Ecoutez Radio Sputnik
    Ghouta

    À l’instar du reste de la Syrie, la Ghouta orientale sera libérée des terroristes

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    211213

    L’offensive de l’armée gouvernementale syrienne en vue de libérer de la présence terroriste les localités proches de la capitale Damas a fait réapparaitre une fois de plus l’évidence d’une guerre médiatique menée par les ennemis de la Syrie et de ses alliés.

    Le temps passe, la nouvelle réalité s'impose, mais certains acteurs et nostalgiques d'un monde révolu s'obstinent à poursuivre dans le ridicule. Un tel ridicule qu'une large part de leurs propres auditeurs se retourne inexorablement contre ces sociétés ayant dominé la sphère médiatique durant de longues décennies. Ces sociétés n'étant évidemment que les fameux médias mainstream.

    Après le cas — devenu d'école — d'Alep, libérée entièrement par l'armée arabe syrienne des terroristes en décembre 2016, on se rappellera que tout au long de cette bataille la presse et la télévision mainstream ne faisaient que propager largement des accusations visant aussi bien le gouvernement syrien que russe sur les prétendus «massacres» de population civile, en se basant sur les «témoignages» de militants connus pour leurs positions salafistes, sponsorisés depuis l'extérieur de la Syrie. Tout en oubliant presque toujours de rappeler les bombardements que ces mêmes terroristes d'obédience salafiste réalisaient en direction des civils qui se trouvaient dans les zones de la ville sous contrôle gouvernemental. En oubliant également de rappeler que les civils se trouvant en zones «rebelles» désireux de fuir les zones de combat afin de rejoindre les zones sûres sous contrôle du gouvernement syrien et en utilisant à cet effet les corridors humanitaires spécialement mis en place par l'armée syrienne et russe, étaient tout simplement pris pour cibles par les «gentils combattants anti-régime», de même que bien souvent torturés et exécutés. Sans oublier l'autre fait majeur: des milliers de civils d'Alep étaient tout simplement pris en otages par ces mêmes «rebelles» islamistes, en qualité de véritable bouclier humain pour retarder au maximum la libération de la ville lancée par l'armée gouvernementale et ses alliés. Tous ces faits étaient pratiquement absents dans les dépêches des médias occidentaux comme golfistes.

    Puis, on a eu comme l'impression que la ville d'Alep a été simplement oubliée par les «braves» bien-pensants des droits de l'Homme à l'occidental, sympathisants d'autres «braves» bien-pensants, salafistes quant à eux. Comme le retour d'un grand nombre de réfugiés dans leurs maisons. Comme la restauration des infrastructures détruites opérée par les autorités syriennes en coordination avec les puissances alliées. Comme la reprise, du moins d'une partie notable, de l'activité industrielle et commerciale de la ville d'Alep — qui aspire à retrouver avec le temps son statut de grand centre industriel et commercial de la région, qu'il a été avant la guerre imposée à la République arabe syrienne — et ce malgré les innombrables dommages causés par les terroristes et leurs soutiens extérieurs durant leur présence. Cette réalité-là est tout simplement occultée par des «journalistes» ayant définitivement perdu la notion d'objectivité pour devenir simplement des acteurs d'intérêts géopolitiques et géoéconomiques des élites qu'ils représentent. En d'autres termes — des propagandistes, qui ne cessent pourtant d'en accuser d'être les autres, du moment que cela ne rentre pas dans les intérêts des classes dirigeantes occidentales et affiliées.

    Maintenant c'est donc au tour de la Ghouta orientale de devenir cette nouvelle «Srebrenica» de la classe politico-médiatique occidentale et de certains autres pays — toujours intéressés à semer le chaos en Syrie et de faire à tout prix retarder le retour à une vie normale de ce pays millénaire. Eh bien sachez une chose simple: il n'en sera rien. Le gouvernement syrien est plus que jamais déterminé à en finir avec toutes les poches terroristes — aussi petites soient-elles — en vue de protéger sa population. Quant aux fausses images propagées non-stop par les dits médias en utilisant les mêmes méthodes du passé (au passage, manque de créativité évident), comme ces images d'enfants palestiniens tués dans des raids israéliens, mais montrés comme étant des victimes de bombardements de l'armée syrienne, ou encore les mises en scène à l'hollywoodienne — tout cela ne passera pas.

    Evidemment, il restera encore des gens qui continueront obstinément à croire les médias dits «traditionnels» en étant par la même occasion convaincus que l'Occident a effectivement un rôle à jouer en vue d'imposer des pseudos valeurs universelles — sans demander l'avis des peuples concernés, même si ces peuples représentent plus de 90% de la population mondiale. Néanmoins, la roue a bien tournée. Et même une large partie de la population occidentale refuse aujourd'hui cette manipulation dont elle a été elle-même victime durant de longues années.
    D'où la raison pour laquelle la peur a changé de camp: l'hystérie des élites atlantistes, déjà au plus haut niveau depuis l'éclatement de l'URSS, ne fera que s'amplifier. Pendant ce temps, les partisans du monde nouveau — multipolaire ou multilatéral — selon la notion que l'on préfère, continueront de s'imposer. Quant à la question de la créativité, il serait peut-être effectivement temps aussi pour les acteurs du monde occidental de changer de fusil d'épaule: s'appuyer sur les services d'organismes ayant déjà maintes fois prouvé être proches (voire ouvertement faire partie) de groupes extrémistes idéologiquement salafistes, tels que les fameux «Casques blancs», cela passe mal. Y compris pour l'opinion publique occidentale. Du moins celle qui a choisi de se renseigner.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Ordre mondial: l’avant et l’après crise syrienne
    Opération antiterroriste en Syrie: la phase finale a commencé
    La carte kurde ne fonctionnera pas
    Tags:
    attentat, armée, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik