Politique
URL courte
Par
7261
S'abonner

Face au tollé provoqué par la rencontre secrète entre un proche conseiller à l’Élysée et Marion Maréchal, Emmanuel Macron a réfuté le 28 décembre tout «sens politique» à cette entrevue devant un petit comité, prenant ainsi la défense de Bruno Roger-Petit, indique Le Canard enchaîné.

Emmanuel Macron s’est rangé du côté de son conseiller mémoire en niant tout «sens politique» à son initiative en réaction à la polémique provoquée par un déjeuner secret organisé le 14 octobre entre Bruno Roger-Petit et Marion Maréchal, rapporte Le Canard enchaîné dans son édition parue mercredi 30 décembre.

«Chacun, à l'Élysée, occupe ses déjeuners privés comme il l'entend et paie de sa poche les additions qu'il souhaite. Je ne fais pas la police des mœurs quand quelqu'un s'encanaille. Dans ce cas précis, je n'avais donné aucun mandat, évidemment, et, pour moi, cette rencontre n'a aucune existence ni aucun sens politique», a indiqué lundi 28 décembre le Président de la République en petit comité.

Un déjeuner qui fait polémique

Cette rencontre a été révélée le 27 décembre par Le Monde. Selon le journal, le conseiller mémoire d'Emmanuel Macron, Bruno Roger-Petit, et Marion Maréchal ont tenu le 14 octobre un déjeuner secret. Les deux participants ont ensuite confirmé cette rencontre au journal.

Leurs échanges dans un salon confidentiel de la brasserie Le Dôme, à Paris, ont donné lieu à une polémique, notamment sur un éventuel rapprochement entre le Rassemblement national et La République en marche.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
Marion Maréchal-Le Pen, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook