Politique
URL courte
Par
283
S'abonner

«Il y a eu trois positions en trois jours», a dénoncé Gabriel Attal, évoquant les récents changements d’avis de la mairie de Paris, qui a qualifié d’«inhumaine» la possibilité d'un confinement le week-end après avoir prôné un confinement «strict» quelques jours plus tôt.

Au sein de la mairie parisienne, l’opinion sur le confinement varie radicalement… au point d’irriter l’exécutif.

Proposition de confiner Paris

Le 25 février, le premier adjoint d’Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, avait annoncé sur Franceinfo que la mairie de Paris allait proposer au gouvernement un confinement de trois semaines dans la capitale afin «d'avoir la perspective de tout rouvrir» à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels.

Plutôt qu'un confinement le week-end, une mesure «très contraignante sur le plan de l'impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire», le premier adjoint a annoncé comme préférable «un confinement tout court» à Paris de façon à «vraiment redonner de l'oxygène et avoir la perspective dans trois semaines de tout rouvrir», tout en conservant des mesures de protection sanitaire.

Rétropédalage

Le lendemain, le responsable a rétropédalé face aux critiques. «Cela n'a jamais été une proposition, j'ai fait trois interventions médiatiques hier soir, cela n'a jamais été une proposition, c'est une hypothèse», «simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table», a précisé l'adjoint de la maire socialiste Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse.

Selon lui, cette décision relèvera de l'exécutif national.

Toutefois, sur fond des mesures prises à Nice ou Dunkerque, Anne Hidalgo a déclaré le 1er mars son opposition à un confinement de la capitale le week-end, prônant au contraire l'accès aux espaces publics pour la population et demandant que le rythme de vaccination soit multiplié par quatre.

Incompréhension de l’Élysée

Invité de CNews ce mardi matin, le porte-parole de la présidence Gabriel Attal s’est attaqué à la mairie pour ses prises de positions différentes.

«Il y a eu trois positions en trois jours. D'abord jeudi dernier on nous a dit, "il faut confiner complètement et strictement la ville de Paris", ensuite vendredi c'était finalement plus qu'une hypothèse et aujourd'hui, il n'en a jamais été question. Donc je ne vais pas me hasarder dans des commentaires», a-t-il dénoncé.

Il a néanmoins reconnu qu’en cas d’«une hausse exponentielle de l’épidémie», l’exécutif devra «prendre des mesures nécessaires».

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
Paris, Gabriel Attal, déconfinement, confinement, Anne Hidalgo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook