Politique
URL courte
Par
Sarkozy reconnu coupable de corruption (15)
11921
S'abonner

Nicolas Sarkozy a été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, lundi 1er mars. Après l’affaire «des écoutes», d’autres sont à prévoir comme l’affaire Bygmalion. Pour l’avocat Régis de Castelnau, ce sont autant d’exemples de «raids judiciaires» menés par une justice politique.

«C’est une décision éminemment politique», tranche Régis de Castelnau. Pour l’avocat, la condamnation de Nicolas Sarkozy par le tribunal judiciaire, ce 1er mars, se fonde sur un «dossier creux». Pour l’auteur de l’ouvrage Une justice politique (Éd. L’Artilleur), il y a eu une «violation de la légalité», à partir du moment où la condamnation s’est fondée sur «des écoutes illégales» entre un avocat et son client.

Pour Me de Castelnau, avec l’affaire Sarkozy «la magistrature poursuit son affrontement avec le pouvoir politique». Un processus engagé à partir des années 1980. Sous couvert «d’indépendance et d’impartialité», les magistrats auraient fini par se politiser. Jusqu’à mener des «raids judiciaires» contre la classe politique.

Dossier:
Sarkozy reconnu coupable de corruption (15)

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Il était «mal informé»: Thierry Breton tacle Renaud Muselier après sa précommande de Spoutnik V
Tags:
procès, écoutes téléphoniques, corruption, Nicolas Sarkozy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook