionale face à une telle agression. Sachant d'ailleurs qu'une telle agression pourrait créer une résistance peut-être plus radicale encore au néocolonialisme US que c'est actuellement le cas au Moyen-Orient.

    D'autant plus que le Venezuela est loin d'être seul dans sa politique d'opposition à Washington dans cette région, avec là aussi des conséquences pouvant être dramatiques aussi bien pour les intérêts américains (y compris même dans les pays où les élites restent encore pro-US) mais également pour les citoyens étasuniens. Enfin, et au-delà de l'alliance régionale évidente, le Venezuela peut compter sur un soutien diplomatique de son allié russe et très probablement chinois au niveau du Conseil de sécurité de l'ONU. Last but not least, les technologies russes d'armement présents au Venezuela et l'expérience acquise en coordination avec les conseillers russes, y compris en tenant compte de l'expérience syrienne, font que les Etats-Unis non seulement devront mais vont réfléchir trois fois avant de s'engager dans une nouvelle aventure guerrière.

    Le monde n'est plus même. Et ne sera plus jamais comme avant. En raison de cela, plusieurs forces à l'intérieur des USA seraient prêts à plonger l'humanité entière dans une guerre totalement destructive car comprenant que leur hégémonie sur le monde est arrivée à sa fin. Parallèlement, ils comprennent aussi qu'une telle guerre sera dévastatrice pour eux-mêmes et leurs intérêts. Quant à Trump, il aura montré qu'il ne diffère pratiquement en rien des autres présidents US. Le temps des illusions (de certains) est définitivement clos. Pour reprendre les paroles du ministre de la Défense du Venezuela: « Toute l'élite US est extrémiste ».

    Soyons francs une fois encore, l'élite étasunienne n'acceptera pas officiellement l'ère nouvelle sous peu. C'est la raison pour laquelle le temps est probablement venu pour non seulement être aux aguets mais passer pleinement à l'offensive. D'autant plus que dans la vision des partisans de la multipolarité, ces offensives peuvent être très variées.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Venezuela: un véhicule blindé de la garde nationale brûlé
    Des provocations US au Venezuela ne sont pas exclues, selon l’ambassadeur
    Des victimes lors d’une consultation de l’opposition au Venezuela
    Manifestations au Venezuela: sept soldats blessés par une explosion
    Caracas accuse Merkel d'«encourager la violence» au Venezuela
    Tags:
    intervention, Donald Trump, Venezuela, Corée du Nord, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik