Ecoutez Radio Sputnik
    Indra 2017

    L’interaction militaire russo-indienne a le vent en poupe

    © Sputnik . Ildus Gilazutdinov
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    0 210

    Dans un monde en plein changements et face à de nombreux défis, il y a aussi de la constante. A ce titre, les liens unissant Moscou et New-Delhi ont non seulement réussi à rester stables, mais ne cessent aussi d’aller de l’avant. Le tout dans un cadre multipolaire du monde.

    L'interaction des deux pays dans plusieurs secteurs date de plusieurs dizaines d'années, l'URSS et la République indienne libérée du colonialisme britannique partageant des relations fortement amicales. Il y a quelques années étant de passage dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, lors d'un échange avec un diplomate indien ce dernier m'avait confirmé cet aspect des relations bilatérales en allant même jusqu'à rappeler à titre d'anecdote que pour beaucoup d'Indiens et de Russes, l'Inde était presque considérée comme une république soviétique tellement l'interaction était importante.

    A l'heure actuelle, rien ne semble pouvoir modifier ce rapport, bien que les tentatives émanant d'intérêts purement extérieurs à l'Inde ou à la Russie aient loin d'avoir manqué. En effet, les échanges dans les domaines politique, économique et culturel se développent à un rythme plus qu'encourageant. Les leaders des deux pays ont d'ailleurs annoncé l'objectif d'atteindre l'équivalent de 30 milliards de dollars d'échanges annuels vers 2025. Quant au secteur stratégique de la Défense, les deux pays partagent une coopération de premier choix. Faut-il rappeler que l'Inde au cours des dernières années occupait la première place au niveau mondial en termes d'import d'armement et que dans ce rapport la Russie reste le fournisseur principal des forces armées indiennes?

    En effet et pour la seule année dernière, l'Inde a acheté à la Russie pour 1,2 milliards de dollars et continue traditionnellement de rester le principal acheteur d'armements russes au niveau planétaire (devant la Chine et l'Algérie pour l'année 2016). Autres chiffres importants à savoir: plus de 70% des chars, automoteurs d'artillerie, avions de chasse, bombardiers, lance-roquettes multiples, hélicoptères, frégates, sous-marins, systèmes de défense côtière, etc… exploités au sein des forces terrestres, aériennes et navales de l'Inde sont de production russe ou soviétique. Et à ce jour, 40% des équipements de l'armée indienne ont soit été fabriqués en Russie, soit sous licence russe dans les usines locales. Dans l'aviation cette part est de 80%, dans la flotte 75%.

    Par ailleurs, les deux pays ne se limitent pas aux transactions purement commerciales dans ledit domaine mais mènent régulièrement des exercices interarmées. Les touts récents, Indra 2017, viennent de se clôturer à Vladivostok: dans l'Extrême-Orient russe.

    Pour rappel, la Russie avait également mené récemment des manœuvres conjointes avec les forces armées chinoises en mer Baltique, aux larges de ses frontières occidentales, à la grande colère de l'Otan qui pourtant ne se gêne pas à accroitre ses effectifs armés aux frontières russes. Tout cela pour dire, que l'Inde, comme la Chine et la Russie, est résolument tournée au soutien à la multipolarité que certains s'obstinent encore à ne pas vouloir reconnaitre. Et toutes les histoires sur les prétendus « tensions » entre New-Delhi et Pékin ne changent rien au fait que leur interaction reste au beau fixe, y compris dans des organismes tels que les BRICS ou l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), avec l'appui effectif de la Russie.

    Une chose est certaine: les rapports russo-indiens, comme russo-chinois, gardent leur dynamique positive. Et cela est plus que jamais important aujourd'hui, face au danger du terrorisme international, complice avec ceux qui pensent toujours pouvoir le contrôler dans le but d'atteindre leurs objectifs géopolitiques. Le monde, ou du moins sa part majoritaire, n'acceptera plus le diktat unipolaire arrogant d'une extrême minorité. Et qui d'autant plus ne cesse de perdre la confiance de ses propres citoyens dans l'espace géographico-civilisationnel concerné.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Idiotie géopolitique ou la guerre inutile entre l'Inde et la Chine
    Narendra Modi forcerait les Américains à contourner leurs propres sanctions
    Macron en Inde: entre emballement médiatique et modestes réalités
    Tags:
    Indra 2017, Indra Navy 2017, URSS, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik