Politique
URL courte
Par
10723
S'abonner

«Le message que j'essayais de faire passer était qu'il ne peut pas y arriver seul»: François Hollande a expliqué sur les ondes de France Inter pourquoi, au 11-Novembre, il avait demandé à Emmanuel Macron si ce n’était pas «trop dur en ce moment».

Ce matin sur France Inter, François Hollande est revenu sur l’échange qu’il a eu avec Emmanuel Macron, lequel a provoqué un tollé après les commémorations du 11-Novembre. Ce jour-là, sous l'arc de Triomphe, l’ancien Président a demandé à son successeur si ce n’était pas «trop dur en ce moment».

Le présentateur de la radio a interrogé M.Hollande pour savoir si ce ton n’avait pas été trop «désinvolte».

«Nous sommes devant des crises majeures. […] Jamais, je pense, il n'y a eu une accumulation de crises comme nous le connaissons», a répondu alors l’ex-chef de l’État français.

​Ce dernier a par la suite rappelé «le message» qu’il voulait «faire passer»:

«Il ne peut pas y arriver seul, il doit dialoguer, il doit concerter, il doit associer, il doit faire vivre les institutions.»

Et d’ajouter:

«Un homme, une femme, seul, le Président de la République, même avec tous les moyens que lui confère la constitution, ne peut pas parvenir à surmonter cette accumulation de crises. Cela sera dur, très dur, pas seulement pour le chef de l'État, mais pour tout le monde. À partir de là, il faut changer les procédures et les pratiques».

Aide pour son successeur

En répondant à la question de savoir s’il proposait son aide à Emmanuel Macron, François Hollande a tenu à souligner qu’il était toujours disponible et avait exprimé son point de vue à chaque fois qu’il avait été sollicité.

Outre la crise sanitaire ayant entraîné une crise économique, le gouvernement français fait actuellement face à une menace terroriste aiguë après trois attentats qui ont touché récemment l’Hexagone.
 

Lire aussi:

«Vous allez voir en 2021, l’islam, on va tous vous tuer»: le passager ivre d’un tram interpellé à Montpellier
Migrants délogés: Rémy Buisine «pris à la gorge» par un policier, Darmanin évoque des «images choquantes» – vidéos
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
Covid-19, Journée de Armistice, Emmanuel Macron, François Hollande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook