Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron a-t-il menti sur le temps de travail?

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    41745

    Jeudi 25 avril, Macron affirmait que la France devait travailler plus, faisant écho au célèbre «travailler plus pour gagner plus» de Nicolas Sarkozy, mais sans le «gagner plus». Ainsi essaye-t-il de faire comprendre aux Français qu'ils ne travaillent pas assez, du moins par comparaison au reste du monde, jusqu'à contredire les chiffres de l'OCDE.

    Le Président de la République, M.Emmanuel Macron l'a rappelé lors de sa conférence de presse du jeudi 25 avril qui venait conclure le Grand débat: la France doit travailler plus! Ce leitmotiv n'est pas sans nous rappeler le «travailler plus pour gagner plus» de Nicolas Sarkozy. Mais ici, selon le chef de l'État, il n'est pas question de «gagner plus». À l'en croire, la question du temps de travail fait de nous les pires élèves de la classe. Seulement, sur cette question, les statistiques de l'OCDE donnent tort au chef de l'État. Serait-il possible qu'Emmanuel Macron se soit laissé à propager une fausse information, une fake news?

    Combien travaille-t-on dans le Monde?

    Le chef de l'État l'a donc dit et répété lors de sa conférence de presse: «Quand je regarde la chose, la France travaille beaucoup moins que ses voisins», ou encore: «Quand je nous compare à nos voisins, ou aux autres pays de l'OCDE, on travaille moins par rapport à la vie toute entière, et on travaille moins rapporté à l'année. Et toutes les études économiques le montrent: le différentiel que nous avons de création de richesse, et donc de revenu pour nos concitoyens, il est lié à ce travail en moins».

    S'il faut donc le croire sur parole, nous serions donc les mauvais élèves de l'Union européenne et de l'OCDE. Mais le temps de travail est-il véritablement si bas en France? Sommes-nous vraiment pires que nos voisins? Et d'ailleurs, selon quels critères Macron arrive-t-il à ce résultat? En fait, ce n'est pas exactement le cas. Bien sûr, la France travaille moins que des pays du tiers-monde, voire que dans certains pays d'Europe centrale. À en croire l'OCDE, la France travaille autant que la Belgique, la Suisse ou le Royaume-Uni. La France travaille même plus que l'Allemagne et les Pays-Bas, mais, c'est vrai, travaille moins que la Pologne, l'Italie, l'Espagne ou la Grèce.

    Graphique
    Temps annuel de travail (heure) par personne réellement employée

    Source: OCDE, https://data.oecd.org/emp/hours-worked.htm

    De fait, les personnes travaillant le plus sont les… Grecs! Eux qui passaient dans la presse allemande en particulier, pour des cueilleurs d'olives… Et les travailleurs qui travaillent le moins sont ici les Allemands, et ce par une marge importante. De fait, le temps de travail est en France comparable à celui de la Belgique comme avec le Royaume-Uni.

    Alors, il est vrai que si l'on rapporte la totalité du temps de travail (nombre d'heures x nombre de travailleurs employés) et si l'on divise le nombre ainsi obtenu par le total de la population, on arrive à d'autres chiffres.

    Tableau 1
    Temps de travail par habitants

    Sources: Données de l'OCDE et du FMI

    Mais cela traduit à la fois la structure de la population avec la part des jeunes de moins de 15 ans qui est plus importante en France qu'en Allemagne, en Italie, ou au Japon.

    En fait, cette méthode de calcul n'a pas de sens. Si l'on fait le calcul par rapport à la population active, c'est à dire en incluant les chômeurs dans le total, les résultats changent effectivement.

    Graphique 2
    Temps de travail par personne rapporté à la population active

    Source: OCDE, https://data.oecd.org/emp/hours-worked.htm

    La position de la France recule, parce que notre taux de chômage est élevé. Mais, même dans ce cas, la France n'est pas le pays où l'on travaille le moins. En ce qui concerne le temps de travail, elle est dans la moyenne de l'Europe occidentale.

    Population active et productivité

    Mais, ce qu'il faut retenir c'est sans doute que l'on travaille mieux en France qu'ailleurs. Notre productivité est l'une des plus fortes au monde, nettement supérieure à celle du Japon et même de l'Allemagne. Si l'on regarde la productivité, calculée en 2017 en Parité de Pouvoir d'Achat, indicateur nécessaire pour réaliser des comparaisons internationales, on voit que la productivité du travail en France est donc élevée, voire très élevée.

    Graphique 3
    Productivité en PPA (2017)

    Source: OCDE

    Il n'y a donc aucune base sérieuse pour dire que les Français ne travailleraient pas assez. On avance beaucoup la question du temps hebdomadaire de travail. Mais, en réalité, les français travaillent nettement plus que le temps légal de travail. On le sait, ce dernier est de 35h par semaine. Le temps réel est quant à lui de 38,7h, soit 10% de plus. Ensuite, le nombre de jours fériés n'est pas réellement plus important qu'ailleurs. Bref, quand les Français ont du travail, ils travaillent à peu près autant que les autres, et souvent plus. Le véritable problème est le taux de chômage, 8,9% d'après le Bureau international du travail, près de 10% si l'on utilise d'autres calculs.

    Bref, Emmanuel Macron semble être un peu fâché avec les chiffres. Et cela n'est pas sans importance. Car, derrière ce discours de culpabilisation des Français, il y a de véritables enjeux sociaux.

    Les enjeux sociaux de la durée légale de travail

    Il faut savoir que si l'on augmente la durée légale du travail, ou si l'on recule l'âge de la retraite, il se produira une forte baisse des revenus des travailleurs et des retraités. Il convient ici d'expliquer le mécanisme. On l'a dit, les Français travaillent en moyenne 10% de plus que le temps légal, autrement dit, ils font 10% d'heures supplémentaires. Or, si l'on décidait de revenir à une durée légale de 39h, on ferait disparaître ces heures supplémentaires et la paye à la fin du mois serait plus faible. De même, avec le rallongement de l'âge de la retraite auquel conduirait un système de «points», les Français prendrait toujours leur retraite à peu près au même âge qu'aujourd'hui ne serait-ce que parce que les entreprises licencient en priorités les travailleurs de plus de 50 ans. Mais, avec un système de retraite par «points» les Français toucheraient nettement moins.

    Tout le discours sur la durée du travail, qu'il s'agisse de la durée hebdomadaire, de la durée annuelle ou de la durée dans une vie aboutit à un même résultat: faire baisser les salaires réellement payés aux travailleurs et faire baisser les pensions de retraite. Ce qui est intéressant, c'est que ce discours est tenu soi-disant au nom de la revalorisation du travail alors qu'il va aboutir à le dévaloriser encore un peu plus.

    De fait, nous sommes dans un système qui, que ce soit du fait de l'euro ou des règles de l'Union européenne, pousse à une concurrence sauvage entre les pays. Nous sommes dans une logique du toujours moins pour ceux qui travaillent, mais aussi dans une logique où il y a toujours moins de travail. Tant que nous accepterons ces cadres, aucune solution n'est possible.

    *Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

    Lire aussi:

    Une série de nuits de violences à Romans-sur-Isère: caillassage et jets de cocktails Molotov contre la police
    Macron officialise l'avis de la France sur Huawei après la décision de Trump de l’écarter
    Le crash d'un F-16 laisse un trou béant dans le toit d'un bâtiment en Californie (vidéo)
    Tags:
    grand débat, travail, temps, OCDE, Emmanuel Macron, Suisse, Royaume-Uni, Espagne, Grèce, Belgique, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik