Ecoutez Radio Sputnik
    Union européenne

    Union européenne: Etat de crise

    © Sputnik . Alexei Vitvitsky
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    24735

    La crise qui ronge l’Union Européenne depuis plusieurs années a atteint ces derniers jours un nouveau stade. Devenant publique, s’étalant à la face de tous, elle est en train de muter, de changer de nature. L’état de crise qui était jusqu’à maintenant en partie camouflé par les discours officiels, est officialisé.

    Mais, cette officialisation engendre à son tour une accélération, voire une radicalisation, de cette crise.

    Victoire de l'Italie et paralysie de l'Allemagne

    Une question a monopolisé l'attention lors du dernier sommet européen, celle des « migrants ». Elle a même tellement occupé l'ordre du jour que les problèmes soulevés par la « déclaration de Merseberg » entre la France et l'Allemagne en ont été oubliés.

    Sur ce point, il est clair que Giuseppe Conte, le Président du conseil italien, a remporté une victoire. Il a obtenu que la notion de « volontariat » remplace celle de l'obligation des réglementations européennes et surtout il a obtenu que la question du rôle exact des ONG soit explicitement mentionnée dans le communiqué final. L'Italie sort confortée de ce conseil.

    Mais, cette crise s'est invitée en Allemagne. Dans l'affrontement entre la Chancelière, Mme Angela Merkel et son Ministre de l'intérieur M. Horst Seehofer, c'est ce dernier qui sort vainqueur du compromis laborieusement établi dans la nuit de dimanche à lundi. Près de 160 parlementaires de la CSU, le parti de M. Seehofer, mais aussi de la CDU, avaient menacé de voter contre cette dernière. C'est dire l'ampleur de la crise. Un compromis a été trouvé à la toute dernière minute. Mais, si ce compromis garantit, sans doute pour quelques mois, qu'Angela Merkel va rester la Chancelière, il porte en lui la fin des accords de Schengen. Le fait que l'Allemagne reconnaisse la nécessité de places d'internement des migrants à ses frontières va faire tâche d'huile. L'Autriche déjà boucle les siennes et l'Italie en fera de même.

    Au-delà, le conflit, même provisoirement éteint par un compromis de dernière minute, laisse les deux protagonistes en piteuse position. Le gouvernement allemand sera durablement paralysé pour les mois qui viennent. Cela signifie que l'Allemagne sera dans l'impossibilité d'imprimer sa marque sur la politique de l'UE. La France pourrait-elle se substituer à elle? Les échecs que vient de subir Emmanuel Macron quant à sa politique européenne indiquent bien que non.

    Une France impuissante

    Sur un autre front, on voit aussi se préciser la crise. L'Allemagne et les Pays-Bas viennent de rejeter le système de garantie des dépôts bancaires, c'est-à-dire la garantie effective des dépôts de 100 000€. Or ce rejet frappe de caducité l'Union bancaire. Elle avait été, il convient de le rappeler, la SEULE avancée de l'UE depuis 2008 sur les questions bancaires et financières. La crise de l'Union bancaire touche aussi de plein fouet la position française car le projet avait été soutenu essentiellement par le gouvernement français. Bien entendu, de nombreuses critiques avaient pu être formulées sur l'Union bancaire. Cette « union » était fragile et n'avait pas le budget suffisant pour faire face à une nouvelle crise bancaire. Ce qui s'est produit le 29 juin n'en est pas moins important. Aucun accord sur le « pot » commun destiné à aider les banques en faillite n'a pu être trouvé. Bien sûr, la décision a été repoussée pour la fin d'année 2018, mais les divergences entre les pays membres sont désormais immenses. Il est très peu probable que les pays de l'UE arrivent à s'entendre sur autre chose que le fait de ne pas s'entendre. Cela met à mal tous les projets et les rêves d'une Europe fédérale qui étaient ceux d'Emmanuel Macron.

    Or, l'Allemagne va être rapidement confrontée à une crise bancaire. La situation de la Deutsch Bank, incapable de passer les tests de robustesse de la Réserve Fédérale aux Etats-Unis, va exiger des actions importantes d'ici quelques mois, voire durant l'été. La faillite de fait de l'Union bancaire renvoie les pays de l'UE à la situation qui était la leur en 2008 et va obliger l'Allemagne à « sauver » la DB. Mais, ce faisant, elle donnera le signal pour que l'Italie procède à un sauvetage massif de ses propres banques en difficulté. Dès lors, au chacun pour soi qui prédomine sur la question des migrants, viendra s'ajouter un chacun pour soi sur la question bancaire, en attendant que ce chacun pour soi ne s'étende à la zone Euro. Sur ce point, il convient de relire le récent article de Joseph Stiglitz qui est désormais fort pessimiste quant à l'avenir de la zone Euro.

    La deuxième phase de l'action du gouvernement italien

    La crise de l'UE ne s'arrête pas là. Le gouvernement italien a décidé de passer à une deuxième phase de son action. Après avoir fait preuve de fermeté face aux « migrants » et à certaines ONG, il est en train de prendre des mesures favorables aux travailleurs, comme la pénalisation des CDD quand ils sont utilisés systématiquement. Il est possible qu'il procède dans le cours de l'été à d'autres mesures, comme un relèvement général des salaires et une annulation — partielle ou totale — de la réforme des retraites mise en place par les précédents gouvernements. Cette perspective inquiète déjà la BCE, qui a adressé au gouvernement italien une mise en garde. Mais, porté par la popularité acquise par son attitude sur la question des « migrants » et renforcé par la crise que connaît l'UE mais aussi l'Allemagne, il est peu probable que le gouvernement italien soit véritablement sensible aux avertissements de la BCE.

    Et ce d'autant plus qu'il se prépare à des mesures de fond, concernant notamment une importante relance des investissements publics, une réforme qui provoquera une forte montée de son déficit budgétaire. La crise interviendra donc très probablement cet hiver. Et l'on comprend la stratégie de Giuseppe Conte: affaiblir les institutions de l'UE pour être dans la meilleure position pour négocier. Nul ne sait si cette stratégie sera gagnante. Incontestablement, il a marqué un point important. Il s'affiche désormais comme un dirigeant avec une véritable stratégie alors que Mme Merkel et Emmanuel Macron en restent, eux, à des effets de communication…

    L'UE apparaît comme durablement discréditée. Ses deux pays principaux sont aujourd'hui paralysés et les opinions dites « Eurosceptiques » progressent dans l'ensemble des pays. Giuseppe Conte a révélé une crise plus qu'il ne l'a provoquée. Mais, ce processus de révélation peut très bien avoir sa dynamique propre et entraîner un mouvement toujours plus puissant de défiance généralisée. En un sens, on peut considére que le processus de déconstruction de l'UE a commencé.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La décomposition de l’UE
    L’agonie de l’Union européenne
    Sommet Merkel-Macron: l’hypocrisie du couple franco-allemand dans une UE en «délitement»
    Tags:
    crise, Union européenne (UE), Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik