Politique
URL courte
Par
Affaire Michel, le producteur tabassé par des policiers à Paris (25)
162224
S'abonner

Quelques jours après la diffusion de la vidéo du tabassage par les policiers d’un producteur à Paris, survenu le lendemain du vote de la loi sécurité globale, Louis Aliot, maire RN de Perpignan a déclaré ce 28 novembre à Europe 1 que «l'immense majorité» des policiers faisaient «correctement» leur travail. Il a dénoncé «un procès médiatique».

Commentant le comportement des policiers qui ont récemment agressé un producteur de musique à Paris, Louis Aliot, maire Rassemblement National de Perpignan a déclaré le 28 novembre à Europe 1 qu’il s’agissait d’une infime minorité des forces de l’ordre.

«Il y a dix millions d'interventions de policiers et gendarmes, et 0,3% de bavures, donc l'immense majorité du corps de police et de gendarmerie fait correctement son travail face à une situation qui est en train de dégénérer», a-t-il expliqué au média.

Tout en précisant que les policiers en question avaient agi «en dehors de leurs missions et de leurs droits», le maire a affirmé que «99% des actes de notre police respectent les règles et la loi».

«Si on commence à affaiblir les forces de police, les citoyens vont se trouver en première ligne face aux voyous et ce sera le début de la guerre civile et de l’anarchie», a-t-il alerté, cité par le média.

Loi Sécurité globale, «un procès médiatique»

En dénonçant «un procès médiatique fait aux policiers», M.Aliot a par ailleurs défendu la loi Sécurité globale, récemment votée par l’Assemblée nationale et qui ne cesse de faire polémique.

«L'article 24, ce n'est pas une histoire de caméras, cela concerne la diffusion de visages très précis de policiers que l'on mettrait en cause pour aller précisément leur nuire directement et personnellement», a-t-il précisé au micro d’Europe 1.

Un contexte tendu 

Le producteur de musique Michel Zecler a été roué de coups par trois policiers dans l’entrée de son studio dans le 18e arrondissement de Paris, samedi 21 novembre 2020. C’est grâce aux vidéos de caméras de surveillance témoignant des actes de la police que le parquet de Paris a ouvert une procédure pour «violences par personnes dépositaires de l'autorité publique» et «faux en écriture publique», confiée à l'IGPN. Les trois policiers qui avaient participé au tabassage ont été suspendus, ainsi qu’un quatrième qui avait lancé dans le studio une grenade lacrymogène.

Cet incident a eu lieu le lendemain de l’approbation en première lecture par l’Assemblée nationale de la très controversée loi Sécurité globale dont l’article 24 interdit de filmer des membres des forces de l'ordre dans l'intention de nuire à leur intégrité «physique ou psychique».

Suite à plusieurs manifestations contre la loi sécurité globale, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé le 26 novembre la création d'une commission indépendante chargée de réécrire l’article 24 dans le but de «respecter l’objectif poursuivi tout en dissipant tout doute sur le respect de la liberté d’informer». Une décision dénoncée par la suite par le Président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand ainsi que par celui du Sénat, Gérard Larcher.

Dossier:
Affaire Michel, le producteur tabassé par des policiers à Paris (25)

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
violences policières, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook