Politique
URL courte
Par
19454
S'abonner

Lors de sa visite l’hôpital universitaire de la Pitié-Salpêtrière ce 12 mars, Jean Castex a évoqué une situation sanitaire «particulière» et «extrêmement tendue» en Île-de-France.

La situation sanitaire a été qualifiée d’«extrêmement tendue» en Île-de-France par Jean Castex lors de son discours, ce vendredi 12 mars, depuis l’hôpital universitaire de la Pitié-Salpêtrière.

«Nous suivons au jour le jour cette situation pour nous tenir prêts à tout moment à prendre les mesures que celle-ci appelle.»

Le Premier ministre a indiqué que cette visite était aussi pour lui une possibilité de se rassurer sur le fait que toutes les mesures possibles étaient mises en place. Il a notamment rappelé le recours possible et déjà effectif à des déprogrammations et à des transferts.

Record de vaccinations

En faisant le point sur la campagne de vaccination, il a tenu à souligner que plus de 300.000 personnes avaient déjà été vaccinées ce 12 mars, soit le record journalier depuis le début du dispositif.

«Ce week-end nous allons justement en Île-de-France accélérer, comme on l’a fait le week-end dernier, la vaccination. On a délégué 25.000 doses supplémentaires pour cette région», a révélé l’homme politique.

En outre, Jean Castex a rappelé le but commun du respect de toutes les précautions, afin de soulager le système hospitalier. Il a fait savoir que parmi les patients en réanimation, il voyait des patients de plus en plus jeunes, et en tirait la conclusion que personne n’est épargné par la maladie.

Le Premier ministre a fini sa courte intervention par un appel à ses concitoyens, et notamment à ceux qui habitent dans la région capitale, à être extrêmement prudent et respecter les gestes barrières, en soulignant que la lutte contre le virus était «une affaire collective».

«Nous ne savons pas quand aura lieu le pic épidémique»

Olivier Véran, qui s’est exprimé jeudi 11 mars pour le point presse hebdomadaire, a lui aussi évoqué une situation «tendue et inquiétante» en Île-de-France. Il a précisé que les autorités sanitaires ne savaient pas quand aurait lieu le pic épidémique mais que dans le cas où l’épidémie se poursuivrait à ce rythme, le gouvernement prendrait «toutes les mesures qui s'imposent».

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
épidémie, vaccin, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook