Politique
URL courte
Par
12848
S'abonner

Face aux propos d’Emmanuel Macron sur les contrôles au faciès et les discriminations, un syndicat de police a organisé en signe de protestation une action de «non-contrôle d’identité» à Aubervilliers. Selon un secrétaire départemental d'Unité SGP en Seine-Saint-Denis, la police veut ainsi «montrer la grande hypocrisie».

Le quartier des Quatre-Chemins, à Aubervilliers, a connu samedi 5 décembre en fin d'après-midi une courte opération symbolique réunissant une quinzaine de policiers qui ont remis des «attestations de non-contrôle d'identité» aux passants, rapporte Le Parisien.

«On veut montrer la grande hypocrisie qui sous-entend que la police vise systématiquement les personnes en fonction de leur couleur de peau et qu'elle ferait preuve de racisme systémique», dénonce auprès du Parisien Erwan Guermeur, secrétaire départemental d'Unité SGP en Seine-Saint-Denis.

Il explique au quotidien que «la police ne fait que répondre aux politiques et exécuter les missions qu'on lui confie.»

«Quand le gouvernement mène une politique très répressive contre l'immigration illégale, il nous demande de cibler une population étrangère. C'est alors le policier lambda, sur le terrain, qui se retrouve à rendre des comptes.»

Des propos qui indignent

Cette action organisée à l'appel du syndicat de police Unité SGP vise à protester contre les propos d’Emmanuel Macron sur les contrôles au faciès et les discriminations.

Au cours d’une interview, Emmanuel Macron a déclaré qu’«aujourd'hui, quand on a une couleur de peau qui n'est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé. On est identifié comme un facteur de problème et c'est insoutenable».

Le syndicat Alliance a aussitôt publié une vidéo «La police n’est pas raciste» sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:

Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Nouvelle menace iranienne: «Israël peut être détruit en une seule opération»
Tags:
police, Seine-Saint-Denis, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook