Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat israélien

    Attaques aériennes: quand Israël se casse les dents sur l’os syrien

    © AFP 2017 JALAA MAREY
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    973109

    Israël vient de voir sa supériorité aérienne au Proche-Orient sérieusement écorné. Damas, après avoir éliminé la menace terroriste, ne laisse plus sans réponse les agressions israéliennes et vient d’enregistrer un premier succès en la matière. La fin de l’impunité aérienne de Tel-Aviv est lourde de conséquences pour la région.

    L'interception par la chasse syrienne de plusieurs missiles sol-sol israéliens est révélatrice des changements radicaux de rapports de force au Proche et au Moyen-Orient. Cette évolution militaire est en effet sous-tendue par des glissements des lignes de force géostratégiques, ce dont ne se plaindront pas les partisans de la multipolarité.

    Pour aborder ce dernier point, relevons tout d'abord une hystérie de plus en plus évidente des dirigeants israéliens. Netanyahou, constatant l'échec de son scénario idéal, à savoir le pourrissement indéfini du conflit syrien, lance des menaces quasi-quotidiennes à Damas et à ses alliés, dont Téhéran. Des menaces parfois suivies de moments de silence, tant la nouvelle réalité semble frapper les responsables de l'État hébreu.

    En effet, depuis quelques jours, Israël hausse le ton en affirmant «qu'il ne tolérera pas une quelconque présence iranienne en Syrie». Il oublie par là que la Syrie n'est pas une colonie israélienne, à l'instar de celles dont il dispose pour le moment encore en territoire palestinien. Il néglige aussi le fait que la République syrienne, en qualité d'État souverain, n'a aucunement à valider avec des tiers, qu'ils soient israéliens, américains ou européens, la présence sur son sol de forces alliées russes, iraniennes, ou du Hezbollah libanais.

    Tel-Aviv semble de plus surpris que non seulement la Syrie a vaincu les dizaines de milliers de terroristes qui opéraient sur son sol depuis plusieurs années, grâce à l'aide décisive de la Russie et qu'elle ait déjà lancé de vastes chantiers de reconstruction à l'échelle nationale, mais aussi que Damas impose une nouvelle donne en matière de défense de son espace aérien.

    Faut-il le rappeler que tout au long de la guerre menée par la Syrie et ses alliés contre le terrorisme international, l'aviation de l'Etat sioniste a mené plusieurs raids contre les positions de l'armée syrienne, sans jamais toucher un quelconque groupe terroriste, y compris Daech ou Al-Qaida? Damas n'a d'ailleurs pas manqué de pointer du doigt la complicité entre Tel-Aviv et lesdits groupes terroristes.

    Mais au delà de ces condamnations, force est de constater que la Syrie ne fut en général pas en mesure de défendre convenablement son territoire des frappes israéliennes. De fait, l'armée syrienne était avant tout mobilisée par la lutte antiterroriste et, de l'aveu même du président Assad, plusieurs systèmes de défense aérienne avaient été détruits par les terroristes au début du conflit.

    Certaines mauvaises langues n'hésitaient d'ailleurs pas à mettre en doute la capacité de la Russie, alliée de Damas, à faire face à ces attaques aériennes d'Israël, qui passent le plus souvent par l'espace aérien libanais. Seule action visible de Moscou, avoir convoqué l'ambassadeur israélien pour lui exprimer des protestations officielles. Personnellement, je suis assez convaincu que si le Kremlin a tenté —en vain- de convaincre Israël de stopper ses actions hostiles contre la Syrie, la principale raison de la «patience» russe était de rester concentré sur l'élimination des terroristes en Syrie. Mission accomplie, puisque les terroristes ont été éliminés à plus de 95%.

    Concernant les raids aériens contre Damas, la Russie avait annoncé son intention de renforcer considérablement la DCA syrienne. Certains ont peut-être cru que ce ne serait que des paroles en l'air et Moscou n'a rien fait pour les détromper. Mais les résultats sont là: avec plusieurs missiles israéliens interceptés, la Syrie a démontré qu'elle était en mesure de contrer les attaques israéliennes. CQFD.

    La Russie, en bon allié, ne criera certainement pas sur les toits les raisons d'un tel changement dans les capacités antiaériennes de la République arabe. Cela ne rentre pas dans ses habitudes. Un peu comme au moment des victoires décisives à Alep, Palmyre, Homs ou Deir-ez-Zor, où la Russie avait toujours laissé la palme de la victoire au peuple, à l'armée et au gouvernement syrien.

    Néanmoins, une chose est sûre: l'État sioniste ne domine plus l'espace aérien de la région. La pilule sera dure à avaler, mais il faudra s'y faire. Et au lieu de s'y casser les dents, Israël ferait mieux de repenser sa politique en direction de la Syrie, de la Palestine et plus généralement de toute la région. Dans le cas contraire, il risque de faire face à des conséquences qui lui seront très certainement préjudiciables.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Pourquoi Israël ne peut pas être un partenaire de confiance de la Russie?
    La Syrie a repoussé une attaque israélienne de missiles (vidéo)
    Pourquoi Israël et les USA frappent la Syrie
    Tags:
    attaque, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik