Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de la Russie

    Contre vents et marées, la Russie diversifie ses relations extérieures

    © Sputnik. Alexei Nikolskiy
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    9411

    L’une des principales erreurs de la Russie postsoviétique a été de trop faire confiance à l’Occident, mais depuis, Moscou a corrigé le tir. Les bouleversements mondiaux de ces dernières années ont permis à Moscou de tisser de nouveaux liens et de s’éloigner de ces rapports souvent injustes et hypocrites.

    Évidemment à la chute de l'URSS, les élites occidentales souhaitaient avant tout maintenir la Russie sous leur influence, sans pour autant la considérer comme membre à part entière de la «famille». Les élites libérales russes des années 1990 y ont trouvé leur compte: enrichissement massif et privatisation des secteurs clés de l'économie russe avec l'assistance de conseilleurs étasuniens: telle était la triste réalité de cette époque, aujourd'hui dépassée.

    Concomitamment à ce «rapprochement» sans précédent avec l'Occident, la Russie connaissait un appauvrissement d'une très large partie de sa population et perdait de nombreuses positions en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Les élites pro-occidentales de l'époque avaient bien sûr favorisé dans la mesure de leurs moyens ce processus.

    Suite à cette période de marasme, la Russie s'est redressée et a commencé à renouer avec les alliés de l'époque soviétique, ainsi qu'avec de nouveaux partenaires. L'erreur de la Russie est sans aucun doute de ne pas avoir, à l'instar de la Chine, accéléré la diversification de ses relations extérieures plus tôt, sans attendre l'arrivée du summum des tensions géopolitiques avec l'Occident politique. Il faut dire que «l'héritage» laissé par les élites de la période chaotique des années 1990 n'a pas non plus facilité la tâche.

    Quoi qu'il en soit, la Russie a maintenant largement récupéré sa place de puissance mondiale. Une position de premier plan qui se traduit par des intérêts aux quatre coins de la planète. En Eurasie, un véritable axe autour de Moscou et Pékin se forme, comme l'illustre l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). De plus, l'Union économique eurasiatique se renforce de jour en jour dans l'espace ex-soviétique. Quant aux BRICS, union dont la Russie fait également partie, au-delà de représenter près de la moitié de la population mondiale (loin des 10% représentés par le monde occidental), lesdits pays représentent également près de 40% du PIB mondial et sont en bon chemin pour en représenter la moitié, à eux seuls…

    La Russie est devenue également l'un des principaux partenaires de nombre de pays d'Asie et d'Amérique latine, tant sur les plans politiques, économiques, que dans le domaine stratégique de la Défense. Quant à l'Afrique et après y avoir perdu nombreuses de ses positions, l'heure est au grand retour: au cours des deux dernières années, l'Algérie est passée à la troisième place des principaux clients de l'armement russe, en frôlant la deuxième, pour le moment occupée par la Chine. Le Maroc et l'Union économique eurasiatique prévoient de lancer une zone de libre-échange cette année. Les échanges se renforcent avec l'Afrique du Sud, l'Égypte (notamment dans le nucléaire civil), l'Angola, la Namibie, le Zimbabwe, le Burundi et d'autres nations africaines.

    Tout cela démontre à ceux qui croyaient que la Russie ne pourrait se passer de l'Occident qu'ils se sont radicalement trompés. Pour d'évidentes raisons, l'État russe reste ouvert à des relations honnêtes et mutuellement bénéfiques avec les pays occidentaux, en premier lieu européens. Mais la Russie a compris que seules des interactions majeures avec le reste de l'humanité lui permettront d'obtenir encore plus de succès et de garantir plus de stabilité mondiale: c'est tout simplement l'approche multipolaire des relations internationales que défend la Russie.

    Certains jaloux ont beau dire que la Russie ne peut s'éloigner de l'Europe —géographiquement il est peu probable que cela arrive un jour- elle doit néanmoins continuer tenter d'ouvrir des portes que l'Occident a toujours gardées fermées, bien que Moscou ait souvent idéalisé ses partenaires de l'Ouest. Des illusions heureusement aujourd'hui révolues.

    D'ailleurs, il suffit d'observer les mutations récentes pour comprendre qui représente ou non un partenariat gagnant-gagnant pour la Russie. L'Occident qui a tellement besoin du très vaste marché russe pour écouler ses produits transformés et acheter en retour du gaz —en absence d'alternative fiable- tout en fermant ses portes aux entreprises de Russie? Ou plusieurs pays non-occidentaux, qui multiplient aujourd'hui les achats de technologies russes de pointe, et grâce auxquels plusieurs secteurs industriels reprennent un nouveau souffle? Cela donne à réfléchir.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    La multipolarité, c’est aussi en économie!
    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Tags:
    relations, Afrique, Occident, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik