Politique
URL courte
Par
211175
S'abonner

La passe d’armes se poursuit au sujet des vaccins. S’exprimant au nom des 27, l’Élysée a déclaré que l'Union européenne n’avait aucune volonté ni aucun intérêt à entretenir une polémique permanente avec le Royaume-Uni.

La livraison des doses d’AstraZeneca est devenue le symbole des tensions entre les 27 et le Royaume-Uni. L'Europe n'a pas vocation à être «l'idiot utile» de la bataille mondiale pour les vaccins contre le Covid-19 et la France soutiendra l'instauration d'une nouvelle version du mécanisme de contrôle européen des exportations, a appris Reuters auprès de l'Élysée.

Un énorme stock de vaccins découvert en Italie

Un stock de 29 millions de doses de vaccin produits par AstraZeneca a été découvert lors d'une inspection menée dans une usine en Italie, a également fait savoir l’Élysée, ce qui est confirmé par le journal italien La Stampa. La destination des médicaments est inconnue.

Les autorités ont découvert le stock dans l'usine d'Anagni, en Italie centrale, suite à une notification de la Commission européenne, écrit le média.

Si ces doses devaient être exportées, la question d'une interdiction se posera, a indiqué la présidence de la République.

La découverte de cet énorme stock rajoute ainsi de l’huile sur le feu dans le scandale des livraisons.

Tensions vaccinales entre les deux rives de la Manche

Au cœur de cet avertissement réside une violation de l’accord. L'UE a exporté quelque 10 millions de doses, tous vaccins confondus, vers le Royaume-Uni entre le 1er février et la mi-mars, mais n'a reçu à l'inverse aucune dose produite sur le sol britannique. Ceci alors que le contrat signé par AstraZeneca prévoyait la livraison de doses produites dans deux usines du Royaume-Uni.

La Commission européenne a menacé de décréter un embargo sur les exportations de vaccins contre le Covid-19 produits en Europe par l’anglo-suédois AstraZeneca, embargo dont le Royaume-Uni serait la principale victime. Ce sujet a été abordé par les 27 dirigeants lors de leur sommet virtuel de jeudi et vendredi.

La question des vaccins n’est pas la seule

Toutefois, les tensions entre l’UE et son ancien État membre vont bien au-delà.

Le 15 mars, la Commission européenne a annoncé avoir lancé deux procédures pour violation de l'accord du Brexit contre le Royaume-Uni, après que Londres a décidé de reporter unilatéralement certains contrôles douaniers en Irlande du Nord.

La Commission a envoyé «une lettre de mise en demeure» à Londres pour avoir violé le protocole spécifique à l'île d'Irlande, contenu dans le traité de retrait signé fin 2019. Celui-ci est destiné à protéger le marché unique européen tout en évitant le retour d'une frontière et de contrôles douaniers sur l'île, partagée entre le territoire britannique d'Irlande du Nord et l'Irlande, membre de l'UE.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
AstraZeneca, vaccination, vaccin, palais de l'Élysée, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook