Politique
URL courte
Par
Élections régionales et départementales 2021 en France (30)
2153
S'abonner

Auditionné au Sénat sur le projet de report des élections régionales et départementales, Jean-Louis Debré, chargé de cette mission, affirme que l’exécutif attendait de lui qu’il annonce leur tenue après l’élection présidentielle, relate Public Sénat. L’entourage de Jean Castex a démenti cette intention.

Mercredi 13 janvier, lors d’une audition au Sénat, l’ancien président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré a affirmé que l’exécutif l’avait chargé de plancher sur un report des élections régionales en raison de la crise sanitaire, avec l’intention de les organiser après l’élection présidentielle, rapporte Public Sénat. Il a toutefois écarté cette option, privilégiant un report à juin 2021.

«Lorsqu’on m’a demandé de réfléchir à la tenue des élections départementales et régionales, qui devaient avoir lieu en mars, je me suis assez rapidement rendu compte qu’il y avait beaucoup d’arrière-pensées chez les uns et les autres», dénonce-t-il dans la vidéo publiée par la chaîne parlementaire.

«Ceux qui étaient à l’origine de cette réflexion avaient un souhait, que j’ai deviné, qui était de reporter ces élections départementales et régionales à beaucoup plus tard, après l’élection présidentielle», poursuit-il. M. Debré a été chargé de travailler sur ce report en octobre 2020 par l’Élysée et Matignon. Un mois plus tard, la conclusion de son rapport penche pour des élections en juin 2021.

«J’étais stupéfait quand on m’a demandé ça»

L’ancien ministre de l’Intérieur (sous Jacques Chirac) évoque ensuite des influences qu’il a perçues autour des conclusions dudit rapport.

«C’était maquillé par des arguments juridiques ou politiques. Mais c’était très clair: on a eu les élections municipales, maintenant, on file sur l’élection présidentielle et on dégage tout! J’étais stupéfait quand on m’a demandé ça», témoigne-t-il.

L’idée d’un report aussi tardif avait déjà été évoquée en juin 2020, au terme d’un déjeuner entre Emmanuel Macron et le président des Régions de France Renaud Muselier. «S’il faut soigneusement peser le pour et le contre d’une telle idée, il ne me semble pas qu’elle doive être d’emblée rejetée. Elle peut s’inscrire dans une logique d’intérêt général pour notre pays», avait réagi ce dernier dans Libération.

Démenti du Premier ministre

Après ces propos de Jean-Louis Debré, Matignon a réagi dans la foulée auprès de Public Sénat, affirmant que «le Premier ministre dément catégoriquement avoir eu, à un moment donné, l’intention de reporter les régionales après la présidentielle».

«Tout sous-entendu qui prêterait au Premier ministre l’intention d’user du contexte sanitaire pour faire du tripatouillage électoral, c’est évidemment démenti et ce sont des propos assez graves», ajoute l’entourage de Jean Castex.

Finalement, ce dernier a confirmé en novembre que les élections régionales et départementales se tiendraient bel et bien en juin 2021.

Dossier:
Élections régionales et départementales 2021 en France (30)

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Un homicide frappe le Havre, la compagne en garde à vue
Tags:
politique, rapport, Sénat français, Jean-Louis Debré, élections régionales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook