Ecoutez Radio Sputnik
    Bild

    Une «espionne russe» percée à jour à l'ambassade d'Allemagne

    © RIA Novosti
    Points de vue
    URL courte
    Victor Marakhovski
    8325

    Le journal allemand Bild a publié une révélation sensationnelle: une potentielle espionne russe se serait introduite à l'ambassade d'Allemagne à Moscou.

    L'article «Que fait une journaliste du Kremlin chez l'ambassadeur allemand?» a été écrit par Julian Röpcke, le rédacteur de Bild, qui s'était déjà fait remarquer par ses révélations marquantes. Ainsi, il avait dévoilé le plan de Vladimir Poutine concernant la Coupe du Monde de football en Russie («le plan de Poutine fonctionne», écrivait-il avec tristesse en constatant l'exaltation des visiteurs occidentaux du Mondial). Il avait ouvert les yeux des lecteurs sur un «fake» de Sputnik, qui était en réalité un feuilleton satirique. Enfin, il avait expliqué au public que l'arrestation du journaliste de RIA Novosti-Ukraine Kirill Vychinski était normale, parce que «ce [n'était] pas un journaliste».

    La nouvelle révélation a été publiée de manière encore plus ingénieuse qu'avant — avec une photo. «Sur la photo publiée par l'ambassade d'Allemagne en Russie, à côté de l'ambassadeur Rüdiger von Fritsch, se tient une jeune Russe. Son nom est Alexandra Konkina, et depuis décembre 2017 elle occupe le poste de rédactrice en chef de Sputnik Deutschland, l'un des deux odieux médias propagandistes du Kremlin en Allemagne (avec RT Deutsch)», écrit le rédacteur de Bild.

    Le journal a demandé au ministère allemand des Affaires étrangères pourquoi une fonctionnaire russe avait été prise en photo avec l'ambassadeur. Pour recevoir une réponse logique: «La photo a été prise pendant la réunion d'anciens participants au programme «Bourse parlementaire internationale» avec des représentants d'organisations partenaires russes. L'entretien de contacts avec les anciens membres du programme fait partie des tâches fixées par le Bundestag aux représentations étrangères qui participent au programme dans 42 pays. Alexandra Konkina est justement une ancienne membre du programme «Bourse parlementaire internationale».»

    Bild a aussi demandé si l'ambassade était au courant qu'Alexandra Konkina était la rédactrice d'un média public russe. Avant d'obtenir une autre réponse logique: «L'ambassade d'Allemagne à Moscou entretient régulièrement des contacts professionnels avec des médias publics et non publics.»

    C'est là que Julian Röpcke demande aux lecteurs: «Autrement dit, Konkina était présente dans la résidence de l'ambassadeur uniquement à titre privé?» En répondant lui-même: «C'est très improbable!» Puis il cite des informations qu'il juge compromettantes:

    1. Le membre du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) Steffen Kotré, qui a été également pris en photo avec Konkina, a accordé une interview à Sputnik Deutschland intitulée «Député de l'AfD: il ne faut pas tacler les partenaires russes dans le genou». Le député Kotré a déclaré qu'Angela Merkel propageait un «grand mensonge», et qu'à cause de cela l'Allemagne «dérivait vers la dictature». De plus, il s'est prononcé pour la levée immédiate des sanctions contre la Russie.

    2. RT Deutsch et Sputnik Deutschland, selon le contrespionnage allemand, «présentent des informations déformées et fausses» afin de «discréditer l'activité politique du gouvernement fédéral».

    Et le plus important:

    Réception solennelle pour les diplômés de la bourse parlementaire internationale à l'ambassade d'Allemagne
    Réception solennelle pour les diplômés de la bourse parlementaire internationale à l'ambassade d'Allemagne

    3. L'Américaine Molly McKew, «experte en guerres médiatiques, spécialiste en Russie», a déclaré à Bild: «Konkina fait partie de la machine propagandiste du Kremlin qui agit contre l'Allemagne. De tels postes ne sont pas occupés par des gens qui n'ont pas les relations nécessaires — qui plus est dans des pays aussi importants pour le Kremlin que l'Allemagne. […] La biographie d'Alexandre Konkina ressemble en quelque sorte aux actions de Maria Boutina — l'«étudiante» russe récemment arrêtée aux USA pour espionnage. Toutes les deux ont des tâches et des objectifs très spécifiques.»

    Cela prête vraiment à rire. Le génie allemand a élevé le «highly likely» («très probablement») à un niveau sans précédent. En Allemagne, secouée par d'énormes scandales intérieurs à cause des migrants, ainsi que par les conflits au sein de l'UE, le divorce du Royaume-Uni et la querelle avec les USA, la recherche d'espionnes russes semble être l'un des derniers recours pour détourner l'attention de l'opinion publique.

    Mais il y a des raisons de croire que la réalité est encore plus bête et simple. Ces dernières années, Bild a été pris plusieurs fois en flagrant délit de publication de révélations sensationnelles basées sur des photos volées avec une légende modifiée, de diffusion de fausses informations et, enfin, simplement de canulars de la presse allemande qui tentait de savoir quelle autre intox il était possible de faire avaler à Bild pour que ce dernier la publie sans vérification.

    Les scandales qui s'ensuivent sont régulièrement couverts notamment par Sputnik Deutschland. Sans épargner le journaliste Röpcke.

    Dans ses derniers articles, Sputnik aborde:

    — la non-éthique des articles du Bild et des tweets de Röpcke sur le cancer de la femme du président syrien Bachar el-Assad;

    — la désinformation des lecteurs du Bild attribuant les déclarations de Mikhaïl Khodorkovski à RIA Novosti;

    — les accusations enflammées des lecteurs du Bild visant la Russie du meurtre cruel d'Arkadi Babtchenko (qui est ressuscité par la suite).

    Et ainsi de suite.

    Bild avait deux solutions pour se tirer de cette situation: soit commencer à travailler sur les matériaux et grandir professionnellement, soit s'offusquer et commencer à nuire aux critiques par des chicanes et des dénonciations. Manifestement, le journal et Röpcke ont choisi la seconde solution.

    Il y a une chose à prendre en compte. Bien qu'il s'agisse d'un tabloïd, c'est tout de même un représentant de l'ancienne presse européenne. Autrement dit, les collaborateurs du Bild, par définition, doivent connaître les standards journalistiques. Et le fait qu'ils préfèrent aujourd'hui provoquer des scandales et chercher des responsables est très révélateur sur la nature de la crise qui a submergé la politique publique occidentale dans son ensemble.

    Cette crise a été provoquée par un conflit brutal entre la réalité et la réticence à l'accepter comme des adultes professionnels.

    Et tant qu'ils ne grandiront pas réellement, ils verront des espionnes de Poutine partout.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Bild trouve un sens caché dans le bouquet offert à Merkel par Poutine
    Russie vs USA: à qui les Allemands font-ils plus confiance?
    Berlin pourrait se joindre aux frappes de Washington, Londres et Paris en Syrie
    Tags:
    espionnes, Bild, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik