Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Les entreprises pétrolières américaines voudraient protéger Poutine contre les sanctions

    Service de presse du Président
    Points de vue
    URL courte
    Ivan Danilov
    191

    La semaine dernière, lors de la nouvelle aggravation de l’hystérie antirusse dans le contexte du sommet d’Helsinki, les agences de presse occidentales ont annoncé un fait surprenant: les entreprises pétrolières américaines tenteraient de bloquer de nouvelles sanctions antirusses.

    Aucun géant pétrolier américain n'a officiellement confirmé ces informations pour des raisons évidentes, mais on doute fort que de tels médias que le quotidien politique le Hill ou l'agence de presse Reuters ait pu commettre une erreur si grave. Les principales entreprises pétrolières américaines tentent visiblement de limiter les sanctions antirusses en se laissant guider par leurs propres intérêts, bien que l'élimination de leurs concurrents russes sur le marché international du pétrole semble à première vue avantageuse pour elles.

    Comme c'est souvent le cas, la réalité s'avère plus compliquée que des schémas simplistes, fondés sur l'image de concurrence totale. Le fait est que les entreprises pétrolières américaines participent aux projets pétro-gaziers en Russie, notamment en qualité de partenaires minoritaires. C'est pourquoi, les dégâts subis par ces projets pourraient porter un coup dur contre les intérêts du secteur américain. Aujourd'hui, il existe parmi les congressistes et les sénateurs américains beaucoup de personnes agitées qui veulent coûte que coûte faire pièce à Donald Trump: pour atteindre cet objectif, elles seraient probablement prêtes à déclencher une guerre nucléaire, sans parler d'une crise sur le marché pétrolier, capable de nuire à la popularité du président. Curieux, mais c'est la résistance du secteur pétrolier américain qui pourrait devenir le facteur-clé de l'endiguement des sanctions antirusses.

    On pourrait bien sûr inviter ces lobbyistes éventuels d'ExxonMobil ou de Chevron à un interrogatoire au FBI, mais il est impossible de prédire quel sera le résultat de ces initiatives. Il ne faut pas sous-estimer l'influence des grandes corporations sur la politique américaine, car la confrontation des intérêts des politiciens et des hommes d'affaires se solde assez souvent en Amérique par la victoire des seconds, ce qui constitue en réalité la spécifié principale des «partenaires» d'outre-mer.

    Bien que la volonté de protéger leurs investissements en Russie explique parfaitement les efforts des entreprises américaines, il existe des facteurs indiquant l'existence d'éléments de réponse supplémentaires.

    En mars dernier, quand le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak s'est rendu aux États-Unis pour s'entretenir avec ses homologues des pays de l'OPEP et les leaders du secteur pétrolier américain, nous avons déjà écrit: «L'OPEP et la Russie séduisent l'industrie américaine de schiste: le monde pourrait voir apparaître un nouveau super-cartel. (…) La meilleure stratégie pour les entreprises pétrolières serait un accord avec l'OPEP et la Russie qui leur permettrait d'augmenter considérablement leurs revenus, de ne pas participer aux guerres des prix et de ne pas se soucier du fait que les gisements offrant le pétrole de schiste bon marché (du point de vue de sa production) ont déjà été partagés et pourraient bientôt s'épuiser. (…) Si les prix continuaient de croître dans six mois et le secteur de schiste américain poursuivait la réduction de ses plans de production, cela démontrerait la réalité d'un cartel pétrolier global de la Russie, des États-Unis et des pays arabes».

    Une participation directe et officielle des entreprises pétrolières américaines au groupe OPEP-Russie est bien sût impossible pour des raisons évidentes, mais les prévisions de beaucoup d'experts américains (et non seulement américains) indiquant que les entreprises de schiste américaines devraient «effondrer» les prix du pétrole, se sont avérées erronées.

    En mars, au jour de la publication de l'article susmentionné sur le nouveau super-cartel, le prix du pétrole américain WTI se chiffrait à 61,35 dollars le baril pour atteindre hier 68,79 dollars. La hausse des prix pourrait évidemment s'expliquer par d'autres raisons que des actions concertées des producteurs des pays différents, mais on peut dans tous les cas constater l'absence de la «saturation du marché par le pétrole américain peu coûteux». Curieux, mais la situation permet à tous les participants au super-cartel éventuel (l'Arabie saoudite, la Russie et les entreprises pétrolières américaines) de tirer un avantage maximal.

    Il faut souligner un moment important. On avance aux États-Unis une version assez drôle pour expliquer aux autorités, aux experts et aux journalistes l'absence d'un afflux du pétrole de schiste bon marché: les entreprises américaines affirment qu'il existe en réalité énormément de pétrole, mais qu'elles sont incapables de transporter ces volumes sur le marché (c'est-à-dire vers des hubs et des raffineries) à cause des «limitations logistiques». Les entreprises dont le chiffre d'affaires atteint des milliards de dollars et qui se spécialisent dans la construction technique très sophistiquée, s'avèrent donc incapables de créer depuis des années une ligne ferroviaire ou un pipe-line de capacité nécessaire. Qui plus est, selon les estimations actuelles, il ne serait possible d'«élargir» ces moyens logistiques que dans la deuxième moitié de l'année 2019, alors que les délais ont déjà été reportés. On a l'impression que ce fameux secteur privé américain est très peu efficace… ou qu'il n'a aucune envie de surmonter les limitations existantes.

    Il faut accorder une attention particulière aux projets concernant l'officialisation des relations des pays membres du groupe OPEP-Russie, qui sont évoqués par des responsables russes ou saoudiens et débattus activement dans les médias occidentaux. Ainsi, l'agence de presse Bloomberg souligne que le «projet russo-saoudien de créer une super-OPEP pourrait changer l'ordre international». Le fait est qu'en cas de sa formation, cette nouvelle organisation serait très différente par rapport à la «vieille OPEP», pour plusieurs raisons très importantes.

    Premièrement, elle aurait plus de moyens pour influer sur le marché du pétrole, car elle contrôlerait tout simplement une partie plus importante de la production mondiale.

    Deuxièmement, la nouvelle super-OPEP serait très résistante à toutes les menaces de la force. La Russie a déjà montré en Syrie ses capacités de défendre ses intérêts nationaux très loin de ses frontières. Cette démonstration s'est avérée si efficace et convaincante, que même les alliés traditionnels des États-Unis (l'Arabie saoudite) n'ont plus peur de coopérer avec la Russie malgré un mécontentement ouvert du président américain. Si les entreprises pétrolières américaines étaient en effet un «membre officieux» de cette nouvelle organisation, la super-OPEP posséderait donc des moyens politiques et de lobbying très considérables que tout le monde devrait prendre en considération.

    Beaucoup de forces tenteront évidemment de casser ce super-cartel. Car le marché du pétrole est d'un certain point de vue un jeu à somme nulle. Autrement dit, un dollar supplémentaire gagné par les exportateurs prévoit un dollar supplémentaire dépensé par les importateurs (pour rappel, les États-Unis sont un pays importateur). Si ce super-carter pétrolier était durable, les avantages supplémentaires de la Russie seraient très considérables. Il serait pourtant très important de dépenser ces fonds de manière efficace, car aucun cartel n'est éternel.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le point sur le marché du pétrole avec le chef de l'Opep
    «Lire dans le marc de pétrole»: les spécialistes du marché se perdent en conjectures
    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    Tags:
    grandes entreprises, pétrole, sanctions, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik