Politique
URL courte
Par
8033
S'abonner

Après que le parti présidentiel a affiché illégalement 200.000 placards à l’effigie de Macron, la mairie de Paris a dû dépenser une certaine somme pour les enlever et nettoyer le mobilier urbain. Anne Hidalgo, invitée le 4 octobre du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, a pourtant déclaré qu’elle ne remettrait pas la facture à La République en Marche.

Fin septembre, près de 200.000 affiches représentant Emmanuel Macron accompagné du slogan «Ensemble, nous réussirons», suivi du nom de son parti, sont apparues en France dont une grande partie à Paris. Le problème est qu’elles avaient été collées illégalement.

Les services de la capitale ont ainsi dû dépenser une certaine somme pour les enlever et nettoyer le mobilier urbain.

«Ça fait cher le nettoyage. Ce n'est pas bien, ça pollue», a déclaré le 4 octobre Anne Hidalgo lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

«On ne pratique pas ce genre d'affichage sauvage en tant que formation politique parce que ça pollue, ça dégrade le mobilier urbain», a-t-elle expliqué.

Pourtant, elle ne vise pas à envoyer la facture à LREM et c’est ainsi la Ville de Paris qui prendra en charge les frais.

«Nous n'allons pas demander le paiement des amendes lorsqu'il s'agit de formation politique. Je leur en fais cadeau mais je leur demande de ne plus recommencer», a conclu Mme Hidalgo.

L’acte provoque l’indignation des politiques

Le 30 septembre, après l’affichage de ces placards, la mairie a envoyé en urgence ses agents de propreté afin de les décoller, selon Le Parisien. Une opération qui «devrait prendre plusieurs jours».

Certains politiques se sont indignés. François Vauglin, maire du XIe arrondissement, a ainsi dit que «c’est dommage que les impôts des Parisiens servent à décoller des affiches politiques sauvages…». De plus, l’élue Les Républicains Nelly Garnier s’est rebiffée contre «cette pollution visuelle qui dégrade Paris, l’environnement architectural et urbain».

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Une enseignante menacée par ses élèves à Toulouse pour avoir abordé le port du voile en France
Tags:
Emmanuel Macron, affiches, La République en Marche! (LREM), Anne Hidalgo, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook