Ecoutez Radio Sputnik
    vivre-ensemble

    Paul-François Paoli : «le vivre-ensemble est une idéologie molle»

    CC0
    Points de vue
    URL courte
    Edouard Chanot
    6186

    Omniprésente, l’obsession pour le « vivre-ensemble » exprime, selon le journaliste Paul-François Paoli, une inconsistance idéologique et politique lénifiante. Entretien.

    « Imaginez-vous, chers auditeurs, dans 30, 40 ou même 50 ans… dans un petit demi-siècle… L'United colorisation du monde aura-t-elle vaincu des nations anxiogènes? La femme aura-t-elle vaincu le patriarcat? Le progrès aura-t-il vaincu les esprits… retardataires? Le vivre-ensemble aura-t-il vaincu l'Ennemi?

    Et maintenant retrouvons 2018. Retrouvons 2018, car le vivre-ensemble que nous venons de mentionner semble d'ores et déjà se fissurer. Eh oui, la naïveté n'a jamais fait un bon ciment.

    Alors pour approfondir notre analyse, pour mieux cimenter nos réflexions, nous avons accueilli en studio un essayiste qui n'a guère d'appétence pour la naïveté. Paul-François Paoli vient de publier un abécédaire, aux éditions l'Artilleur: L'imposture du vivre-ensemble de A à Z. 350 pages, 300 entrées, et tout cela pour décrire la vie intellectuelle française, et pour dénoncer l'inconsistance de ce ‘vivre ensemble'… »

    Corruption du journalisme

    « Ce livre s'adresse en particulier aux journalistes. Nous sommes, nous, les premières victimes du vivre-ensemble. Vous savez bien qu'un certain nombre de mots sont plombés en France dans la presse et dans les médias. On ne peut plus dire certains mots. Cette idéologie du vivre-ensemble est très contraignante. (…) C'est un paradoxe: il est vrai que les journalistes en France ont été formatés par deux médias en particulier: Libération et Le Monde. Libération n'a pratiquement plus de lecteurs, Le Monde a encore des lecteurs mais n'a plus la légitimité qu'il avait autrefois. Dans les écoles de journalisme, le style, les méthodes, les impératifs sont prégnants. Pourquoi? D'une certaine manière, les journalistes ont inconsciemment tendance à édicter des normes intellectuelles et morales. C'est devenu une sorte de clergé. Mais ce n'est pas leur rôle. Leur rôle, c'est divulguer des faits… »

    Dégénérescence de la pensée

    « Quand existe un penseur, une vulgate émane de cette pensée, forme de dégénérescence de celle-ci. On peut parler de [Michel Foucault, ou de] Pierre Bourdieu. Ces vulgates se sont diffusées et ont sécrété une forme d'idéologie de la censure, victimaire. On le voit aujourd'hui en direct: tous les débats qui ont trait au néo-féminisme, etc. sont des formes dégénérées de toute une pensée qui a essaimé dans les années 60, où par définition une femme est victime, un immigré est victime, quiconque appartient à une dite minorité est victime… »

    L'hégémonie de la gauche ébranlée

    « Cette idéologie confuse, inconsistante du vivre-ensemble, est un petit peu le résidu de la domination intellectuelle de la gauche, qui a été totale à partir de 1945. La droite intellectuelle dominait le paysage intellectuel jusqu'en 40. Cette droite s'est compromise avec le régime de Vichy, et d'une certaine manière a fait faillite. En particulier l'Action Française. La gauche a pris le pouvoir en '45, d'abord à travers le marxisme, l'existentialisme de Jean-Paul Sartre, et certains penseurs structuralistes comme Michel Foucault. Aujourd'hui, cette hégémonie est ébranlée. »

    ​Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    Tags:
    idéologie, féminisme, relations
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik