Politique
URL courte
Par
559156
S'abonner

La classe moyenne, ce sont des salariés qui touchent 4.000 euros par mois, a estimé le haut-commissaire au plan lors de l’émission Le Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro. Des paroles qui contredisent pourtant des études réalisées par l’Insee et l'Observatoire des inégalités.

Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro dimanche 7 février, François Bayrou a déclaré qu’une personne gagnant 4.000 euros par mois faisait partie de la classe moyenne.

​«4.000 euros par mois, pour moi, c'est la classe moyenne», lâche-t-il avant de réitérer plus tard devant des journalistes étonnés - dont l’une confie ne pas toucher une telle somme: «demandez à assez de jeunes gens».

Des études infirment sa déclaration

Les propos du président du MoDem et haut-commissaire au plan sont pourtant contredits par une étude Insee menée en 2018 d’après laquelle seuls 9% des Français perçoivent un salaire supérieur à 4.000 euros.

Toujours selon l’étude, 56% des salariés touchent moins de 2.000 euros net par mois, dont la moitié moins de 1.871 euros, et 26% moins de 1.500 euros. Enfin, le pourcentage des salariés touchant plus de 3.000 euros est de 18%.

En outre, l'Observatoire des inégalités, organisme privé indépendant, a publié le 9 juin un rapport sur les riches en France qui marque un seuil de richesse à 3.470 euros par mois, soit le double du revenu médian de 1.735 euros, pour une seule personne.

D’après ses estimations, un peu plus de cinq millions de personnes vivent au-dessus du seuil de richesse, soit 8,2% de la population. Parmi ces fortunés figurent notamment cadres supérieurs, juristes, médecins, pharmaciens, conseillers financiers et agents immobiliers.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), François Bayrou, richesse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook