Politique
URL courte
Par
213752
S'abonner

À une centaine de jours des élections régionales françaises, prévues pour la mi-juin, les partis d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen perdent des points, selon le baromètre RégioTrack OpinionWay-Les Échos, face aux listes de la droite qui est en tête avec 23% des intentions de vote.

Les partis d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, qui dominent la vie politique dans le pays depuis le début du quinquennat, semblent être en perte de vitesse et les élections régionales pourraient être compliquées pour tous les deux. Ainsi, La République en marche et le Rassemblement national sont à la peine, à en croire le baromètre RégioTrack OpinionWay pour Les Échos et Radio classique.

Le mouvement du chef de l’État et son allié Modem sont crédités de 17% des voix dans l'ensemble du pays, contre 20% des intentions de vote pour le RN. Les deux partis sont devancés par Les Républicains. Les listes de droite progressent jusqu’à 23% et celles du PS et d'Europe Écologie-Les Verts respectivement à 13% et 12%.

«Opposition à l’action»

En Marche est notamment devancé par la droite chez les seniors. Un électeur de plus de 65 ans sur cinq (22%) voterait aujourd'hui pour une liste LREM-Modem contre un sur trois (34%) pour LR et ses alliés.

Moins de la moitié des votants pour Emmanuel Macron au premier tour en 2017 ont l'intention de glisser un bulletin de son parti dans l’urne aux régionales. Un Français sur trois prévoit même de voter pour exprimer son «opposition à l'action» du Président et du gouvernement.

Avec l’approche de 2022, année de la présidentielle, les candidats se font plus nombreux. Marine Le Pen et le chef de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, se sont déjà déclarés. L’ancien Premier ministre, Édouard Philippe, a laissé planer le doute le concernant, tandis que les spéculations vont bon train concernant une éventuelle candidature du polémiste Éric Zemmour.

Lire aussi:

La ville de Caudry pourra désormais priver des familles de «délinquants» d'aides sociales municipales
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
La Russie annonce répondre à un déploiement massif de troupes de l'Otan à sa frontière
Tags:
régionales, Marine Le Pen, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook