Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

    Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

    © Sputnik. Service de presse de la présidence syrienne
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    Situation en Syrie (automne 2017) (48)
    323736631

    Un virus dangereux devrait généralement demander des mesures efficaces et coordonnées. Mais lorsque certains manquent cruellement à l’appel, voire contribuaient à développer ledit virus dans le but d’atteindre des résultats purement égoïstes et très mal intentionnés, il est évident que quelqu’un devait y mettre un point.

    Et ce point sera mis sous peu. La ville-martyre syrienne de Deir ez-Zor, sous le joug des terroristes de Daech depuis maintenant trois ans, retrouvera sous peu la pleine liberté. En effet, l'encerclement imposé par les terroristes takfiristes aux civils et aux troupes d'élite de l'armée syrienne, qui résistaient dans une partie de la ville depuis toutes ces années, est désormais rompu. Les choses se sont accélérées plus rapidement que prévu. L'Armée arabe syrienne et ses alliés vont donc non seulement poursuivre le nettoyage anti-terroriste aux abords et à l'intérieur de la ville (capitale de l'Est syrien), mais plus généralement dans toute la province éponyme (riche en hydrocarbures).

    Question: où sont-ils, tous ces «braves» experts qui prétendaient depuis le début de l'opération antiterroriste russe en Syrie que la Russie et le gouvernement syrien ne combattaient pas Daech, mais «l'opposition» prétendument «modérée»? Où sont-ils aujourd'hui? Heureusement (ou dommage?) que la honte ne tue pas. Une chose est néanmoins certaine: ces personnes ont perdu toute légitimité à commenter les questions d'actualité internationale. Toute leur propagande du mainstream accusatoire visant aussi bien le leadership syrien que ses alliés, dont évidemment la Russie, en traitant par la même occasion toutes les informations alternatives de «vulgaire propagande» s'est écroulée comme un château de cartes face à la réalité sur le terrain. Dans un précédent article, nous avions posé la question de savoir comment se faisait-il que la prétendue coalition des USA & consorts, qui agissait illégitimement en Syrie sous prétexte de combattre Daech et en ayant à sa disposition bien plus d'armements que la Russie (qui n'a commencé à agir que fin septembre 2015, suite à la demande officielle du gouvernement syrien), n'ait obtenu aucun résultat notable dans cette prétendue guerre que ladite coalition aurait soi-disant déclaré au terrorisme. Évidemment, nous n'aurons probablement jamais de réponse digne de ce nom de la part des instigateurs de tout ce chaos, qui adorent s'autoproclamer «communauté internationale», n'étant par la même occasion que la communauté occidentale (moins de 10% de la planète), et de certains suiveurs qui souvent malgré eux sont forcés de se conformer aux prérogatives néocoloniales de ce cercle vicieux.

    Deir ez-Zor
    © Photo. Press Service of the President of Syria
    Mais, au final, a-t-on réellement besoin de leur réponse? Il est probablement à penser que non. L'essentiel étant que le prétendu califat de Daech vit ses derniers jours en terre syrienne. Bien sûr et malheureusement le terrorisme ne disparaîtra pas avec l'élimination de Daech en Syrie. Mais le virus en question a perdu une vigueur plus que notable dans cette guerre face aux forces qui ont pris leurs responsabilités non seulement pour protéger leurs propres foyers, mais aussi ceux de l'écrasante majorité de l'humanité. C'est ce que retiendra l'histoire et c'est l'essentiel.

    Quant aux forces «jouant» avec les terroristes et instigatrices de chaos à divers endroits de la planète, il faudrait probablement qu'elles retiennent deux points. La nouvelle réalité mondiale n'est plus un rêve ou un mythe, c'est une réalité indiscutable. Et d'autre part, le temps de l'impunité arrive à son terme. Ce qui signifie la chose suivante: le mal que certains avaient voulu (de loin pas la première fois) utiliser pour atteindre leurs objectifs géopolitiques et géoéconomiques se retourne déjà activement contre ses créateurs, avec les conséquences qui en découlent. Et les responsables de ces injustices et du chaos au niveau planétaire risquent bien de finir par rendre des comptes, aussi bien à leurs propres citoyens, qu'au reste de l'humanité qu'ils ont si longtemps méprisé. Game over, «partners».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2017) (48)

    Lire aussi:

    Opération antiterroriste en Syrie: la phase finale a commencé
    Le monde arabe se convertit à la multipolarité
    Et si Damas reprenait Raqqa?
    Tags:
    Daech, Russie, États-Unis, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik