Politique
URL courte
Par
8155
S'abonner

Dans le cadre de l'affaire Karachi, Édouard Balladur a été relaxé par la Cour de justice de la République ce 4 mars, François Léotard a quant à lui été condamné à deux ans de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende.

Plus de 25 ans après la campagne présidentielle malheureuse d'Édouard Balladur, la Cour de justice de la République a rendu ce 4 mars sa décision sur des accusations de financement occulte visant l'ancien Premier ministre et son ex-ministre de la Défense François Léotard, dans un volet de l'affaire Karachi.

La justice a relaxé Édouard Balladur alors que son ancien ministre Léotard a été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis et 100.000 euros d'amende pour «complicité» d'abus de biens sociaux.

Tous deux étaient absents au délibéré.

Affaire Karachi

Les soupçons de financement occulte de la campagne Balladur n'ont émergé que des années plus tard, au cours de l'enquête sur l'attentat commis en 2002 à Karachi, au Pakistan, dans lequel onze employés français de la Direction des constructions navales (DCN) ont trouvé la mort.

Point de départ d'un dossier aux multiples ramifications, l'enquête sur cet attentat est toujours en cours.

Dans le volet financier mais non gouvernemental de l'affaire Karachi, le tribunal correctionnel de Paris a infligé en juin dernier de sévères condamnations à six prévenus, dont l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine et d'anciens proches des deux ministres. Ces six hommes ont fait appel.

Lire aussi:

Édouard Philippe «porte tout l'échec» du début de quinquennat selon le président des Républicains
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Tags:
Karachi, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook