Ecoutez Radio Sputnik
    Centrafrique

    Centrafrique: stabilisation russe contre chaos français

    © AFP 2018 ISSOUF SANOGO
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    7924134

    Les relations qu’entretiennent Moscou avec la Centrafrique ne sont pas du goût de tout le monde. Alors que les échanges diplomatiques, politiques économiques, ou militaires s’approfondissent entre Moscou et Bangui, Paris enrage. La France estime en effet que la Centrafrique fait partie de son «pré carré» et fait tout pour le conserver.

    Après sa défaite en Syrie, l'Occident politique —et notamment l'Élysée- digère très mal le retour de la Russie sur le continent africain. Un continent que la Russie n'a non seulement jamais colonisé, mais a plus qu'activement soutenu dans ses mouvements de décolonisation et de libération nationale.

    En effet, Paris est furieux d'observer la formation d'une alliance Moscou-Bangui, alors que l'Élysée considérait jusqu'à encore très récemment la République centrafricaine comme partie intégrante de son prétendu «pré-carré». Les choses ont évidemment radicalement changé après l'arrivée de la Russie pour équiper, mais surtout former les Forces armées centrafricaines (FACA), permettant aux deux pays de passer à une nouvelle étape de leurs relations bilatérales. Des relations fondées sur une base légitime, la Russie ayant été invitée par les autorités légales du pays… Si certains dressent une parallèle avec l'approche russe en Syrie, ils ont probablement raison.

    Mais la Russie ne se limite pas et plus à la livraison d'équipements militaires à Bangui, ni à la formation des forces armées nationales. Les deux nations développent également leur coopération économique, notamment après l'impulsion donnée par le Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF 2018) de mai dernier, auquel avait d'ailleurs assisté le chef d'État centrafricain en qualité d'invité spécial du président Poutine. Par ailleurs, Moscou apporte un soutien humanitaire à Bangui avec la livraison aux populations centrafricaines de plusieurs lots de médicaments et d'hôpitaux mobiles, y compris dans les zones qui jusqu'à encore récemment étaient sous contrôle de groupes armés.

    Enfin, la Russie fait un énorme travail de médiation pour permettre une réconciliation nationale et un retour à l'ordre constitutionnel sur toute l'étendue du territoire centrafricain. Chose que la France n'a jamais faite. Et ne fera pas.

    Par contre, la France, à l'instar des élites occidentales en général, tente par tous les moyens de mettre des bâtons dans les roues de cette coopération russo-centrafricaine. Et ce, sur plusieurs fronts: en livrant des armes aux groupes armés les plus radicaux, en mettant la pression sur ces mêmes groupes pour qu'ils ne se joignent pas au dialogue proposé par le président Faustin-Archange Touadéra. Et plus généralement comme ce fut le cas depuis les siècles de sa politique coloniale, en tentant de diviser par tous les moyens, pour toujours mieux régner et… piller.
    À ce titre, la France coordonne à l'heure actuelle une rencontre à N'Djamena, la capitale tchadienne, entre plusieurs représentants des groupes armés illégaux, pour faire pression sur le gouvernement centrafricain et le forcer à redevenir docile, notamment en imposant un départ à la Russie de la RCA tout en souhaitant limiter le mandat du Président. D'ailleurs, des menaces ouvertes sont proférées par lesdits groupes armés quant à une éventuelle opération armée contre les autorités du pays. Le tout bien évidemment avec la «bénédiction» et la participation active de Paris.

    Sauf que le contexte a changé. Au-delà du fait, désormais bien connu, que la Russie ne lâche pas ses alliés, les Centrafricains, à l'instar de millions d'habitants d'autres pays d'Afrique, connaissent désormais parfaitement le jeu mené par l'ex-puissance coloniale: on écoutera à titre d'illustration le micro-trottoir réalisé dans les rues de Bangui par Afrique Média, la grande chaîne panafricaine:

    Les Centrafricains interrogés n'y mâchent pas leurs mots et expriment très clairement leur préférence pour la Russie face à la France. Et l'hystérie élyséenne est tout à fait compréhensible, sachant que ces opinions sont loin, très loin, que de se limiter à la Centrafrique. Chaque chose a une fin. La politique néocoloniale française, et occidentale en général, en Afrique aura une fin elle aussi.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Centrafrique, la Russie va-t-elle vraiment supplanter la France?
    La Centrafrique vers la paix, la Russie et le Soudan à la manœuvre
    La Centrafrique au cœur de la lutte d'influence entre Paris, Washington et Moscou
    Tags:
    relations, République centrafricaine, Occident, Afrique, Syrie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik