Politique
URL courte
Par
371396
S'abonner

Le dîner politique à l’Élysée à la veille de l’annonce de la contamination du Président de la République a été accusé d’être un cluster de Covid-19. La députée LREM Marie-Christine Verdier-Jouclas s’est toutefois étonnée de la polémique créée.

Invitée de Parlement hebdo le 18 décembre, la députée LREM Marie-Christine Verdier-Jouclas a fait part de son incompréhension face à la polémique autour du dîner qu’Emmanuel Macron a eu le 16 décembre avec dix personnes.

«Je ne comprends pas qu’on puisse faire une polémique autour de ça. On parle de qui? On parle du Président de la République, du chef de l’État, de celui qui a la responsabilité de prendre des décisions complexes et difficiles», s’interroge-t-elle.

L’élue a souligné que Macron avait déjà «fait des centaines» de visioconférences depuis le début de la pandémie et, dans ces conditions, a justifié les réunions physiques.

«À un moment donné, vous avez besoin aussi d’être en contact direct avec les gens, peut-être pour parler de sujets importants. S’il estime qu’il avait ce dîner et cette réunion à faire, je dis qu’il a eu raison de le faire. Comment peut-on se permettre de juger, excusez-moi, les actes du Président de la République? Je trouve qu’on est dans un monde de fous», a-t-elle déclaré.

Mme Verdier-Jouclas a jugé que ce dîner ne valait pas cette polémique. «Ils ont d’autres soucis que de savoir si le Président de la République, c’était bien ou pas bien ce qu’il a fait. Je trouve qu’on marche sur la tête», a-t-elle conclu.

Dîner polémique

Entraînant l’isolement préventif du Premier ministre et du Président de l’Assemblée nationale, ce dîner politique a réuni des conseillers et des membres de la majorité ainsi que des chefs de parti comme François Bayrou.

Bien que les conditions de distanciation aient été respectées, l’événement est dénoncé en raison de la jauge des dîners qui est recommandée à six personnes.

L’association Victimes coronavirus France et l’association de commerçants Les Pendus ont déposé deux plaintes le 18 décembre pour mise en danger de la vie d’autrui, après le dîner d’Emmanuel Macron à l’Élysée, a indiqué dans un communiqué leur avocat.

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation en France continue de baisser
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Le pass sanitaire français «ressemble beaucoup à ce que propose Davos, qui est la mise en place d’un système de traçage»
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Emmanuel Macron, palais de l'Élysée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook