Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan

    Moscou et Ankara se rapprochent, Washington et Bruxelles enragent

    © Sputnik . Mikhail Klimentiev
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    421578

    À l’occasion d’une nouvelle visite de Vladimir Poutine en Turquie, Moscou et Ankara renforcent plus que jamais leur partenariat économique, énergétique, militaire, géopolitique et culturel. Un rapprochement qui ne fait pas les affaires de l’Occident, qui observe avec colère et impuissance cette évolution.

    La récente visite de Vladimir Poutine en Turquie est d'autant plus symbolique que c'est sa première visite officielle à l'étranger après sa réélection haut la main, il y a un mois. Elle s'ajoute aux innombrables rencontres Poutine-Erdogan qui ont eu lieu depuis ces deux dernières années —après une normalisation qui s'est traduite aussi bien dans leurs relations bilatérales que multilatérales, notamment dans le cadre de sommets internationaux.

    Depuis cette normalisation, les gouvernements des deux pays ont fait un bien grand, sinon un énorme saut en avant. Ils sont devenus les acteurs incontournables —avec l'Iran- de la résolution de la crise en Syrie, laissant par la même occasion les Occidentaux et leurs amis du golfe persique pratiquement hors-jeu —au grand dam de ces derniers. Cette nouvelle réalité eurasienne et proche-orientale s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans le contexte multipolaire. Les pays extérieurs et surtout non invités dans telle ou telle région du monde feraient bien mieux de rester chez eux et de se limiter à observer… Clin d'œil en direction de Washington, Londres et Paris.

    Il sera bien évidemment question de la Syrie lors de cette énième rencontre Poutine-Erdogan avant que le duo ne devienne un trio, puisque les deux chefs d'État seront rejoints par le Président iranien Hassan Rohani. Alors que les tensions entre Ankara et ses «partenaires» de l'Otan, dont les USA, la Grande-Bretagne et la France, n'ont jamais été aussi vives, il est certain que Moscou, Ankara et Téhéran comptent poursuivre leurs efforts conjoints en vue de mettre un terme à la guerre en Syrie. Un conflit de toute manière remporté dignement par le gouvernement syrien, là encore au grand dam des instigateurs habituels du chaos international. À ce titre, les récents événements dans la Ghouta orientale —libérée à plus de 90% des terroristes par l'opération encore en cours de l'armée gouvernementale syrienne, ne font que le confirmer. D'autre part, la baisse évidente de l'animosité entre Damas et Ankara est indéniablement un succès supplémentaire de la Russie.

    Mais l'interaction russo-turque ne s'arrête pas là. Poutine et Erdogan ont ainsi assisté à la cérémonie de lancement de la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu, l'un des projets stratégiques entre les deux pays, dans la province turque de Mersin. Cette centrale, qui sera construite et mise en exploitation par Rosatom, l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique, assurera 10% des besoins en électricité de la Turquie. Le tout sans oublier bien évidemment le projet du gazoduc Turkish Stream, dont les travaux avancent plus que bien, un projet qui déplaît autant à Washington, Bruxelles qu'à Kiev. Ce dernier perdra en conséquence de larges sommes dues au transit gazier.

    Quant aux deux premiers, ils devront mettre la main à la proche s'ils souhaitent continuer à maintenir à flot le régime de Kiev issu du coup d'État ukrainien de février 2014. Eh oui —pour les ambitions géopolitiques, il faut payer.

    Et ce n'est pas tout. Le Président turc Erdogan a une fois de plus confirmé l'achat par la Turquie des systèmes russes de défense antiaérienne et antimissile S-400 Triumph. Fait inacceptable aussi bien pour Washington que Bruxelles, qui ont tout fait pour tenter de convaincre Ankara de renoncer à cet achat, connaissant parfaitement ce que peut apporter une coopération militaro-technique russo-turque à terme. Poutine, de son côté, a annoncé lors de cette visite que la Russie allait accélérer les livraisons de ces systèmes, ajoutant que cette décision avait été prise «à la demande de nos partenaires et amis turcs».

    Dans tout cela, une chose est certaine: la Turquie d'Erdogan, malgré d'évidentes erreurs dans le passé, notamment concernant la Syrie, a su analyser les faits et prendre des mesures efficaces, dans le cadre de ses intérêts nationaux souverains. Des mesures qui ont en outre permis de réparer certaines de ces erreurs. En effet, la Turquie est et demeure certainement le seul pays membre de l'Otan à disposer d'une politique indépendante et souveraine, à l'énorme différence des Berlin, Paris, etc. Londres? N'en parlons même pas…

    Alors que des millions de touristes russes reviennent en Turquie —de loin les favoris des hôteliers locaux- et que les investissements fleurissent dans divers domaines —infrastructures, textile, produits agroalimentaires, services bancaires et financiers, projets éducatifs…- l'heure est à l'optimisme quant au futur des relations turco-russes. N'en déplaise à Washington et Bruxelles: Moscou et Ankara n'ont guère besoin de l'avis des tiers pour avancer. À bon entendeur…

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La Turquie bascule à l’Est, l’Ouest s’alarme
    Pourquoi Erdogan est-il à nouveau en Russie?
    Turquie–Otan, la fin d’une alliance en perspective?
    Tags:
    Union européenne (UE), Hassan Rohani, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Turquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik