Points de vue
URL courte
Par
Violences urbaines après l’accident entre un motard et la police à Villeneuve-la-Garenne (14)
9822356
S'abonner

La température monte dangereusement dans les zones sensibles. L’accident de Villeneuve-la-Garenne a provoqué des violences et fait couler beaucoup d’encre. L’envie d’émeute se répand dans les quartiers, et la lassitude dans les rangs des forces de l'ordre. La policière Linda Kebbab pense que le pire est à venir. Entretien.

Dimanche 19 avril, 23h30. Un équipage de police-secours est appelé dans le quartier des épinettes à Évry (91). Des «perturbateurs» ont été signalés. Arrivée sur place, la patrouille entend des cris, et aperçoit une silhouette cachée dans un buisson. La situation va alors dégénérer en quelques secondes. D’autres silhouettes encerclent peu à peu les policiers. En tout, ils seront une trentaine d’individus encapuchonnés, à lancer des pierres et des bouteilles en verre, puis à tirer au mortier d’artifice. Les policiers n’ont alors plus le choix, ils doivent s’extraire du guet-apens. Le policier au volant récupère ses collègues difficilement, sous les tirs…

Une scène qui choque, mais que les policiers relatent avec résignation, en serrant les dents. «On a connu des moments pires…», nous confie Linda Kebbab, déléguée du syndicat de police SGP-FO. «On le savait. On savait que le confinement allait augmenter les violences urbaines», soupire, résignée, la policière. Mais elle ne relativise la situation qu’en pensant à la suite. Le confinement dure, et c’est le relâchement qui s’ensuivra qui lui fait craindre que le pire soit à venir.

Mêmes délinquants, nouveau méfait

Guérilla contre la police, trafic de stupéfiants, rodéos sauvages: «c’est toujours l’histoire de quelques centaines de personnes dans chaque cité.» Toujours les mêmes, sous-entend Linda Kebbab. Mais avec l’épidémie de Covid-19, les petites frappes se rendent désormais coupables d’un nouveau méfait:

«Quand vous avez cinq ou dix jeunes qui squattent au pied des immeubles et contaminent les poignées de porte… ce sont les autres qui trinquent», souligne Linda Kebbab.

Et si le confinement a en effet été remis en cause dans la France entière, la réaction au rappel à l’ordre diffère dans les zones sensibles. «Là, ils refusent toute règle»: là, chaque contrôle peut virer à l’émeute.Face à la menace, les atermoiements de la hiérarchie policière désespèrent la policière: les instructions de ne pas porter de masque ou celles de ne pas entrer dans certains quartiers… ou alors en voiture banalisée. Sortir ainsi caché, c’est pour elle un aveu terrifiant de faiblesse:

«On préfère se plier au code de ceux qui ne veulent pas voir de forces de l’ordre dans les quartiers. Quand les autorités nous disent de ne pas interpeller, de ne pas intervenir, on abandonne les habitants. On veut juste que le gouvernement nous donne les moyens de protéger les habitants», exige la déléguée du syndicat de police CGP-FO.

Le 18 avril à Villeneuve-la-Garenne, la voiture de police dont l’agent a ouvert la portière, causant un accident avec un individu de 30 ans à moto, n’était pas sérigraphiée. Sur les réseaux sociaux, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre: les policiers guettaient les jeunes et auraient commis une bavure. Le pilote du motocross aurait eu la jambe coupée. Pourtant, les faits semblent différer.

Le multirécidiviste à moto a-t-il foncé sur les flics?

Sous contrôle judiciaire depuis le 16 mars, le pilote du motocross roulait sans casque. Et selon le syndicat de police Alliance, l’intéressé serait un «multirécidiviste»: «violences, stups, agression sexuelle... avec des antécédents longs comme le bras

«Ça faisait plusieurs nuits qu’il excédait les habitants. Les collègues sont intervenus sur signalisation des riverains. Il est arrivé en sens inverse et sur le trottoir, puisque la portière a été ouverte du côté droit. J’aimerais savoir à quel moment c’est une violence policière!» s’insurge la policière au micro de Sputnik.

Et qu’on ne vienne pas lui dire que les échauffourées dans les quartiers sont autant de révoltes face à une accumulation d’injustices: «quand des banlieues privilégiées comme à Meudon et Suresnes sont touchées par des incendies de véhicules, on ne combat pas des injustices! Ce ne sont que des prétextes.» On ne combat pas ainsi les discriminations, dit-elle.

Les caïds sont sur les dents

Il en faudrait donc peu pour que la poudrière n’explose, et au pire moment. Mais quand? Selon nos informations, la moitié sud de la France est encore alimentée en stupéfiants. Mais au nord, les choses sont toutefois plus compliquées, particulièrement pour la région parisienne. Combien de temps les stocks pourront-ils durer? Les caïds sont sur les dents, les consommateurs se présentent moins:

«Ça ajoute au fait qu’ils ne veuillent pas voir de policiers dans les quartiers. Faire fuir l’autorité, c’est dire aux consommateurs qu’ils peuvent venir sans problème», explique Linda Kebbab.

Du côté des flics, la lassitude du confinement se fait aussi sentir. D’autant plus que des congés leur ont été retirés à la suite d’une ordonnance publiée il y a quelques jours, le 15 avril. «On protège des habitants, on se fait lyncher par les médias, et on nous sucre nos congés», résume Linda Kebbab, tirant la sonnette d’alarme: «bientôt, les policiers n’auront vraiment plus envie d’y aller.»

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Violences urbaines après l’accident entre un motard et la police à Villeneuve-la-Garenne (14)

Lire aussi:

Une majorité de Français souhaite le retour d'Édouard Philippe dans la vie politique
L’Azerbaïdjan a lancé des systèmes de lance-roquettes lourds dans la bataille, assure l’Arménie
La fuite d’oxygène sur l’ISS gagne en ampleur
Tags:
Villeneuve-la-Garenne, France, émeutes, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook