Points de vue
URL courte
Par
0 61
S'abonner

Ces derniers jours, la pandémie de Covid-19 a pris des proportions inquiétantes en Afrique du Sud, obligeant les autorités du pays à imposer des mesures restrictives strictes à la population. Le défi est énorme pour Cyril Ramaphosa, qui préside également l’Union africaine cette année. Analyse pour Sputnik du chercheur et journaliste Patrick Mbeko.

En Afrique du Sud, le retour à la vie normale n’aura été que de courte durée: six semaines après la levée du confinement, le Président Cyril Ramaphosa a décidé de réimposer de nouvelles mesures draconiennes à la population face à la recrudescence des cas de Covid-19 dans le pays. La vente d’alcool est à nouveau suspendue et un couvre-feu est désormais en vigueur sur l’étendue du territoire national. Les visites familiales sont également interdites.

«Je sais que ces décisions sont difficiles pour nos concitoyens », a reconnu Cyril Ramaphosa, tout en déplorant un manque de civisme de la part de la population.

L’Afrique du Sud est pour l’heure le pays le plus touché par le Covid-19 en Afrique. La pandémie représente un réel défi pour Cyril Ramaphosa qui, au-delà de présider à la destinée de millions de Sud-Africains, doit, en tant que président de l’Union africaine (UA), s’occuper des challenges auxquels le continent noir est confronté. Un double pari national et continental.

La lutte implacable contre l’ennemi invisible

Au début de la crise sanitaire, l’Afrique du Sud se présentait comme le pays du continent le mieux préparé à faire face au Covid-19. Les premières mesures prises par Cyril Ramaphosa pour enrayer la pandémie avaient été saluées par la population, mais avec le temps, elles ont été remises en question au point de susciter la grogne aussi bien dans les quartiers populaires qu’au sein de la classe politique. Plus organisée et plus riche que la plupart des pays d’Afrique subsaharienne, la «nation arc-en-ciel» s’est pourtant retrouvée dans la même situation que les autres «enfants pauvres» du continent: confiner la population en courant le risque de la voir mourir de faim, ou la laisser vaquer à ses occupations en courant le risque de l’exposer au coronavirus. En d’autres mots: choisir entre mourir de faim et mourir de la maladie.

Après avoir résisté à la tentation de confiner totalement leurs populations comme cela a été le cas dans les pays occidentaux, l’Afrique du Sud comme la plupart des États africains ont opté pour un confinement «soft» doublé de couvre-feux et de fermeture de frontières, sans toutefois restreindre les mouvements de la population. À Pretoria, Cyril Ramaphosa n’a pas hésité à décréter le Covid-19 catastrophe naturelle, déclenchant dans la foulée le Disaster Management Act tout en mettant sur pied une structure de commandement dédiée à la lutte contre le Covid-19, le National Coronavirus Command Council (NCCC).

Si les mesures adoptées par le numéro un sud-africain peuvent se comprendre au regard de la violence avec laquelle la pandémie frappe le pays, il n’en reste pas moins qu’elles ont suscité des réactions mitigées. Plusieurs personnalités politiques et observateurs sud-africains ont reproché à Cyril Ramaphosa de gérer la crise de manière non démocratique. Les réunions du NCCC, qui n’a aucun statut constitutionnel, se déroulent dans l’opacité la plus totale, dit-on...

L’éternelle question de la pauvreté noire

Par-delà la pandémie et les critiques relatives à la gestion de celle-ci, le problème de fond reste la situation socioéconomique de la majorité de la population noire sud-africaine qui vit dans une grande misère. Si les mesures mises en place pour enrayer la crise sanitaire ont permis de sauver des vies, il n’en demeure pas moins qu’elles ont aussi considérablement fragilisé le «bas de laine» des Sud-Africains en général, et plus particulièrement des moins nantis. Confronté à l’imminence d’une grave crise sociale et alimentaire, Cyril Ramaphosa n’a eu d’autre choix que d’accélérer le retour à la normale en amorçant une phase de déconfinement qu’il a dû stopper face à la recrudescence des cas de Covid-19 dans le pays.

Au-delà de la pandémie, il faut dire que l’Afrique du Sud paie le prix fort de sa gestion calamiteuse du pouvoir depuis l’arrivée de l’ANC (Congrès national africain, le parti au pouvoir) aux affaires. Nombreux sont les experts et observateurs qui jettent le blâme sur l’ex-Président Jacob Zuma, dont la gestion du pouvoir a été caractérisée par des scandales de corruption à répétition, pour expliquer la situation dans laquelle se trouve le pays aujourd’hui. Bien que compréhensible, cette appréciation de la problématique sud-africaine sous-estime le poids des décisions prises dès 1994 par l’ANC à l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela. Or, c’est dans ces décisions que l’on trouve des réponses à la situation de la majorité noire aujourd’hui.

Pour la petite histoire, la plupart des dirigeants de l’ANC, à commencer par Nelson Mandela, ont toujours été des capitalistes convaincus. S’ils ont combattu le régime raciste de l’apartheid et milité pour la dignité des Noirs, leur lutte avait pour objectif de permettre à la classe moyenne noire d’accéder au capital. En opposition à d’autres prisonniers de Robben Island qui affirmaient que la Charte pour la liberté –document résumant les grandes lignes du programme politico-économique de l’ANC– était un document socialiste, Mandela faisait savoir que celui-ci avait pour but d’établir une démocratie bourgeoise noire tout en maintenant le système capitaliste en place. C’est dans cet état d’esprit qu’il a dirigé l’Afrique du Sud avec le soutien de grands groupes capitalistes du pays, recevant au passage les «louanges» du Wall Street Journal qui le comparera à Margaret Thatcher. Ses successeurs ont gardé le même cap.

En bref, ce sont les décisions d’hier qui continuent de façonner la vie sociopolitique et économique de l’Afrique du Sud aujourd’hui. Même si tous les Présidents sud-africains, de Nelson Mandela à Tabo Mbeki en passant par Jacob Zuma et Cyril Ramaphosa qui a évolué à l’ombre du premier, ont beaucoup investi dans le social pour améliorer la condition des populations noires, il n’en reste pas moins que la nature du système économique mis en place depuis 1994, voire avant, a maintenu toutes les tares qui caractérisaient l’apartheid... économique, jumeau de l’apartheid racial dont le pays a pu se libérer.

Le Président Ramaphosa l’a d’ailleurs reconnu lors du 25e anniversaire de l’abolition de l’Apartheid, en avril 2019. Entre 2011 et 2015, près de 3 millions de Sud-Africains ont basculé dans la pauvreté, selon la Banque mondiale. Les Noirs sont les plus touchés. Le chômage continue de gangréner la première puissance industrielle du continent, qui est aussi l’un des pays les plus inégalitaires de la planète. Les défis sont énormes pour Cyril Ramaphosa dont le parti, bien que majoritaire, est en perte de vitesse après avoir essuyé les pires résultats électoraux de son histoire lors des dernières scrutins municipaux. Si le Covid-19 mobilise pour le moment toute l’attention du Président, il ne saurait être un prétexte pour maintenir le statu quo. Il a promis d’agir pour remédier à la situation. Reste à savoir comment il va s’y prendre, lui le multimillionnaire qui est un pur produit du système capitaliste qui domine l’Afrique du Sud.

L’agenda africain

Le Covid-19 n’a pas seulement mobilisé toute l’attention de Cyril Ramaphosa sur le plan intérieur. En tant que président de l’UA, il a été appelé à travailler avec ses pairs du continent pour mettre en place des stratégies permettant d’enrayer la pandémie. À travers son leadership, l’Afrique a parlé d’une seule voix et est apparue unie face à celle-ci. Seul membre africain au G20 et en même temps à la tête de l’UA, l’Afrique du Sud de Ramaphosa a été le meilleur avocat du continent devant les instances internationales. C’est elle qui a plaidé pour que la communauté internationale aide le continent à traverser l’épreuve imposée par le Covid-19 en allégeant, voire en suspendant le remboursement de la dette. À la différence des pays occidentaux, l’Afrique n’a pas vraiment été frappée de plein fouet par la pandémie, pourtant son économie est déjà dans le coma. Cyril Ramaphosa a également plaidé pour que l’Occident lève sans condition les sanctions qui ont été imposées au Soudan et au Zimbabwe.

Par-delà les initiatives entreprises ici et là, la priorité du numéro un sud-africain reste la sécurité sur le continent. Lors du 33e sommet de l’UA qui s’est tenu à Addis-Abeba, il a promis de «faire taire les armes en Afrique» et entend mettre l’accent sur la crise libyenne qui perdure depuis l’assassinat, en octobre 2011, du colonel Kadhafi. Le défi est d’autant plus grand que le conflit libyen a ceci de particulier qu’il implique plusieurs acteurs puissants aux intérêts disparates. L’Afrique, par la voix de Pretoria, pourra-t-elle se faire entendre après avoir été «snobée» pendant plusieurs années? Ramaphosa ose croire que oui.

Sur le registre de la «bonne gouvernance», l’Afrique a de nombreux défis à relever et le Président sud-africain en est conscient. Mais comment faire entendre raison dans certains coins du continent où l’Afrique du Sud a elle-même cautionné des comportements qui n’honorent ni la démocratie ni les pratiques relatives à la bonne gouvernance? Pour rappel, l’Afrique du Sud de Cyril Ramaphosa a pesé de tout son poids pour que l’UA valide la fraude électorale lors des dernières présidentielles en RDC. Les actes devront accompagner les discours à l’avenir. Sur le plan strictement panafricain, Ramaphosa aura la lourde tâche de réconcilier le reste de l’Afrique subsaharienne avec son pays après la vague de violences xénophobes de septembre 2019 qui a terni l’image de l’Afrique du Sud sur le continent. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a du pain sur la planche...

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Cyril Ramaphosa, Afrique du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook