Ecoutez Radio Sputnik
    Guinée équatoriale, l’exemple d’une souveraineté bien assumée

    Guinée équatoriale, l’exemple d’une souveraineté bien assumée

    CC0 / Pixabay / Public_Domain_Photography
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    6191

    Leader du continent africain en termes de revenu moyen par habitant, la Guinée équatoriale fait partie de ces pays africains qui ont pris depuis longtemps leur destin en main. Un exemple qui fait des jaloux, mais qui explique surtout pourquoi ce pays est si critiqué par l’establishment occidental.

    Alors que la Russie et la Chine sont de plus en plus présentes en Afrique et font pièce à l'influence occidentale sur le continent, qui mine les souverainetés des pays africains, intéressons-nous à ces États qui ont misé sur la défense de leur indépendance jusqu'au bout. La Guinée équatoriale fait incontestablement partie de ces nations.

    Lorsqu'on se trouve à Malabo, la capitale équato-guinéenne, plusieurs choses impressionnent: des infrastructures et des routes de qualité, la propreté, un niveau de vie décent, le tout allié à une population fière, mais aussi accueillante. Oui, on se trouve bel et bien en Afrique et non pas dans la capitale d'un pays occidental.

    Et si la Guinée équatoriale est loin d'être la seule nation africaine disposant de ressources naturelles conséquentes —dans son cas, c'est principalement le pétrole (troisième producteur en Afrique subsaharienne), il s'agit néanmoins de l'un des pays à avoir préservé sa souveraineté sur ses ressources nationales, permettant à la population d'en ressentir les retombées et les avantages.

    Autre caractéristique de ce pays: une population qui n'immigre pas, si ce n'est parfois des jeunes qui vont faire des études à l'étranger, mais au contraire un pays qui peut se permettre d'accueillir des migrants d'autres pays africains, mais aussi d'Asie et d'Europe, notamment en provenance d'Espagne.

    Car, faut-il le rappeler, la Guinée équatoriale fut un temps une colonie espagnole. Et ce n'est d'ailleurs certainement pas grâce à cette dernière que l'on peut aujourd'hui parler de miracle équato-guinéen. À son accession à l'indépendance, le pays manquait de toute infrastructure digne de ce nom, à commencer par les routes. Et c'est justement durant la période qui a suivi que grâce à la manne pétrolière, le pays a pu se doter d'infrastructures dont beaucoup d'États africains ne disposent pas à ce jour, construites principalement par des entreprises chinoises, actives dans le pays.

    Et tout comme l'Angola, dont les citoyens n'immigrent pas ou peu et qui accueille un grand nombre de citoyens de l'ex-métropole coloniale portugaise, la Guinée équatoriale, elle, en fait de même avec des ressortissants espagnols venant chercher une vie meilleure sur le continent africain. Pour autant, croire que Madrid serait un ami honnête de Malabo serait une erreur: critiques constantes du gouvernement équato-guinéen dans les médias, financement des «opposants», plusieurs tentatives de déstabilisation. Une attitude qui est loin de se limiter à l'Espagne, puisque Paris n'est pas en reste. Plusieurs sources bien informées affirment que le cerveau de la dernière tentative de coup d'État, heureusement ratée, se trouverait justement dans l'Hexagone.

    Mais pourquoi un tel déferlement contre ce pays, pourtant pacifique, ouvert aux échanges dans différents domaines? Au-delà d'avoir des ressources naturelles abondantes, le fait d'en préserver la souveraineté pose «problème». En effet, la part des revenus du pétrole qui reste dans le pays est incomparablement plus conséquente que dans les États africains sous mainmise occidentale, dont ceux qui appartiennent encore à la fameuse «Françafrique». Chez ces derniers, l'État en reçoit des miettes alors que l'establishment néocolonial continue de s'enrichir, avec toutes les conséquences qui en découlent pour les populations.

    Faites un tour dans les pays de transit migratoire à destination de l'Europe, que ce soit le Maroc, l'Algérie ou la Tunisie, et demandez la nationalité des candidats à l'immigration —bien souvent au risque de leur vie- issus d'Afrique subsaharienne. Nombreux sont les Sénégalais, les Maliens, les Ivoiriens, les Guinéens de Conakry, mais vous n'y rencontrerez pas d'Équato-Guinéens ou d'Angolais. Libre à chacun d'en tirer les conclusions qu'il jugera les meilleures.

    À ceux qui objecteront que la comparaison avec la Guinée équatoriale n'est pas tout à fait justifiée au vu de la taille relativement réduite de la population, rappelons que la superficie de ce pays —d'à peine 28.051 km2, tout comme le volume de ses ressources naturelles, sont justement proportionnels à sa population. Et puisque l'on a également mentionné l'Angola, qui avait arraché en son temps et au prix de nombreux sacrifices sa pleine souveraineté avec l'aide cubaine et soviétique, il faudrait rappeler que sa population est quant à elle supérieure à celle des nombreux pays d'Afrique francophone sources de migrations, pourtant très riches eux aussi sur le plan des ressources naturelles. Il y a donc un sérieux problème de partenaires et de système établi. C'est d'ailleurs certainement ce qui fait si peur à la France et à d'autres, si mécontents de voir la Russie revenir sur ce beau continent africain.

    Et là encore, ce n'est pas tout. La Guinée équatoriale se positionne depuis plusieurs années comme le nouveau porte-flambeau du Panafricanisme, surtout après l'assassinat barbare de Mouammar Kadhafi et la destruction de la Jamahiriya libyenne par l'Otan et ses alliés salafistes. Une raison supplémentaire de s'attirer les foudres de ceux qui continuent de plaider pour un monde unipolaire totalement révolu et de faire avancer par la même occasion les intérêts néocolonialistes —une approche à laquelle s'opposent des pays comme la Russie et la Chine.

    Pour finir et puisque l'on évoque la Russie, on retrouve plusieurs similitudes assez frappantes entre elle et la Guinée équatoriale. Les années sombres des deux pays ont été applaudies et célébrées par les Occidentaux, les années de relèvement pour l'un, de développement rapide pour l'autre, ont au contraire été largement diabolisées. C'est d'ailleurs le message qui transparaît lorsqu'on se trouve à Malabo et que l'on échange avec les représentants de cette belle nation.

    Une chose est pour autant certaine: ni Moscou ni Malabo ne comptent perdre du temps à écouter les bavardages de ceux qui pratiquent depuis des siècles des politiques néocoloniales et qui s'autoproclament porte-parole d'une « communauté internationale» ne représentant pas plus de 10% de la population terrestre. Quant aux tentatives de déstabilisations, le temps de la duperie est bel et bien terminé. Et l'opinion publique africaine actuelle le confirme pleinement.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Macron digne héritier de la Françafrique
    Pourquoi la présence russe en Afrique inquiète tellement l’Occident?
    Parlementaire en voyage? Pas sans la permission du fils du Président! Devinez où…
    Tags:
    souveraineté, Occident, Chine, Russie, Espagne, Angola, Guinée équatoriale, Afrique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik