Ecoutez Radio Sputnik
    Sanctions

    Non, les sanctions occidentales ne casseront pas la Russie

    © Fotolia / Alexkich
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    19523

    Malgré la pression politico-économique exercée par l’Occident sur la Russie, cette dernière a clairement montré qu’elle s’est non seulement adaptée à cette réalité, mais qu’en plus elle en tire un profit de plus en plus évident. Retour sur la place de la Russie dans le monde à l’approche des élections présidentielles et de la Coupe du monde.

    Alors que le quatrième anniversaire de la réunification de la Crimée avec la Russie approche et que les relations Russie-Occident ne cessent de se détériorer- comme le confirment d'ailleurs les nouvelles tensions entre Londres et Moscou- il serait peut-être temps de faire un bilan de ces quatre années, sur beaucoup de points des années révolutionnaires.

    D'ailleurs les nouvelles accusations émanant de la perfide Albion contre la Russie —sans avoir jusqu'à maintenant présenté ne serait-ce qu'un minimum de preuves- confirment la volonté —et l'impuissance- du leadership occidental, notamment anglo-saxon, à faire plier la Russie, ne serait-ce que sur un dossier.

    Il n'est d'ailleurs pas étonnant que cette crise survienne à l'approche de deux événements importants pour la Russie: les élections présidentielles, qui auront lieu dans quelques jours et dans lesquelles Vladimir Poutine est clairement le grand favori. Mais aussi la Coupe du Monde de football qui, malgré toutes les tentatives des forces russophobes de la lui arracher, aura bien lieu avec l'arrivée de millions de visiteurs étrangers pour ce grand événement sportif planétaire.

    Par ailleurs, en Syrie, le «regime change» poussé par les gouvernements et les médias occidentaux ne s'est pas réalisé. Pire encore, aujourd'hui les «intéressés» comprennent que leurs milliards d'investissements se sont évaporés faute d'obtenir le résultat souhaité.

    En parallèle, la Russie continue de renforcer ses positions sur l'arène internationale, comme en témoigne le renforcement des relations politiques, économico-commerciales et militaires avec bon nombre de pays n'appartenant pas au petit monde occidental, qui ne cesse de s'affirmer chaque jour un peu plus.

    Il faut dire que sur le plan économique, la Russie a de plus en plus d'arguments à faire valoir auprès de ses partenaires: le pays connaît une croissance continue et certains secteurs bénéficient d'un développement sans précédent. Nous pensons notamment à celui de l'agriculture, alors que l'UE continue de calculer les dégâts des contre-sanctions russes visant les produits occidentaux.

    Des pertes qui se chiffrent en dizaines de milliards d'euros de pertes financières et en centaines de milliers d'emplois perdus. Pour mémoire, selon les données publiées en 2017 par l'Institut autrichien pour la recherche économique (WIFO), les pays de l'UE ont comptabilisé pour la seule année 2015 (une année après le lancement des sanctions occidentales contre la Russie et la riposte russe qui s'en est suivie) des pertes de revenus de l'ordre de 17,6 milliards d'euros. Le même institut comptabilise 400.000 emplois perdus, toujours pour la seule année 2015, à travers l'Europe bruxelloise en raison des contre-sanctions russes.

    Au-delà d'avoir fermé, et probablement pour bien longtemps, l'accès au vaste marché russe à de nombreux produits agroalimentaires occidentaux —dont européens, la Russie renforce ses positions de puissance exportatrice. En effet, aux dernières nouvelles la Russie est tout simplement devenue le premier exportateur mondial de céréales, devançant par la même occasion les USA: elle en a produit 134,5 millions de tonnes en 2017 contre 64,5 millions de tonnes en 2000. La Russie confirme à travers cet exemple qu'elle est loin d'être un pays exportant uniquement ses hydrocarbures et son armement.

    Ajoutez à cela les centaines de milliers d'étudiants étrangers qui continuent de venir se former chaque année en Russie, l'export du savoir-faire russe dans le domaine informatique et des nouvelles technologies, sans oublier les compétences de la Russie dans l'aéronautique et le domaine spatial… cela fait beaucoup pour un pays que certains hommes politiques occidentaux osaient qualifier de «puissance régionale». Et avec les nouvelles opportunités qui s'ouvrent à la Russie en Asie, Afrique et Amérique latine —parties du monde à haut taux de croissance et de consommation et où la Russie est généralement plus que la bienvenue, l'heure est clairement à l'optimisme.

    Quant aux provocations occidentales visant la Russie, elles se poursuivront —il faut y être prêt. La Russie est prête.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    La multipolarité, c’est aussi en économie!
    Contre vents et marées, la Russie diversifie ses relations extérieures
    Tags:
    sanctions antirusses, accusations, sanctions, Mondial 2018, Vladimir Poutine, Occident, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik