Politique
URL courte
Par
12116
S'abonner

Le porte-parole du gouvernement a condamné ce mercredi une montée des tensions entre bandes en France, déclarant que «cette banalisation de la violence» ne pouvait pas être acceptée.

Le conseil des ministres ce 10 mars a abordé le sujet des rixes entre bandes rivales qui se sont multipliées en France ces derniers temps. À l’issue de la réunion, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a déclaré qu’«on ne peut accepter la banalisation de la violence».

Le pays, notamment la région Île-de-France, fait face à la recrudescence de rixes entre bandes. Le 8 mars, à Champigny-sur-Marne, une rixe entre bandes a fait deux blessés graves, le premier est «en état d’urgence absolue», le second est entre la vie et la mort.

La semaine dernière a été marquée par la mort de deux adolescents de 14 ans dans l’Essonne suite à des rixes entre bandes rivales. La recrudescence de ces violences ne cesse également de provoquer des polémiques parmi les politiques. Jordan Bardella, désormais tête de liste Rassemblement national en Île-de-France aux élections régionales, a proposé de responsabiliser les parents, ce qui a reçu une opposition ferme de la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, Marlène Schiappa.

Noyade d’une adolescente harcelée en classe

Gabriel Attal a par ailleurs qualifié d'«absolument tragique» la mort d'une adolescente de 14 ans, violemment battue puis jetée dans la Seine la veille lors d'un différend avec deux camarades de sa classe d'Argenteuil (Val-d'Oise), en affirmant qu'elle ne resterait «pas impunie».

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Avec Zemmour probable candidat, la Présidentielle 2022, à droite toute?
Tags:
Gabriel Attal, bagarre, bande, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook