Points de vue
URL courte
Par
1510949
S'abonner

Ancien policier d’élite, Robert Paturel observe avec inquiétude les accusations contre la police se multiplier. Racisme, violences policières, formation des agents: il a évoqué toutes les polémiques au micro de Sputnik France. Avec sang-froid.

Vénissieux, soir d’émeute. Des véhicules noirs de la police, initialement envoyés pour une affaire de braquage dans la région lyonnaise, se retrouvent dépêchés dans la cité pour interpeller des émeutiers. Les policiers mettent pied à terre et voient arriver une bande de jeunes. L’un des agents se dirige alors seul vers eux: «faites attention, vous allez vous faire contrôler.» Une brève discussion s’engage. Étonnés, les jeunes ont du mal à comprendre: «mais vous êtes qui?» Et l’agent de répondre: «mais je suis policier». La bande ne veut pas y croire. Pourquoi? «Parce que vous êtes poli», lui disent-ils, avant de repartir tranquillement sans prendre part à l’émeute.

© Photo. ADAC
Robert Paturel, six fois champion de France de savate. 30 ans dans la police dont 20 au RAID. Il a fondé une Académie des arts de combat (ADAC). Il y transmet ses connaissances martiales, mais aussi de gestion des émotions lors des situations à risque.

Ce soir-là, ils ont eu affaire à Robert Paturel, négociateur du RAID. Une légende des forces de l’ordre: trente ans dans la police, dont un passage par la Brigade de recherche d’intervention (BRI), avant de rejoindre le RAID comme intervenant et instructeur. Il y a passé deux décennies.

En France, on ne tire pas dans le dos

Alors que le débat public vire au pugilat, cet ancien champion de France et d’Europe de boxe veut faire la part des choses. Face aux accusations de racisme et de violence qui ciblent la police, le vétéran écarte tout manichéisme. Si les jeunes individus étaient étonnés, c’est bien que les agents se laissent quelquefois aller. Et notre interlocuteur de plaider pour une exemplarité sans failles:

«On n’est pas obligés de parler sèchement et de hausser le ton, dit-il simplement. Quelle que soit la personne que vous contrôlez, le vouvoiement et la correction s’imposent. Vous n’êtes pas obligé d’être brutal», explique-t-il au micro de Sputnik France.

Expert en technique d’autodéfense, Robert Paturel a été confronté à la violence de forcenés ou de terroristes, comme en 1993, lors de la prise d’otages de Neuilly. Mais pour lui, la violence n’est jamais la solution. Seulement, peut-être, une option maîtrisée.

L’école française? Toutes proportions gardées, les amalgames avec la violence aux États-Unis lui semblent aussi odieux qu’insensés: «ça n’a rien à voir!» s’exclame-t-il, avant de préciser sa pensée: «en France, on ne tire pas sur un mec qui fuit. Sur la légitime défense, c’est très carré aussi.» Le soir de notre entretien, un Afro-Américain ayant volé le taser d'un agent était abattu par la police à Atlanta.

Pas de doute: les systèmes juridiques diffèrent profondément. Et après tout, les chiffres qui reflètent la violence inhérente à la société américaine lui donnent raison: 996 personnes ont été tuées par la police US en 2018, contre 150 officiers de police tués «in the line of duty» (en service) en 2018. La même année dans l’Hexagone, l’IGPN recensait 15 décès dus aux opérations de police, contre 25 agents des forces de l’ordre (11 policiers et 14 gendarmes) morts dans le cadre d’une opération de police. Ce qui inclut autant le sacrifice héroïque du colonel Arnaud Beltrame qu’un accident tragique ayant tué quatre gendarmes.

Dans un tel contexte, le manque de soutien de la hiérarchie à l’égard des agents le contrarie. Mais c’est quand Robert Paturel visionne des images d’agents pris à partie dans les manifestations ou les cités que son sang ne fait qu’un tour: «quand je vois la police qui recule, ça m’énerve!»

Les policiers sont-ils démunis? La nouvelle interdiction faite aux policiers d’user de la technique d’étranglement (ou de «contrôle tête») par Christophe Castaner lui apparaît incompréhensible:

«Ce qui m’a mis en colère, c’est l’interdiction. C’est le moyen le plus doux d’interpeller sans porter de coup! Ça fait 20 ans que l’on pratique des étranglements et ça s’est toujours bien passé. Alors maintenant, un homme en serait mort et on veut tout interdire?»

Une mort dont les causes ne sont d’ailleurs pas avérées. Dans l’affaire Cédric Chouviat, mort lors d’une interpellation le 3 janvier 2020, l’utilisation de la clé d’étranglement n’est pas certaine. «À mon avis, il n’est pas mort de l’étranglement», estime l’ancien instructeur du RAID, qui reste prudent: «l’étranglement empêche en effet le sang d’arriver au cerveau. Si vous restez longtemps, il y a des lésions, bien sûr», admet Robert Paturel. Mais un geste précis permet de diminuer le tonus musculaire pour maîtriser l’individu en moins de cinq secondes.

Selon les premiers éléments de l’autopsie, Cédric Chouviat serait décédé d’une asphyxie avec fracture du larynx. Me Arié Halimi, l’avocat de la famille, estime que Cédric Chouviat a subi un étranglement. Me Laurent-Franck Liénard, l’avocat de deux des quatre policiers mis en cause, estime quant à lui que la victime n’aurait pas pu subir de contrôle de tête, du fait de son casque de moto. C’est donc le poids des agents sur son dos qui aurait provoqué la tragédie. Même problème dans l’affaire Traoré, où c’est la technique du plaquage ventral qui est remise en cause, même si les policiers mis en cause expliquent n’avoir pas eu recours à cette technique.

Le stress, plutôt que le racisme, serait la cause des bavures

Le pistolet à impulsion électrique, désormais envisagé par le ministère de l’Intérieur pour remplacer la technique de contrôle de tête, ne semble pas la solution idéale aux yeux de Robert Paturel: «le type électrocuté tombe inerte et en plus, il peut y avoir des problèmes cardiaques», constate-t-il. C’est sûr: aux États-Unis, plus de 1.000 décès ont été relevés depuis l’année 2000 à la suite d’une décharge de Taser. Bien que 150 seulement seraient des cas directement liés au tir, l’arme a de quoi inquiéter, surtout au vu du contexte actuel, alors que les interventions policières se voient promptement accusées de racisme. Comment expliquer les bavures?

«Souvent, le problème qui arrive, c’est par le stress, le policier devient violent par peur. C’est comme ça qu’arrivent les accidents», estime l’ancien flic.

Robert Paturel a créé avec d’autres anciens du RAID l’Académie des Arts du combat (ADAC), où il transmet aux civils son expérience de la boxe et des techniques d’intervention. Gérer une situation de stress intense a été une problématique constante dans son métier et son enseignement. «L’action tue l’émotion», explique-t-il dans son essai Mes réflexions sur le combat (Éd. Fol’fer, 2016).

L’habitude aussi, ce qui renvoie au problème de l’entraînement: «le manque de formation continue est réel», souligne Robert Paturel. «On pare au plus pressé. Un agent habilité pour le tonfa ne recycle pas toujours.» Un penchant qui exaspère le vétéran:

«Ce que je dis souvent quand un collègue me dit “je n’ai pas le temps de m’entraîner”, c’est que le plus gros du travail que j’ai fait, c’était en salle sur mes heures, pas pendant celles de travail. Si on a un petit peu d’honneur, c’est de bien faire son travail et donc de se préparer.» 

Une leçon d’honneur plus que de morale, donc, alors que le racisme dans la police a fait l’objet d’une campagne médiatique ces dernières semaines.

Le jeune gaulois à Bobigny

Un problème complexe, veut-il penser: «il y a le même pourcentage de racistes que dans le reste dans la population, même s’il ne devrait pas y en avoir. De temps en temps, on entend un collègue qui sort une remarque un peu lourde, on le recadre.» Mais les procès médiatiques semblent déconnectés de la réalité que vivent les policiers: «allez voir dans les cages, le matin dans les commissariats… de temps en temps, il y a un gaulois pris pour ébriété, mais la plupart du temps, ce sont des personnes d’origine étrangère», constate-t-il, désolé.

S’il n’excuse rien, Paturel craint que les dynamiques sociales contemporaines ne s’aggravent: «un jeune qui vient d’un petit village du fond de la France entre dans la police et se retrouve catapulté à Bobigny. Là, dès qu’il sort, il se fait insulter. Certains n’ont peut-être pas le niveau intellectuel pour faire la part des choses… Il se dit qu’il est un Gaulois qui se fait insulter par des Arabes et il devient raciste.» Politiquement incorrect, Robert Paturel? «Quand je le dis, on me traite de facho», regrette-t-il. Avec l’air de dire: mais si l’on ne fait pas la part des choses, jamais les problèmes ne seront résolus.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
Un garçon de 14 ans incarcéré pour le viol d’une quadragénaire à Dunkerque
Tags:
Cédric Chouviat, Adama Traoré, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook