Politique
URL courte
Par
411984
S'abonner

Invité sur Franceinfo, Benoît Hamon a commenté le débat entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen. Il déplore que le premier ait qualifié la seconde de «trop molle», alors même qu’il avait appelé à voter Macron pour «faire barrage à l’extrême droite».

«Un cap a été franchi», a affirmé Benoît Hamon vendredi 12 février au micro de Franceinfo en évoquant le débat de la veille entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin. Il a particulièrement regretté la remarque du ministre de l’Intérieur, jugeant «trop molle» la présidente du Rassemblement national (RN) sur l’islamisme.

Il reproche ainsi à Darmanin de «solliciter le vote de l’extrême droite» tout en faisant partie d’un pouvoir «élu pour faire barrage à l’extrême droite». «Indiscutablement, quelque chose a changé», poursuit-il.

Il rappelle ensuite avoir appelé en 2017 «sans hésiter une seconde, à voter pour Emmanuel Macron». Sans croire en son programme, il l’a fait «pour empêcher Mme Le Pen de diriger ce pays». «J’ai quatre ans plus tard un ministre de l’Intérieur qui vient dire à Marine Le Pen "je regrette que vous soyez plus molle que moi et qu’Emmanuel Macron" sur la question de l’islam et du séparatisme», déplore-t-il.

«Je ne regrette pas d’avoir fait barrage à l’extrême droite», assure l’ancien candidat à la présidentielle, mais il s’estime, comme beaucoup d’électeurs, «volé, cocufié en direct par un ministre de l’Intérieur qui dit cela».

«Période pré-fachiste»

Ayant comparé plus tôt dans l’interview la situation actuelle en France avec la montée du trumpisme aux États-Unis, Benoît Hamon avance que «nous sommes dans un période de type pré-fachiste». «Nous sommes dans un moment extrêmement dangereux quand le ministre de l’Intérieur acquiesce aux thèses de Marine Le Pen et lui reproche d’être plus molle que lui», conclut-il.

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Tags:
séparatisme, extrême-droite, débats télévisés, Marine Le Pen, Gérald Darmanin, Benoît Hamon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook