Ecoutez Radio Sputnik
    Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

    Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

    © Sputnik. Dmitry Astakhov
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    37103451423

    Coopération renforcée avec Alger, multiplication des conventions avec Rabat, dont un spectaculaire accord de libre-échange entre la Russie et le Maroc, la tournée de Medvedev en Afrique du Nord se solde par un succès. Une fois encore, Moscou et les tenants de la multipolarité bousculent les positions de l'Occident.

    Dmitri Medvedev revient duMaghreb les mains pleines. Le Premier ministre russe a en effet marqué des points importants au Maroc, qui était vu jusqu'à présent comme un allié occidental solide. En Algérie, moins de surprises, puisque l'alliance stratégique entre Moscou et Alger date de plusieurs dizaines d'années. Elle sort néanmoins renforcée de la visite de Medvedev, avec des promesses de diversification des secteurs d'interaction.

    Le monde change, la réalité géoéconomique et géopolitique aussi. Alger comme Rabat font partie des principaux partenaires de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Si avec la première, cette relation s'est forgée durant la lutte d'indépendance et dans les premières années de son obtention, dans le cas du Maroc le partenariat stratégique a commencé son chemin à partir du début des années 2000.

    L'Algérie fait partie du Top 3 des principaux partenaires de la Russie dans le secteur de la Défense, derrière l'Inde et la Chine. Pour la seule année 2016, Alger a commandé à Moscou pour 924 millions de dollars d'armements contre 1,2 milliard pour New Delhi et 959 millions de la part de Pékin. Mais l'interaction ne s'arrête pas là. Les deux pays partagent grand nombre de visions communes ou similaires au niveau politique et de l'actualité internationale.

    Leurs intérêts communs concernent également le secteur énergétique, les deux pays étant de grands producteurs de pétrole et de gaz. Plusieurs projets dans l'industrie agroalimentaire sont en cours de négociation, l'Algérie s'ouvrant potentiellement le marché russe. Une chose est certaine: l'Algérie était, reste et restera un partenaire privilégié de la Russie, et ce à plusieurs niveaux.

    Dans le cas du Maroc, les échanges avec la Russie sont également à un niveau stratégique. Rabat est un important fournisseur de produits agroalimentaires sur le marché russe. Ainsi, la Russie est-elle le principal débouché des agrumes marocains avec 45% de la production destinée à l'export, contre 30% pour l'UE et 20% pour l'Amérique du Nord. Une part de marché qui pourrait encore croître, la Russie s'étant dernièrement déclarée prête à augmenter ses achats d'agrumes en provenance du Maroc. «La part actuelle du Maroc sur le marché russe au niveau des agrumes est de 26%, nous sommes prêts à ce qu'elle atteigne 50%», a fait savoir le ministre russe de l'Agriculture Alexandre Tkatchev.

    Dans le domaine de l'énergie, la Russie est prête à participer à la construction au Maroc de centrales électriques à gaz. En outre, la pêche, l'industrie et le tourisme représentent quant à eux des secteurs appelés à connaître également une hausse conséquente.

    Toutes ces annonces sont toutefois éclipsées par celle de la création d'une zone de libre-échange entre la Russie et le Maroc d'ici un an au maximum.

    En passant, les producteurs européens peuvent «remercier» une fois de plus leurs dirigeants: au moment où la Russie est arrivée à une autosuffisance complète sur plusieurs secteurs de l'industrie agroalimentaire, en augmentant au passage ses exportations, ne serait-ce qu'au niveau du blé, des pays non occidentaux renforcent sans complexe leurs positions sur ce grand marché qu'est la Russie.

    Cela confirme une fois de plus ce que nous avons déjà annoncé à plusieurs reprises: les produits agroalimentaires de l'UE, actuellement bannis de Russie en raison des contre-sanctions, auront les plus grandes difficultés à revenir sur ce marché, si jamais ils y parviennent un jour.

    N'est-ce pas l'Occident politique et médiatique qui annonçait en grande pompe de grands problèmes à venir pour l'économie russe après l'adoption de sanctions occidentales? Et qui est perdant au final? Les producteurs de l'UE n'ont jamais réussi à compenser leurs pertes se chiffrant en dizaines de milliards d'euros et en dizaines de milliers d'emplois perdus, ni même à trouver des marchés de remplacement.

    La Russie, de son côté, a réussi non seulement à donner une chance unique à ses producteurs, mais aussi à diversifier très largement ses relations extérieures. Moscou aurait certainement dû lancer ce processus bien avant, comme l'a fait la Chine, et ne pas attendre les tensions avec l'Occident, mais mieux vaut tard que jamais.

    Le processus suit son cours et il n'y aura certainement pas de retour en arrière. Aux élites européennes de réfléchir un minimum pour ne pas perdre leurs positions économiques encore existantes en Russie, leur rapportant des sommes plus que considérables, au risque de voir les pertes se multiplier de plusieurs fois. En ce qui concerne les pays africains, les exemples de pays comme l'Algérie, le Maroc, l'Afrique du Sud, l'Angola et certains autres encore démontrent qu'assumer sa souveraineté est tout à fait possible: non, il n'y a pas de peuples «élus» et «moins élus». Tous égaux. C'est cela la multipolarité.

    Aux pays sous emprise encore des partisans de l'unipolarité d'en tirer les conclusions qui s'imposent.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Coopération Russie-Afrique dans le domaine de la défense: le point sur la situation
    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    La géoéconomie des relations Russie-Turquie
    Tags:
    visite, Dmitri Medvedev, Maghreb, Occident, Algérie, Afrique du Nord, Maroc, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik