Ecoutez Radio Sputnik
    Caire

    Zone industrielle russe en Egypte: percée économique en vue

    © Sputnik . Alexandr Yuriev
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    1330

    La Russie et l’Égypte renforcent leurs relations privilégiées, aussi bien sur le plan économique que militaire ou diplomatique. Le prochain lancement d’une zone industrielle russe en Égypte n’est que la dernière manifestation de ce partenariat stratégique. Diplomatie, tourisme, Défense, commerce… revue de détail d’une relation d’envergure globale.

    L'Égypte est le premier partenaire économico-commercial de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Une relation privilégiée qui ne cesse de se renforcer, comme le démontre le lancement annoncé d'une zone industrielle russe en terre égyptienne.

    Ce projet de grande envergure sera discuté à partir de ce 23 mai, lors de la 11e réunion de la Commission mixte russo-égyptienne pour la coopération commerciale, économique et scientifico-technique. Outre cet événement central, cette commission intergouvernementale discutera de plusieurs grands projets qui devraient voir le jour prochainement: la construction de la première centrale nucléaire en Égypte par l'Agence fédérale russe de l'énergie atomique (Rosatom), la livraison de 1300 wagons destinés au transport de passagers aux chemins de fer égyptiens, la modernisation de l'usine métallurgique de Helwan, sans oublier la reconstruction et la modernisation des installations destinées au stockage et au traitement du blé. Car faut-il le rappeler, la Russie est désormais le premier exportateur mondial de blé, devant les USA, tandis que l'Égypte représente le deuxième marché pour les exportateurs russes, derrière la Turquie.

    Selon les prévisions du ministère russe de l'Industrie et du Commerce, d'ici 2026, les entreprises russes résidentes dans la zone industrielle spécialement créée en Égypte devraient produire des marchandises et services pour l'équivalent de 3,6 milliards de dollars annuels. La zone industrielle se trouvera sur un site de deux mille hectares à l'est de la zone économique spéciale de Port-Saïd. La totalité des investissements dans ce projet devra s'élever à 7 milliards de dollars et 35.000 nouveaux emplois devraient y être créés.

    Autre sujet de satisfaction pour les relations russo-égyptienne: le tourisme russe au pays des pharaons. La Russie a en effet récemment réautorisé les vols directs russes à destination d'Égypte, qui avait été gelés après l'attentat contre l'avion transportant des touristes russes au-dessus du Sinaï, le 31 octobre 2015. Depuis, et sous stricte supervision des spécialistes russes, l'Égypte a considérablement amélioré ses mesures de sécurité, notamment dans ses aéroports, permettant aux deux pays d'ouvrir une nouvelle page dans le secteur touristique. Pour mémoire, avant la tragédie en question, les touristes russes étaient de loin les plus nombreux et les plus dépensiers en Égypte, bien devant les Britanniques, les Allemands ou encore les ressortissants du Golfe.

    Mais là aussi, ce n'est pas tout. Sous l'impulsion des Présidents Poutine et al-Sissi, les deux nations augmentent considérablement leur coopération dans la sphère militaro-technique, sécuritaire et dans la lutte antiterroriste: les contrats sur la livraison d'armements russes signés en 2014-2015, dont le montant total dépasse les 3,5 milliards de dollars, le confirment pleinement. Ces livraisons comprennent notamment le système antimissile S-300VM («Antey-2500»), 50 chasseurs MiG-29M/M2, 46 hélicoptères d'attaque Ka-52K, vedette du projet 1242.1 équipée d'un système de missile antinavire «Moskit», entre autres.

    Sur le plan politico-diplomatique, l'Égypte, le pays le plus peuplé du monde arabe, première puissance militaire arabe et africaine, majoritairement musulman sunnite, n'a pas caché son soutien à l'opération antiterroriste russe en Syrie. Elle a ainsi résisté aux pressions saoudiennes, un autre fort important partenaire économico-commercial de l'Égypte, afin de tenter d'infléchir l'approche égyptienne sur le conflit syrien en sa faveur.
    Cette approche responsable du gouvernement égyptien a également largement contribué au renforcement des relations entre la Russie et l'Égypte, y compris au niveau des ministères de la Défense et des Services de sécurité. Une chose est certaine: Moscou et Le Caire continueront à interagir dans le cadre de leurs intérêts respectifs, aussi bien géopolitiques, géoéconomiques que sécuritaires.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Zone industrielle russe près du canal de Suez: Le Caire donne son feu vert
    Mohammed ben Salmane en Égypte: quel avenir pour les relations entre Riyad et Le Caire?
    Les médias égyptiens s’adressent à Poutine. En russe
    Tags:
    zone industrielle, grandes entreprises, diplomatie, relations, Russie, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik