Politique
URL courte
152313
S'abonner

Pour la première fois depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, Emmanuel Macron avoue la responsabilité de la France dans le chaos causé par l’intervention illégale en Libye initiée par Nicolas Sarkozy.

Reconnaissant pour la première fois la «dette» française envers la Libye, Emmanuel le Président Macron a abordé les questions du retrait des mercenaires étrangers et la réouverture de l’ambassade française à Tripoli, des points qu’il a érigés en priorité.

«Nous avons une dette envers la Libye, très claire: une décennie de désordre», a-t-il déclaré devant les dirigeants libyens mardi 23 mars à l'Élysée.

Le même jour, en présence de Mohammed el-Menfi, président du Conseil présidentiel de Libye, le chef de l’État a annoncé que la France rouvrirait le 29 mars son ambassade à Tripoli. La mission diplomatique avait été évacuée de cette ville en juillet 2014 à la suite des combats. Depuis, pour des raisons de sécurité, l'ambassadeur français remplissait ses fonctions depuis Tunis.

«Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour défendre cette souveraineté et un agenda au service de la Libye», a affirmé Macron.

Le chef de l’État a ajouté que la France et ses partenaires européens soutenaient les nouvelles autorités libyennes dans leurs efforts pour préserver le cessez-le-feu, unifier l'armée nationale et les institutions financières, ainsi que pour tenir les élections programmées en fin d'année. D’après lui, l’une des priorités pour la Libye est le retrait des troupes et combattants étrangers.

L'intervention

La France reconnaît donc pour la première fois sa part de responsabilités dans le dossier libyen. En 2011, une coalition conduite par Paris et Londres, soutenue ensuite par l'Otan, y avait mené des raids aériens illégaux.

Dans le contexte des manifestations en Libye, qualifiées de «révolution libyenne», et face à la répression des manifestants de la part de Kadhafi, Sarkozy avait reçu à Paris les représentants du conseil libyen de transition.

Avec l'aide de l’ancien Premier ministre britannique David Cameron, le chef d’État français avait lancé une bataille diplomatique pour l’adoption de la résolution 1 973 du Conseil de sécurité des Nations unies. Celle-ci prévoyait une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, et l'usage de tous les moyens nécessaires pour protéger les populations civiles «tout en excluant le déploiement d’une force d’occupation étrangère sous quelque forme que ce soit et sur n’importe quelle partie du territoire libyen».

La résolution avait été adoptée par 10 voix pour (États-Unis, France, Royaume-Uni notamment), alors que l'Allemagne, le Brésil, la Chine, l'Inde, et la Russie s’étaient abstenus.

Deux jours après son adoption, le 19 mars 2011, la France avait procédé à ses premières frappes aériennes dans le cadre de «l'opération Harmattan». Paris avait ensuite été rejoint par les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Une décennie de chaos

Après l’assassinat filmé de Kadhafi en octobre 2011, l'État libyen s'est effondré. Depuis une décennie, des groupes rivaux se disputent le pouvoir.

Depuis cette intervention et le chaos qu’elle a engendré, le nombre de victimes s’est élevé à plusieurs dizaines de milliers.

En 2016, à la fin de son mandat, Barack Obama jugeait même qu’avoir suivi l’appel de Nicolas Sarkozy avait été sa plus grande erreur.

Quant à Emmanuel Macron, il a pointé le bilan désastreux de cette intervention dès le début de son mandat. En 2017, lors de son premier entretien avec les médias internationaux en tant que Président, il a déclaré que la France «a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye».

«Quel fut le résultat de ces interventions [en Irak et en Libye, ndlr]? Des États faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes», a-t-il remarqué.

Lire aussi:

«Pas de ministres, pas d’hommes politiques»: Pierre-Jean Chalençon s’explique après sa garde à vue
«On n’a pas été écouté»: un réanimateur fait la leçon à Jean Castex
Repas clandestins: deux personnalités dévoilent publiquement leur expérience
Tags:
intervention, Tripoli (Libye), Libye, Mouammar Kadhafi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook