Politique
URL courte
Par
3014417
S'abonner

«Lallement, Darmanin, démission» et «Stop aux violences policières»: c’est avec ces pancartes que des élus communistes ont accueilli Didier Lallement au Conseil de Paris du 15 décembre. Dénonçant ses méthodes de maintien de l’ordre, ils l’ont chahuté et ont quitté la salle. «Sortez, ça ne me dérangera pas», a lancé Anne Hidalgo.

Des élus communistes ont mené une action coup de poing en face de Didier Lallement lors de sa prise de parole dans le cadre du Conseil de Paris tenu le 15 décembre à l’occasion du vote sur le budget de la préfecture de police. 

Des pancartes avec des inscriptions «Stop aux violences policières» et «Lallement, Darmanin, démission» ont été brandies devant le préfet de police. Après l’avoir chahuté, les élus ont décidé de quitter la salle.

«On a exprimé ce que des milliers de Parisiens expriment aujourd'hui: un changement de la doctrine sur le maintien de l'ordre et l'arrêt des violences policières», a expliqué au micro de BFM Paris le président du groupe Communiste et Citoyen, Nicolas Bonnet-Oulaldj.

«Sortez, ça ne me dérangera pas beaucoup»

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a d’abord appelé les élus mécontents à laisser M.Lallement poursuivre. À leur sortie, elle a lancé:

«Sortez si vous voulez, ça ne me dérangera pas beaucoup».

Tout comme les groupes PCF et EELV, les élus de la France insoumise ont critiqué la politique de Didier Lallement en demandant sa démission. Danielle Simonnet, oratrice de la France insoumise, a été par la suite coupée de parole par la maire. Les Insoumis ont donc eux aussi quitté la salle.

En prenant la défense du préfet, Mme Hidalgo a annoncé:

«J’ai entendu ici et là des mises en cause direct, personnelles, du préfet de police. Il se trouve que nous sommes des élus et j'estime que, en tant qu'élus, nous sommes des responsables politiques, nous avons à nous adresser au ministre».

Et de conclure:

«Je considère que les responsables politiques n'ont pas à s'attaquer aux fonctionnaires. Si j'ai des choses à dire, je les dis aux responsables politiques».

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
police, Paris, La France insoumise (LFI), Anne Hidalgo, Didier Lallement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook